Historique : Ailton Krenak devient le premier indigène à rejoindre l’Académie brésilienne des lettres


L’intronisation de l’écrivain et poète Ailton Krenak à l’Académie des lettres est une belle victoire symbolique pour les peuples indigènes brésiliens et s’inscrit dans une démarche très positive d’amélioration de la représentation indigène dans les espaces de pouvoir. En effet, en janvier 2023,  Sonia Guajajara a été nommée ministre des peuples indigènes et a été, avec la cheffe autochtone Juma Xipaya, admise à l’Académie de la culture en novembre. La députée Joênia Wapichana a également été nommée présidente de l’institution publique FUNAI.

Cependant, ces reconnaissances tardives restent malheureusement anecdotiques au Brésil, un pays fracturé comme jamais et où les droits des peuples indigènes sont violemment attaqués.

Ce n’est pas seulement l’intronisation à l’Académie brésilienne des lettres (ABL) du premier membre indigène, Ailton Krenak, écrivain, poète, philosophe et militant, qui a été célébrée le 5 avril dernier, mais bien aussi et surtout celle de 305 peuples indigènes du Brésil, leurs cultures, leurs récits et leurs langues. Un tournant historique dans la valorisation du patrimoine culturel du Brésil.


Écrivain, ancien journaliste, philosophe et figure éminente des luttes pour la défense des peuples indigènes, Ailton Krenak est désormais le premier représentant indigène à rejoindre l’Académie brésilienne des lettres | © Sturm/ Wikipedia Commons

Le 5 avril dernier, la cérémonie d’intronisation d’Ailton Krenak à l’Académie de lettres (ABL), à Rio de Janeiro, avait un goût de… jamais vu. Tranchant avec le protocole habituel, un tantinet rigide, qui prévaut dans cette institution vénérable fondée en 1897 sur le modèle de l’Académie française, A. Krenak, élu en octobre 2023, a fait son entrée dans le temple de la culture lusophone, accompagné de chants indigènes et en présence de danseurs aux coiffes de plumes. Il a fallu composer aussi avec la malice et le plaisir non dissimulé du célèbre écrivain plaisantant au sujet de son « nouvel accoutrement distingué », un habit vert foncé aux broderies dorées qu’il avait agrémenté d’un bandeau indigène cernant son front. « On va faire un peu de bruit pour troubler ce silence centenaire », s’est amusé le philosophe auprès de FranceTVinfo.

 

Une réparation historique

D’emblée, le ton était donné et son message appuyé, celui que A. Krenak porte haut et fort depuis près de quarante ans. Fidèle à ses combats, s’il a célébré dans son discours d’intronisation cette victoire historique, il n’a pas manqué en effet de rappeler les cinq siècles de souffrances des peuples indigènes depuis l’arrivée des colonisateurs européens et au sujet desquels il juge les premières excuses officielles du gouvernement brésilien insuffisantes : « Demander pardon après coup ne signifie pas grand-chose […]. La vraie réparation, c’est à travers des actes. »

L'Académie brésilienne des lettres ©Wolfhardt
Académie brésilienne des lettres ©Wolfhardt/ Wikipedia Commons

 Les souffrances de son peuple ont inspiré son œuvre

Krenak a toujours manié les mots comme une arme. Parmi ses huit livres publiés, les plus connus, Idées pour retarder la fin du monde (2019) et Demain n’est pas à vendre (2020) sont en effet des critiques virulentes du système capitaliste et du colonialisme, dont A. Krenak a pu mesurer les effets délétères sur ses propres terres situées dans l’État de Minas Gerais (Sud-Est), celles du peuple krenak (qu’il utilise comme patronyme) et de la rivière Rio Doce, quand en 2015, la rupture d’un barrage de retenue de minerais de l’entreprise Samarco provoque l’une des plus grandes catastrophes socio-environnementales jamais enregistrées au Brésil. Des terres indigènes brésiliennes qu’il a toujours défendues en participant notamment à la rédaction d’un article de la Constitution brésilienne de 1988 pour garantir aux populations indigènes le droit d’occuper leurs terres ancestrales délimitées par l’État, mais qui reste à ce jour aléatoirement appliqué.

Espérons que le fauteuil numéro 5, laissé vacant par José Murilo de Carvalho qu’occupe désormais Ailton Krenak, l’immortel, signera aussi l’immortalité des terres, de la culture et des peuples indigènes.

