Qui sommes-nous ?

PLANÈTE AMAZONE est une association régie par la loi du 1er juillet 1901. C’est une organisation non gouvernementale (ONG) déclarée d’intérêt général depuis 2015, financée principalement grâce à la solidarité citoyenne, dont l’objet principal est le soutien aux peuples autochtones, et plus particulièrement aux peuples forestiers dans leur combat international contre la déforestation.

Nos missions d’information, de plaidoyer et de lobbying visent notamment à responsabiliser le citoyen sur sa participation à la déforestation et donc à l’aggravation du changement climatique et à responsabiliser entreprises et dirigeants politiques pour que tout projet dépendant de leur autorité soit réalisé dans le respect de la préservation de l’environnement, des droits des peuples autochtones et plus généralement des droits de l’Homme.

Planète Amazone développe ou soutient des initiatives visant à protéger la forêt et restaurer les zones forestières dégradées, ainsi que toute alternative au modèle de développement prédateur actuellement en vigueur à l’échelle mondiale.

Planète Amazone permet aux autochtones de faire entendre directement leur voix. Depuis sa fondation en janvier 2012, Planète Amazone a organisé pour le Cacique Raoni Metuktire et d’autres représentants indigènes venus du monde entier des campagnes publiques d’envergure et des réunions internationales avec les plus hautes autorités, permettant de faire avancer leur cause et la reconnaissance des droits de la nature.

Planète Amazone est à l’initiative de la campagne S.O.S. Amazônia Tour (2014), qui lui a permis de participer avec le Cacique Raoni Metuktire à de rencontres avec diverses autorités (le Prince Charles, le Roi de Norvège, le Prince de Monaco, l’ancien Premier ministre Michel Rocard, les autorités françaises…) pour leur présenter le projet d’un mouvement oeuvrant pour la paix et les générations futures : l’Alliance des Gardiens de Mère Nature, lancée officiellement pendant la COP 21 (en présence de Ban Ki-moon et de François Hollande, avec le soutien de Nicolas Hulot).

Planète Amazone a administré l’Alliance des Gardiens de Mère Nature de 2015 à 2018 en lien avec ses Comités Exécutif et Stratégique et articulé l’organisation, en 2017, de la Grande Assemblée de Brasilia, qui a permis à 200 représentants indigènes et environnementalistes du monde entier de s’unir pour adopter la Déclaration de l’Alliance des Gardiens et Enfants de la Terre Mère.

 

PLANÈTE AMAZONE EN ACTION

 

2018

 

Septembre : les 27 et 28, Participation au Symposium International sur les Droits de la Nature organisé par la GARN (Global Alliance for the Rights of Nature) à Quito (Équateur). Au nom de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature et aux côtés de Mindahi Bastida, Gert-Peter Bruch dévoile la mise en œuvre d’un premier projet (voir cette vidéo à 4h 32m 18s) destiné à concrétiser l’article 11 de la Déclaration de l’Alliance des Gardiens et Enfants de la Terre Mère : la proposition de création d’un statut juridique international particulier des forêts habitées par les peuples autochtones afin de les sanctuariser, en les soustrayant au marché carbone et à l’extractivisme et en permettant à leurs occupants traditionnels de continuer à en être les gardiens et protecteurs. Participent également Karine et David Doucerain, avocats, conseils de Planète amazone et membres de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature.

Août : les 30 et 31 août à Fontainebleau participation de Gert-Peter Bruch au colloque des 70 ans de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) en tant que rapporteur de la table ronde « Peuples autochtones et communautés locales, quand culture & nature ne font qu’un ».

Juin : entre le 28 juin et le 1er juillet aux États-Unis (État de Washington), participation de Gert-Peter Bruch et Mathieu Bonnet au sein d’une délégation de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature à la 17ème Conférence Protégeons la Terre Mère (Protecting Mother Earth Conference), accueillie par la nation Nisqually et organisée conjointement par Indigenous Environmental Network (Réseau indigène sur l’Environnement) et la Indigenous Climate Action (Action des Indigènes en faveur du Climat). La Déclaration de l’Alliance des Gardiens et Enfants de la Terre Mère est présentée aux participants, en grande majorité indigènes, venus du monde entier (Etats-Unis, Canada, Equateur, Brésil, Honduras, Nouvelle Zélande…) dont certains rejoignent l’Alliance. Le reste de la délégation de l’Alliance est constitué de : Tom Goldtooth (peuple Navajo, Etats-Unis, directeur exécutif de l’Indigenous Environmental Network, membre du Comité Exécutif), Mindahi Bastida (peuple Otomi, Mexique, directeur au Center for Earth Ethics, membre du Comité Exécutif) et Ninawa Huni Kui (peuple Huni Kui, Brésil, membre du Comité Stratégique.

Mai : du 18 au 23, organisation à Paris pour une délégation de dix membres de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature d’un programme inscrit dans l’objectif fondamental de diffusion de la Déclaration des Gardiens et Enfants de la Mère Terre, adoptée à Brasilia en octobre 2017, à l’occasion de la Grande Assemblée de l’AGMN (financée dans sa quasi-intégralité par un appel au financement participatif lancé en juin 2016 par Planète Amazone). Les membres de la délégation de l’Alliance étaient : Appolinaire Oussou Lio (ethnie Tolinou, Bénin, membre du Comité Exécutif), Magdalene Setia Kaitei (peuple Maasai, Kenya, membre du Comité Exécutif), Marishori Najashi (peuple Ashaninka, Pérou, membre du Comité Exécutif), Mihirangi Flemming (peuple Maori, Nouvelle Zélande, membre du Comité Exécutif), Gert-Peter Bruch (fondateur de Planète Amazone, France et membre du Comité Exécutif), Ninawa Huni Kui (peuple Huni Kui, Brésil, membre du Comité Stratégique, en représentation de Tom Goldtooth, membre du Comité Exécutif), Hsin Su (peuple Papora, Taiwan, membre du comité stratégique), Ito Waia (peuple Kanak, Nouvelle Calédonie, membre du comité stratégique), Mathieu Bonnet (vice-président de Planète Amazone, et membre du comité stratégique de l’Alliance) et Arkan Simaan (membre du Comité Stratégique). Co-organisation à la Fondation GoodPlanet les 19 et 20 mai d’un week-end spécial (conférences, projections, activités, vente d’artisanat, concert…) autour de l’Alliance intitulé « L’Appel des Gardiens de la Terre », qui reçoit un franc succès. Le 22, soirée au cinéma Gaumont-Les Fauvettes afin de présenter la Déclaration de l’Alliance des Gardiens et Enfants de la Terre Mère aux donateurs et au public (participation du chanteur Bernard Lavilliers et projection d’un extrait du film de Planète Amazone ‘Terra Libre’). Durant la programmation, la délégation rencontre Nicolas Hulot, Jean-Luc Mélenchon, Mathilde Panot (députée La France Insoumise), Younous Omarjee (député européen), Jean-Luc Delevoye et des médias (Le Monde, France Info, RFI et France Inter) et soutient une campagne du collectif « Or de Question » opposé au projet « Montagne d’or » en Guyane Française.

Les 19 et 20, avant-première mondiale à la Fondation GoodPlanet du film ‘Terra Libre’, réalisé par Gert-Peter Bruch et produit par Planète Amazone. Ravagée par notre modèle de développement prédateur, l’Amazonie, poumon vert de la planète, est à l’agonie. Sa disparition et celle des autres environnements naturels menacés, ne laisserait aucune chance à la lutte contre le réchauffement climatique. ‘Terra Libre’ raconte trente années de résistance des peuples indigènes, engagés pour leur survie et celle de l’humanité toute entière. Ce film, totalement indépendant, n’est pas seulement un cri d’alarme, c’est un appel à l’éveil des consciences, avec les gardiens du monde vivant pour guides. Avec un commentaire de Pierre Richard (version française), Paul Watson (version anglaise) et Arkan Simaan (version portugaise) et une musique originale de Ed Rig. Avec la participation de Raoni Metuktire, Pirakuman Yawalapiti, Davi Yanomami, Tom BK Goldtooth, Megaron Txucarramãe, Kretâ Kaingang, Valdelice Veron, Mindahi Bastida, François Paulette, Patricia Gualinga Montalvo, Captain Paul Watson, Bernard Lavilliers, Sebastião Salgado, Nicolas Hulot, Francis Hallé, Antonio Donato Nobre, Antonia Melo, Maini Militão, Felicio Pontes, Don Erwin Krautler, Sonia Bone Guajajara, Valdenir Munduruku, Philippe Desbrosses, Gilles-Eric Séralini, Jean-baptiste Michel Redde, Valérie Cabanes… et de nombreux leaders autochtones, spécialistes et activistes brésiliens et internationaux. Au générique figure la liste des professionnels bénévoles et de tous les contributeurs qui ont permis à ce film ambitieux et totalement indépendant de devenir réalité. Durée 125 minutes. Mixé en 5.1.

Janvier / avril : poursuite et finalisation de la post-production (musique, motion-design, étalonnage, mixage, sous-titrage) du film ‘Terra Libre’, réalisé par Gert-Peter Bruch et produit par Planète Amazone. En février, voyage aux États-Unis pour enregistrer le commentaire de la version anglaise, dit par Paul Watson. Enregistrement du commentaire de la version portugaise en avril avec Arkan Simaan et Alban Senault.

2017

 

Décembre : participation de Planète Amazone au « One Planet Summit », organisé par Emmanuel Macron pour marquer les deux ans de l’Accord de Paris pour le Climat (COP21).

Novembre : participation de Gert-Peter Bruch et de trois autres membres de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature (Marishöri Najashi Samaniego, Tom Goldtooth et Ninawa Huni Kui) à la COP23, à Bonn (Allemagne). Rencontre avec le Président français Emmanuel Macron, le 15 novembre, sur le pavillon France, qui confirme la tenue d’un Sommet des Peuples Autochtones à Paris pour 2019, à l’initiative de Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire (rendez-vous avec lui le 16). Présentation de la Déclaration de l’Alliance des Gardiens et Enfants de la Terre Mère au pavillon autochtone.

Le 23, rencontre publique pour l’Alliance des Gardiens de Mère Nature à la Belleviloise (Paris), dans le cadre de la Nuit des Débats avec la participation de Pierre Richard, Gert-Peter Bruch, Marishöri Najashi Samaniego, Vanessa Joseph (Jeunesse Autochtone de Guyane) et Marine Calmet (Nature Rights).

Le 24, remise officielle, à Paris, du document final de la Grande Assemblée 2017 de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature (Déclaration des Gardiens et Enfants de la Terre Mère), par Gert-Peter Bruch et Marishori Najashi Samaniego à Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire

Octobre : du 11 au 16, tenue de la première Grande Assemblée Internationale de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature, à Brasilia. Pendant cinq jours, près de 200 représentants autochtones du monde entier et des personnalités engagées dans la préservation de l’environnement débattent de sujets d’importance mondiale pour l’avenir de l’humanité : climat, biodiversité, environnement, énergie, technologie, conflits, droits humains, droits de la nature… Près de 80 peuples (Kayapo, Masaï, Maori, Otomi, Saami, Dayak, Yanomami, Navajo, Mapuche, Ashaninka, Sarayaku, Papou, Kanak…) venus de 30 pays et cinq continents, sont représentés. Ensemble, s’inspirant des défis relevés par les peuples autochtones sur leurs territoires traditionnels menacés et de leur faculté de résilience, qu’ils soient forestiers, insulaires, arctiques, qu’ils vivent dans le désert, dans les steppes, dans les montagnes, ils rédigent et adoptent la Déclaration des Gardiens et Enfants de l’Alliance des Gardiens de la Terre Mère, à partir de laquelle l’Alliance développera des stratégies et projets inspirants, pour proposer à l’humanité des modèles de développement non prédateurs, préserver le climat, la biodiversité et la paix, pour les générations futures.

Septembre : voyage en Suisse de Gert-Peter Bruch pour préparer la participation à la Grande Assemblée de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature du Chef Almir Narayamoga, du peuple Paiter Surui et de sa délégation. Des spots vidéos de soutien à l’AGMN sont tournés.

Le 16, tournage d’une vidéo avec Pierre Richard et Bernard Lavilliers pour annoncer la tenue de la Grande Assemblée de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature. La vidéo est diffusée en deux parties (1 et 2).

Août : voyage aux États-Unis de Gert-Peter Bruch  pour préparer la participation à la Grande Assemblée de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature de Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd Conservation Society.  Celui-ci ne pouvant pas se rendre au Brésil pour cause de mandat Interpol, des messages vidéos sont enregistrés.

Juillet : voyage en Suisse de Gert-Peter Bruch pour préparer la participation à la Grande Assemblée de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature du Chef Davi Kopenawa (peuple Yanomami, Brésil), initiateur de l’AGMN auprès du Cacique Raoni Metuktire, et de représentants des ONGs NiceFuture et Aquaverde.

Juin : publication d’une nouvelle brochure de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature.

Avril : du 19 au 28 à Brasilia (Brésil), quatrième mission préparatoire de Planète Amazone pour la Grande Assemblée de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature, menée par Gert-Peter Bruch et Marishöri Najashi Samaniego, en leur qualité de membres du Comité Exécutif de l’AGMN et Constance Gard, affectée à la coordination de l’organisation de la Grande Assemblée depuis janvier 2017. Les autres personnes ayant contribué à cette mission sont le cacique Raoni Metuktire, Megaron Txucarramae et leur accompagnant, Beptuk Metuktire (petit-fils et interprète du cacique Raoni), Kretã Kaingang, de l’Articulação dos Povos Indígenas da Região Sul (Arpin Sul) et de l’APIB, Dinamam Tuxa, Articulação dos Povos e Organizações Indígenas do NE, MG e ES (APOINME) et de l’APIB et Sônia Guajajara, coordinatrice de l’APIB. Tous se sont dévoués pour présenter l’Alliance des Gardiens de Mere Nature et la prochaine Grande Assemblée internationale, dont la tenue a été repoussée une dernière fois pour octobre 2017 (dates définitives : 11-17 octobre). Le pont d’orgue de cette mission est la présentation de l’Alliance et de la Grande Assemblée lors du Campement Terre Libre (Acampamento Terra Livre), organisée par l’APIB et qui mobilise cette année-là près de 4000 indigènes. Par ailleurs, la mission permet de rencontrer 12 Ambassades (Allemagne, Australie, Belgique, Canada, Equateur, France, Japon, Mexique, Norvège, Pays Bas, Suisse, Union Européenne), ainsi que l’Organisation du traité de coopération amazonienne – OTCA, afin de dialoguer avec les Etats et leur demander leur soutien. Une nouvelle rencontre avec le Ministère brésilien de l’Environnement, permet d’obtenir la mise à disposition d’un lieu à Brasilia pour la Grande Assemblée. Le Stade Garrincha s’avéra cependant inadapté à la tenue de l’événement. Des contacts sont également pris avec de nouveaux partenaires potentiels pour la Grande Assemblée, tels que Greenpeace Brésil et la CIMI.

Le 15, participation de Gert-Peter Bruch à la conférence « Les peuples racines, gardiens de la planète Terre » lors de la 12ème Foire artisanale, biologique et équitable de La Farlède et projection de 30 minutes du film ‘Terra Libre’, produit par Planète Amazone.

Février : troisième mission préparatoire de Planète Amazone pour la Grande Assemblée de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature, menée par Gert-Peter Bruch et Marie Peixoto, rapporteure pour le Comité Stratégique de l’Alliance. La mission s’effectue au Brésil dans les villes de Peixoto de Azevedo (Mato Grosso), Goiânia et Rio de Janeiro. Une réunion déterminante est organisée à la demande du cacique Raoni Metuktire à Peixoto de Azevedo en présence d’une vingtaine de chefs Kayapos. Il est proposé une réévaluation et un remaniement du projet de Grande Assemblée en l’absence de mobilisation des autres partenaires de l’Instituto Raoni.  Cette proposition est acceptée par les intervenants et il est décidé d’envoyer à Brasilia, auprès de Planète Amazone, 3 représentants Kayapo : Megaron Txucarramae, Patxon Metuktire et Beptuk Metuktire. Il s’agit de rencontrer autorités et partenaires potentiels, afin de recueillir leur soutien. À Brasilia, entre le 15 et le 17 février, la délégation rencontre José Sarney Filho, Ministre de l’Environnement, Antônio Fernandes Toninho Costa, Président de la Funai, Ivan Valente, député, André Villas-Bôas, secrétaire exécutif de l’ISA, Sônia Guajajara, représentante de l’APIB (qui accepte de rejoindre le Comité Stratégique de l’Alliance) et Juliano Basso, de la Casa de Cultura Cavaleiro de Jorge. À Goiânia, le 20 février, Gert-Peter Bruch et Marie Peixoto rencontrent les dirigeants de l’UFG (Universidade Federal de Goiás) qui forme des indigènes venus du Brésil entier. À partir du 21, la mission se poursuit à Rio de Janeiro : rencontres avec la direction du Musée de l’Indien, le mouvement Gota No Oceano (Une goutte dans l’océan) et des représentants de Sea Shepherd Brésil. Le carnaval de Rio est l’occasion de retrouver le cacique Raoni et Megaron Txucarramäe pour présenter l’Alliance auprès de nombreux chefs indigènes venus de la région du Haut-Xingú, afin qu’ils participent à la Grande Assemblée et aussi notre parrain, Bernard Lavilliers.


2016

 

Novembre  : organisation, à Paris, d’une rencontre entre Nicolas Hulot et Benki Piyãko, représentant du peuple Ashaninka (Brésil), ce dernier confirmant sa participation à la Grande Assemblée de l’AGMN.

Septembre : seconde mission mission préparatoire de Planète Amazone pour la Grande Assemblée de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature, à Genève, ayant permis de recueillir le soutien de Victoria Tauli Corpuz, Rapporteure Spéciale de l’ONU sur les Droits des Peuples Autochtones (soutien qui ne s’est pas confirmé par la suite) à l’occasion de la 33e session du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU. D’autres contacts sont établis avec des représentants autochtones et des ONGs, notamment avec Sônia Guajajara, Tsitsina Xavante et Telma Taurepang de l’APIB (Articulation des Peuples Indigènes du Brésil), qui deviendra par la suite partenaire officiel de la Grande Assemblée.

Août  : première mission préparatoire de Planète Amazone pour la Grande Assemblée de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature. Un rapport direct de la campagne d’appel au financement participatif est présenté au Cacique Raoni. Des messages de remerciements sont filmés, un rétroplanning est établi, en concertation avec d’autres caciques de son territoire. Cette mission devait aussi permettre à Planète Amazone de s’assurer du soutien d’autres peuples autochtones brésiliens de la région du Xingu et du reste du Brésil, à l’occasion de la cérémonie du Kuarup en terre Yawalapiti, toutefois, le Cacique Raoni a renoncé à s’y rendre en raison d’interférences causées par certaines personnes opposées au projet.

Juin : le 21, lancement de l’appel au financement participatif « Rejoignez les Gardiens de la Terre » sur la plateforme HelloAsso. Cet appel aux dons destiné à financer la tenue d’une Grande Assemblée réunissant 200 représentants indigènes et environnementalistes    du monde entier est réalisé avec l’autorisation et le soutien de Paul Watson et Sea Shepherd Conservation Society, de l’acteur Pierre Richard, du chanteur Bernard Lavilliers, du chanteur Hugues Aufray, de Nicolas Hulot et, bien sûr, du Cacique Raoni Metuktire, qui prêtent leur image pour une série de spots vidéos produits et réalisés par Planète Amazone (plusieurs millions de vues cumulées). L’appel est également soutenu par Monsieur B qui offre une dizaine de lithographies de l’une de ses œuvres et deux vinyles de l’artiste urbain Banksy.  222 791 € sont collectés jusqu’en septembre 2016 grâce à la participation de 4140 donateurs. Après deux reports, dû au contexte politique extrêmement instable au Brésil pendant cette période, la Grande Assemblée aura lieu du 12 au 17 octobre 2017. Les fonds restants seront, comme annoncé, dédiés à la promotion du document collectif final de la Grande Assemblée : la Déclaration des Gardiens et Enfants de la Terre Mère.

Le 12, participation de Gert-Peter Bruch à l’événement « We are Ocean » au Grand Rex (Paris) aux côtés de Paul Watson (Sea Shepherd) pour annoncer le lancement de l’appel au financement participatif « Rejoignez les Gardiens de la Terre » au profit de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature. Un message du Cacique Raoni Metuktire est diffusé.

Engagement public contre le projet Montagne d’Or, un gigantesque projet de mine d’or en Guyane Française, porté par le consortium russo-canadien NordGold – Columbus Gold Canada (2,5 km de long, 500 m de large et 400 m de profondeur en pleine forêt primaire). Planète Amazone rejoint également le collectif « Or de question », opposé au projet.

Mai : le 7 participation à la foire écobiologique Humus, dans l’Allier (03). Présentation de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature sur un stand et projection du montage de 52′ diffusé pendant la COP 21.

Du 10 au 12, participation, auprès du Cacique Raoni Metuktire et des principaux leaders indigènes du Brésil, au Campement Terre Libre 2016 (Acampamento Terra Livre), au moment de la destitution de la présidente Dilma Rousseff. Tournages de messages pour préparer la campagne d’appel au financement participatif de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature. Tournages d’interviews et séquences additionnelles pour le film ‘Terra Libre’.

Avril : participation au mouvement Nuit Debout. Le 22, Gert-Peter Bruch et Mathieu Bonnet participent à un direct de TV Debout pour résumer les actions de Planète Amazone. 

Janvier : montage et post-production du film ‘Terra Libre’, réalisé par Gert-Peter Bruch et produit par Planète Amazone (par intermittence jusqu’en février 2018).


2015

 

    • Décembre : 1er et 2, tenue du Sommet de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature à la mairie du VIè arrondissement de Paris, un cycle exceptionnel de tables rondes réparties sur 2 après-midis, présidé par le Cacique Raoni, organisé par Planète Amazone, en partenariat avec End Ecocide on Earth, ATIX, Nature Rights, Amazon Watch & Xingu Vivo Para Sempre.  Une brochure est distribuée à tous les participants. Sommet réalisé avec le soutien et en présence de Pierre Richard.

      Le 2, Planète Amazone intègre et aide à composer la délégation de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature menée par le Cacique Raoni Metuktire et conduite par Nicolas Hulot au palais de l’Elysée pour remettre au Président François Hollande les 17 propositions de l’AGMN.

      Le 5 au matin, Gert-Peter Bruch présente le cas Belo Monte au Tribunal International des Droits de la Nature (organisé par la GARN), avec le Cacique Raoni Metuktire et la militante Antonia Melo comme témoins.

      Le 5 au soir, Gert-Peter Bruch anime la table ronde « Comment apprendre de l’autre » à l’UNESCO, dans le cadre de l’Université de la Terre, avec le Cacique Raoni Metuktire, Mundiya Kepanga et George Nuku.

      Le 6, projection au Musée du Quai Branly du montage de 52 minutes des premières images de « Terra Libre », renommé pour l’occasion « PEC 215, sentence de mort des peuples indigènes du Brésil ». Projection suivie d’un débat avec le Cacique Raoni Metuktire, Sonia Guajajara (APIB) et le député brésilien (PSOL) Ivan Valente (film projeté également le 2 décembre pendant le sommet de l’alliance).

      Le 10, organisation d’un side-event officiel intitulé « Océans et forêt au bord de l’asphyxie : agir pour redonner de l’air à la planète » dans l’espace « Générations Climat », avec Paul Watson, Raoni Metuktire, Pierre Richard, Gert-Peter Bruch et Valérie Cabanes. Le 12, vente d’artisanat kayapo et Yawalapiti en présence du cacique Raoni au profit de 22 communautés indigènes du Brésil. Malgré une forte médiatisation des événements organisés par Planète Amazone, la COP 21 se conclut par une déception prévisible, les chefs d’Etats n’ayant pas tenus compte des propositions de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature dans la version finale de l’accord de Paris pour le Climat.

      Organisation, après la COP 21, du voyage de Bernard Lavilliers et de son épouse Sophie en territoire Kayapo (Piaraçu, Metuktire, Terre Indigène Kapot-Jarina) en vue de la préparation d’une campagne destinée à financer la tenue d’une Grande Assemblée, au Brésil, de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature. Des images sont divulguées dans un spot de l’appel au financement participatif « Rejoignez les Gardiens de la Terre » lancé en juin 2016 par Planète Amazone sur la plateforme HelloAsso.

Novembre : lancement international de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature à Paris, à l’occasion de la COP 21 (30 novembre – 12 décembre). Le 28 novembre 2015 au Théâtre de la Reine Blanche, à Paris, une soixantaine de représentants autochtones, de personnalités, d’environnementalistes  et de représentants d’organisations venus du monde entier, se réunissent en Assemblée Constitutive de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature sur l’invitation du Cacique Raoni Metuktire et de Planète Amazone. Une déclaration intitulée « Propositions et recommandations de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature aux États et à la communauté internationale pour la préservation du climat et des générations futures » est validé collectivement, officialisant la naissance de l’Alliance. 26 et 27, Participation aux Colloques à l’UNESCO et au Musée de l’Homme « Temps d’incertitude et de résilience : les peuples autochtones et les changements climatiques », en amont de la COP 21, aux côtés de nombreuses personnalités dont Nicolas Hulot, qui annonce rejoindre l’Alliance.Temps d’incertitude et de résilience : les peuples autochtones et les changements climatiques

Le 29, remise au Secrétaire Général de l’ONU, Ban Ki-moon, des 17 propositions de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature, à l’occasion de l’inauguration du projet « 1 Heart 1 Tree » qui illumine la Tour Eiffel lors de la COP 21.

Octobre : la pétition cu Cacique Raoni Metuktire contre le barrage de Belo Monte, administrée par Planète Amazone, atteint 500 000 signatures.

  • Septembre : le 19, diffusion  au Festival Atmosphères en  avant-première d’un montage spécial de 52 minutes, premières images du film de long métrage de Gert-Peter Bruch, produit par Planète Amazone (futur « Terra Libre »), présenté sous le titre “Le cacique Raoni et les Gardiens du climat ». ’La projection est suivie d’un débat filmé avec Pierre Richard, Gert-Peter Bruch et Valérie Cabanes

  • Août : le 21, dépôt d’une communication au Bureau du Procureur de la Cour Pénale Internationale, par l’intermédiaire de Karine Doucerain. Stefania Cataleta et Elisabeth  Rabesandratana, conseils à la Cour Pénale Internationale, pour crime de génocide et crimes contre l’humanité commis à l’encontre du peuple Guarani-Kaiowa.

  • Juillet : du 20 au 26 juillet, organisation de la visite exceptionnelle en France de Valdelice Veron, représentante menacée de mort du peuple Guarani-Kaiowa (Etat du Mato Grosso do Sul, Brésil) et de  Natanael Vilharva-Cáceres, avec le soutien de Nicolas Hulot et Stéphanie Lux. Un programme intense est mis en place : participation au Sommet des Consciences en amont de la COP 21 pour annoncer à travers le discours de Valdelice Veron la naissance de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature et demander la reconnaissance du crime d’écocide, rencontre avec le Président de la République Française, rencontre avec SAS le Prince Albert II de Monaco, conférence de presse à la Mairie du VIè arrondissement de Paris, débat à l’Assemblée Nationale et soutien de l’acteur-réalisateur Pierre Richard. Dans la foulée du succès médiatique de ce déplacement (reportage sur TF1, article dans le journal Le Monde, Le Petit Journal, Opinion Internationale, etc…)  certaines terres du peuple Guarani-Kaiowa ont pu être démarquées. La rencontre organisée à l’ONU de Genève avec la rapporteure spéciale sur les droits des peuples autochtones Victoria Tauli-Corpuz débouchera sur sa visite au peuple Guarani-Kaiowa et la publication d’un rapport détaillé de la situation, diffusé de façon internationale.

    Le 27, avec le soutien de personnalités (Paul Watson, Pierce Brosnan, Pierre Richard…), Planète Amazone lance  une cyberaction internationale d’urgence et appelle les internautes du monde entier à se mobiliser par milliers pour sauver le peuple Guarani-Kaiowá en se mettant en scène avec le hashtag #IamGuaraniKaiowa. Postés sur une page dédiée, les centaines de photos sont transmises à la Présidente du Brésil, afin de l’exhorter à signer prestement le décret d’homologation de 22 terres indigènes Guarani-Kaiowá, comme l’y oblige la Constitution de 1988.

  • Juin : co-organisation de rendez-vous et événement du 23 au 25 à l’occasion du  déplacement en Europe de deux figures emblématiques de la lutte contre les grands barrages hydroélectriques au Brésil : Ademir Kaba, représentant du peuple Munduruku, en lutte contre la construction du complexe Tapajós et Felicio Pontes, procureur du Ministère public fédéral, qui a instruit la plupart des procès contre le barrage de Belo Monte. Le 23 juin, accueil à l’Assemblée Nationale, du député de l’Hérault, Jean-Louis Roumégas, pour une rencontre avec la direction d’EDF. Le 25 juin, participation à à la soirée  » Grands barrages et climat : les peuples autochtones résistent  » co-organisée par Planète Amazone, Amazon Watch, France Libertés et Autres Brésils au Bateau Daphné.

  • Avril : le 14 à Brasilia, en marge d’une grande mobilisation indigène liée à la tenue du Campement Terre Libre, Planète Amazone favorise la signature d’un pacte entre le Cacique Raoni Metuktire (peuple Kayapo), le Cacique Davi Kopenawa (peuple Yanomami), les Caciques Aritana et Pirakuman (peuple Yawalapiti), les Caciques Afukaka et Tabata (peuple Kuikuru), chefs traditionnels d’Amazonie, détenteurs de grands savoirs, gardiens du plus grand « poumon vert » de la planète. C’est le premier acte officiel d’un nouveau mouvement désigné en tant qu’Alliance des Gardiens de Mère Nature, dont la stratégie est imaginée autour de quatre axes : le combat pour le renforcement culturel, le combat politique, le combat juridique et le combat médiatique.  Il doit permettre le rassemblement spontané de représentants indigènes de tous les continents, avec le soutien d’alliés œuvrant pour la nature et de personnalités internationales. Unis par une Alliance inédite, à laquelle seront associées des figures mondialement reconnues pour leur engagement en faveur de la protection de la planète, ces gardiens de la Terre-mère porteront conjointement des propositions fortes pour l’avenir.

    De nombreux tournages (reportages, interviews) sont réalisés par Gert-Peter Bruch, fondateur,  dans le cadre de la préparation du premier long-métrage produit par Planète Amazone, avec le concours de professionnels de l’audiovisuel et du graphisme bénévoles.

    Poursuite en parallèle du projet de captation des récits biographiques et mythologiques du cacique Raoni Metuktire.

  • Mars : opération de collecte et livraison de médicaments en territoire Kayapo jusqu’en avril pour faire face à une dangereuse pénurie. Une grande quantité de médicaments est livrée aux dispensaires de trois villages Kayapo : Piaraçu, Metuktire (village du Cacique Raoni) et Kapot (Capoto) et disséminée aux 17 communautés en dépendant. Opération organisée en coordination avec l’Instituto Raoni, avec le soutien financier de la Croix Rouge Monégasque en plus de dons collectés sur la plateforme HelloAsso.

  • Janvier : lancement d’une action citoyenne à l’occasion de l’Assemblée Générale du constructeur allemand Siemens et de la livraison de la première turbine conçue par la firme Voith sur le chantier du barrage de Belo Monte. Les participants sont appelés à transmettre aux PDG des deux compagnies un courrier statuant que c’est en toute connaissance qu’ils violent les lois du Brésil, les conventions internationales, les principes directeurs de l’ONU et leurs propres chartes éthiques et environnementales, permettant ainsi la détérioration massive des écosystèmes dont dépendent notre avenir, nos vies, et en premier lieu la vie des peuples indigènes et riverains du Xingu.

2014

 

    • Décembre : le 6, participation à la conférence du mouvement End Ecocide on Earth  » Ecocide amazonien et droits bafoués des peuples autochtones: Quelles solutions? « , organisée par Alternatiba à la Maison des Initiatives et de la Citoyenneté (Île-Saint-Denis). L’intervention de Gert-Peter Bruch est intitulée  » Le fléau des grands barrages et des sites miniers au Brésil pour l’environnement et les populations locales « .

    • Financement du déplacement des caciques Raoni Metuktire et Megaron Txucarramãe à Brasilia pour participer à une mobilisation visant à empêcher la votation de l’amendement constitutionnel PEC-215, qui menace l’ensemble des terres indigènes du Brésil. Plusieurs centaines de citoyens francophones participent parallèlement à une campagne d’urgence de Planète Amazone et interpellent les autorités brésiliennes (Présidence de la République, Chambre des députés et Sénat) pour demander le retrait de l’amendement PEC-215, dont la votation, fragile victoire, est finalement reportée sine die.

    • Novembre : à l’UNESCO, le 14, participation de Gert-Peter Bruch au colloque du dixième anniversaire de l’Appel de Paris  visant à rassembler des scientifiques et juristes afin de faire reconnaitre la pollution comme crime contre l’Humanité.

      Lancement de la campagne « STOP TAPAJOS ! » avec le soutien de Bernard Lavilliers, pour accompagner une « Caravane contre les barrages en Amazonie » les 26 et 27 novembre le long du fleuve Tapajós, menacé lui aussi par des complexes de barrages. La campagne  pointe la responsabilité des multinationales. En France, Nicolas Hulot et Cécile Duflot sont parmi les premiers à poser avec un logo reprenant la célèbre main rouge – symbole de la lutte contre les grands barrages, dans la paume de laquelle figure soir le sigle d’EDF soit celui de GDF-Suez.

      Co-organisation, le 7,  avec le collectif Idle No More France d’un flash-mob devant le siège d’EDF, dans le quartier de la Défense, pour marquer l’anniversaire de l’exécution par la police militaire brésilienne, de l’indigène Adenilson Kirixi du peuple Munduruku. opposé à la construction d’un complexe de barrages hydroélectriques sur le bassin du fleuve Tapajós par un consortium dont fait partie le groupe énergétique français. Un cercueil est déposé devant l’entrée et les participants s’allongent autour, tandis qu’un tracé à la craie délimite leur corps, comme sur une scène de crime.

    • Octobre : à l’occasion des Prix Pinnochio 2014 (décernés aux entreprises les plus irresponsables en matière d’environnement) organisés par Les Amis de la Terre, campagne intensive de Planète Amazone pour soutenir la nomination de GDF-SUEZ (future ENGIE) dans la catégorie « greenwashing » pour la mise en place de Green Bonds (obligations vertes) ayant permis à la firme de récolter 2,5 milliards d’euros auprès d’investisseurs éthiques, et de les utiliser pour financer des projets destructeurs tout en continuant à miser massivement sur les énergies fossiles. Notre campagne permet à GDF-SUEZ d’être le lauréat 2014.

      Le 13, Planète Amazone participe à la conférence End Ecocide au Comité économique et social européen (CESE) à Bruxelles. Gert-Peter Bruch intervient parmi des juristes, des scientifiques, des ONG, des personnalités politiques et des citoyens, pour faire le lien entre génocide culturel des peuples autochtones et écocide.

    • Septembre : le 21, participation à Paris, à la grande Marche Mondiale pour le Climat pour rappeler l’importance des trois grandes forêts tropicales de la planète.

    • Août : les 21 et 22 août 2014, organisation, à la demande du Cacique Raoni Metuktire, de la visite du maire de Nice Christian Estrosi (Les Républicains) dans l’Etat du Mato Grosso (Brésil) simultanément dans les villages Kayapo de Piaraçu et Metuktire Novo (terre indigène Kapot-Jarina).

      Démarrage du premier volet d’un grand projet de préservation audiovisuelle des mythes et de l’histoire orale du peuple Kayapo et de la vie du Cacique Raoni Metuktire. Les tournages ont lieu à cheval sur août et septembre au village de Metuktire Novo (terre indigène Kapot-Jarina, Mato Grosso, Brésil). Les mythes et histoires vraies, qui souvent fusionnent, sont captés en très haute définition et avec une prise de son professionnelle.

      Sensibilisation d’une communauté kayapo à la gestion des déchets non bio-dégradables.

    • Juillet : à partir du 23 et jusqu’au 10 août, organisation de l’exposition  » L’Amazonie entre vos mains – agir pour sauver la forêt «  au Bateau Daphné (Paris), un événement interactif ponctué de projections et de débats   pour revivre ou découvrir la résistance au grand barrages amazoniens, construits au Brésil avec la complicité d’entreprises françaises et européennes.

    • Juin : organisation de la campagne “SOS AMAZÔNIA TOUR” des caciques Raoni et Megaron au Brésil et en Europe (France, Monaco, Angleterre, Norvège) alors que le Brésil lance la Coupe du monde de football. Après avoir participé, à Brasilia (27-29 mai), à de grandes manifestations indigènes en direction de la Coupe du monde, ils sont à Paris début juin. Le 3 juin, soirée spéciale au CESE pour commémorer le 25ème anniversaire de leur tournée mondiale avec le chanteur Sting. Le 4 juin, hommage du cacique Raoni dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale grâce au soutien du député Jean-Louis Roumégas. Le 5 juin événement de sensibilisation en présence de 300 enfants pour la Journée mondiale de l’environnement, en partenariat avec les écoles Eurécole, Living School, l’école primaire Parmentier et les Apprentis d’Auteuil, sous la direction du photographe Dominique Faliez (l’Oeil du plafond). Rencontres pendant la tournée pour présenter le projet d’une Alliance des Gardiens de Mère Nature avec personnalités et autorités : SAS le Prince Charles d’Angleterre, SAS le Prince Albert II de Monaco, SAS le Roi Harald IV de Norvège, Claude Bartolone, président de l’Assemblée Nationale française, Michel Rocard, ancien Premier ministre français…

      Lors de la soirée  » Cacique Raoni, Gardien des racines  » au CESE, diffusion d’une version originale sous-titrée en français du film Belo Monte, anuncio de uma guerra, de Andre d’Elia (sous-titrage produit par Planète Amazone).

      La tournée est accompagnée d’un spot produit par Planète Amazone avec la participation de Bernard Lavilliers et de Paul Watson (Sea Shepherd) pour lancer l’opération ‘S.O.S. Amazônia – Stop Belo Monte!’ : les citoyens sont appelés à diffuser sous de multiples formes (selfie, tee-shirts, pochoirs, images de profil sur les réseaux sociaux…) les symboles de lutte indigène : une main verte pour la forêt, une main rouge pour les peuples qui veillent sur elle.

    • Avril : le 28, participation à l’Assemblée Générale de GDF Suez afin de réclamer le retrait des projets de barrages en Amazonie brésilienne. Organisation conjointe avec Amazon Watch. Une lettre ouverte, signée de l’Articulation des peuples indigènes du Brésil (APIB) et de la Coordination des organisations indigènes de l’Amazonie brésilienne (COIAB), montre que l’implication de GDF Suez dans plusieurs projets hydroélectriques à travers l’Amazonie est en contradiction flagrante avec sa propre charte éthique et ses engagements à respecter les normes internationales de l’ONU. La lettre, lue par Gert-Peter Bruch (Planète Amazone) au pdg Gérard Mestrallet devant les actionnaires réclame de GDF Suez un moratoire sur tous ses projets de barrages en Amazonie et l’établissement d’un processus de dialogue authentique avec le mouvement indigène brésilien, en amont de tout projet futur.

    • Mars : le 14, organisation conjointe avec l’ONG Amazon Watch d’un rassemblement à La Défense devant les bâtiments de GDF-Suez, Alstom et EDF afin d’alerter sur la situation détériorée des peuples en Amazonie brésilienne et les impacts des constructions hydroélectriques de grande envergure, tels que Tapajos et Belo Monte, dans le cadre de la Journée Internationale d’action pour les rivières. Participation auprès de Sônia Guajajara, porte-parole de l’APIB (Articulation des Peuples Indigènes du Brésil) à un rendez-vous avec la direction de la RSE (Responsabilité Sociale et Environnementale) de GDF-Suez. Suite à cette rencontre, Sônia enverra une lettre aux dirigeants pour alerter l’entreprise sur sa participation à un cas possible de génocide de peuple(s) en isolement volontaire lors de la mise en eau du réservoir du barrage de Jirau, sur le Rio Madeira (Etat de Rondonia, Brésil).

Le 4, grâce à une campagne de Planète Amazone, le cacique Raoni Metuktire devient lauréat de l’édition 2014 du Prix du Public pour la Paix,  catégorie « artisan de paix de réputation internationale », avec plus de 48 % de l’ensemble des suffrages.

 

2011

 

 

A la une

Actus

Agenda

[Agenda]
24 novembre 2018
Projection de ‘Terra Libre’ à l’espace Jean-Dame (Paris 2e)
Lire la suite

[Dernières nouvelles]
12 octobre 2018
TERRA LIBRE à l’honneur au Festival Atmosphères
Lire la suite

[Agenda]
22 mai 2018
L’appel des Gardiens aux citoyens du monde
Lire la suite

[Agenda]
19 mai 2018 - 20 mai 2018
L’appel des Gardiens de la Terre
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

21 September 2017
SUPPORT THE ALLIANCE OF MOTHER NATURE'S GUARDIANS

18 September 2017
ALLIANCE DES GARDIENS - l'appel au rassemblement du Cacique RAONI METUKTIRE

27 June 2017
Chef indigène Ladio Veron au Sénat français

11 November 2016
Investigatiôns - LA GUERRE EST DÉCLARÉE - Les gardiens de la forêt amazonienne

5 September 2016
Alliance des Gardiens de Mère Nature : le Cacique Raoni remercie les donateurs

25 August 2016
Hugues Aufray soutien l'Alliance des Gardiens de Mère Nature

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

ONG de défense des peuples autochtones