 


Pour aller plus loin : 

Notre film “Terra Libre” : https://shop.planeteamazone.org/index.php

Le second épisode de notre web série “Protégeons l’Amazonie”: https://vimeo.com/522891467

 

À lire également :

https://planeteamazone.org/actualites/bresil-les-victoires-et-les-defaites-des-peuples-indigenes-en-2023/

https://planeteamazone.org/actualites/marco-temporal-comment-le-congres-bresilien-saborde-les-droits-fondamentaux-des-peuples-indigenes/

La démarcation : une nécessité pour la survie des peuples indigènes et la protection de la nature

 

Sources :

Natives : Ailton Krenak : premier écrivain indigène élu à l’Académie brésilienne des lettres. 

FranceTVinfo : Ailton Krenak, premier écrivain indigène élu à l’Académie brésilienne des lettres, veut retarder la fin du monde.

La Croix : Le premier membre indigène de l’Académie brésilienne des Lettres intronisé. 

Le Monde : Au Brésil, les excuses présentées aux peuples indigènes n’arrêteront pas la crise humanitaire en cours.


Article rédigé par Martine de Gainza pour Planète Amazone.



Mis a jour le 2024-04-05 23:00:54

Haut de page

A la une

CAMPEMENT TERRE LIBRE 2024
LES RAISONS DE LA COLÈRE

Au Brésil, Ailton Krenak dev...
le premier membre indigène d...

La Suisse reconnue coupable
de violations des droits hum...

QUAND NOTRE PROCHAIN FILM re...
la lutte contre le traité UE...

Entre soja et savane brésili...
que choisira l’Europe ?

à la COP 28 et à l'ONU, Plan...
pour faire résonner la voix ...

Au Brésil, CONTRE UN PROJET ...
action commune des INDIGèNES...

Bilan de l'année 2023 au Bré...
Victoires et défaites des pe...

Rencontre avec Appolinaire O...
Gardien des forêts sacrées a...

Nouveau roman d'Arkan Simaan
En soutien aux indigènes d'A...

Avant-première spéciale à Br...
Découvrez 'Amazonia, Cœur de...

Démarcation de la terre de R...
La bataille juridique contin...

Au Congrès brésilien
Les droits des indigènes sab...

Sécheresse catastrophique au...
Le nord du pays ravagé

Forum mondial Normandie pour...
Retrouvez l'intervention de ...

Territoire du Kapot-Nhinore
Les agriculteurs contre la d...

Hommage à Rosita Watkins
L'amie des peuples indigènes...

Arrestation du cacique Valdi...
Les Guarani-Kaiowás sont att...

Crise humanitaire au Brésil
Les Yanomamis continuent de ...

Grande Assemblée du cacique ...
Planète Amazone en terre kay...

London Climate Action Week
Notre nouveau film en avant-...

Déforestation au Cerrado
Les ravages de la multinatio...

Planète Amazone au Brésil
Notre mission Terre Libre 20...

L'ancien président condamné...
Bolsonaro : toujours dangere...

Collecte de fonds pour ATL 2...
Rassemblement fin avril à Br...

La démarcation : une nécessi...
Pour les peuples et la natur...

Nouveau rapport du GIEC
l’humanité au bord du précip...

Planète Amazone à la COP15
Quelles actions face à la 6 ...

#CarrefourNousEnfume
Le message filmé de Kretã Ka...

Changement climatique
Notre COP27

Un film, 3 versions, 6 langu...
Le DVD de Terra Libre (enfin...

Démarcation des terres indig...
Victoire pour les Nambikwara...

Reconnaissance du crime d'éc...
La Belgique, bon élève europ...

Double meurtre en Amazonie
Justice pour Dom et Bruno

2012 - 2022
Planète Amazone, 10 ans d'ac...

Les 4 épisodes en replay
"Protégeons l'Amazonie"

Signez la pétition
Amazonie : stop au double-je...

TERRA LIBRE
Regardez toutes les vidéos d...

Connaître Planète Amazone
Lire notre historique

Soutenez Planète Amazone
Faites un don mensuel ou pon...

Actus

Agenda

[Agenda]
06 juin 2024
6 juin 2023 > Projection – débat du film Terra Libre au Café Théodore à Trédrez Locquémeau...
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

14 April 2023
L’appel de Pierre Richard en soutien à un grand rassemblement de peuples indigènes au Brésil

9 December 2022
Interview du cacique Kretã, du peuple Kaingang

3 June 2022
Message du cacique Raoni #STOPECOCIDE

9 November 2021
COP26 : Le Cacique Ninawa et Mindahi Bastida dénoncent les fausses solutions de nos dirigeants

9 November 2021
COP26 : Mindahi Bastida appelle à l’action, maintenant !

9 November 2021
Ouverture de la COP26 : l'hommage de Tom Goldtooth à un chef défunt.

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre