JAIR BOLSONARO EST PARTI, MAIS L’EXTERMINATION DES PEUPLES INDIGÈNES CONTINUE


Depuis l’élection de Jair Bolsonaro en 2018, les droits des peuples indigènes sont constamment attaqués par le Congrès brésilien. Les députés conservateurs cherchent à éjecter les indigènes de leurs terres ancestrales, au profit d’activités très polluantes comme l’agriculture ou l’extraction minière. Malgré la défaite électorale de Bolsonaro en 2022, le Congrès perpétue sa politique de guerre contre les peuples indigènes et l’environnement.


Lors de la manifestation Ato pela Terra en mars 2022, des manifestants indigènes protestent contre un ensemble de projets de loi (dont la PL 490) qui faciliteraient la déforestation et l’exploitation minière sur les terres indigènes. Crédits photo : Jefferson Rudy/Agência Senado

Le retour et les premières mesures du président Lula permettaient d’espérer un répit pour les populations indigènes du Brésil, gravement affaiblies par le mandat de Jair Bolsonaro. La création d’un ministère des peuples indigènes et la relance du processus de démarcation ont alimenté l’espoir que le plus grand pays d’Amérique Latine entre enfin dans une nouvelle ère de respect de l’environnement et des droits des peuples indigènes.

 

Néanmoins, ce mardi 31 mai, les députés ont violemment enterré cet espoir. Le Congrès a brisé le pacte constitutionnel qui assurait la protection des terres indigènes. La chambre des députés, à majorité libérale (parti de Bolsonaro), a notamment voté une loi limitant leur démarcation.

 

Un tremblement de terre pour l’environnement et les peuples indigènes

Cette semaine a entériné le retour au démantèlement des droits des peuples indigènes au Brésil. Le 24 mai dernier, la chambre des députés a approuvé le projet de loi PL 1154, qui prive le ministère de l’environnement du Registre environnemental rural, un dispositif essentiel dans la lutte contre la déforestation. En effet, le Registre environnemental rural  regroupe en un dossier de nombreuses informations environnementales sur les propriétés rurales et est donc un outil indispensable pour protéger la forêt amazonienne.

 

Ce mardi 30 mai, le Congrès a voté une nouvelle loi inquiétante : la PL 490. Parmi ses mesures, la restriction de la démarcation aux seules terres occupées par les indigènes en 1988, année de la Constitution brésilienne. Ou encore le transfert de la démarcation du ministère des peuples indigènes à celui de la justice

 

C’est bien évidemment un non-sens, et un moyen de mettre à mal tout projet de démarcation. En effet, lors de la création de la Constitution, un grand nombre de peuples indigènes n’étaient pas présents sur leurs terres, chassés au fil des siècles. Cette mesure restreint donc considérablement le périmètre de terres pouvant être démarquées. 

 

Mais ce projet ne se contente pas de complexifier et limiter le processus de démarcation. Il le vide de toute substance. Si cette loi est promulguée, il sera possible de construire des autoroutes, des centrales hydroélectriques et de réaliser d’autres entreprises sur les terres indigènes protégées.

 

Pourquoi est-ce si grave ? 

La démarcation est un enjeu fondamental dans la protection des droits des peuples indigènes. Elle interdit l’exploitation de leurs terres, et les préserve ainsi des destructions qui en découlent. Elle joue aussi un rôle capital dans la prévention de la déforestation.

 

“Il s’agit d’un génocide contre les peuples indigènes, mais aussi d’une attaque contre l’environnement”, a affirmé Sônia Guarajaja, ministre des peuples indigènes. 

 

Aujourd’hui, sur les 1299 territoires sur lesquels vivent les peuples indigènes, entre 400 et 500 terres sont démarquées et plus de 800 sont encore en attente de démarcation. Le travail de démarcation est donc très loin d’être achevé, ce qui n’a pas empêché Jair Bolsonaro de l’interrompre totalement dès son élection en 2018.

 

Ces deux lois représentent donc un danger immense pour les peuples indigènes comme pour la planète, à l’heure ou l’Amazonie a dépassé 27% de déforestation et où de nombreux indigènes meurent tous les jours, à l’image des Yanomami

 

Le “marqueur temporel”, une théorie fallacieuse redoutable

Si le nouveau gouvernement formé par Lula incarne une révolution (incarnée par la première élection d’une indigène à la tête d’un ministère), la chambre des députés est très conservatrice. En effet, la grande majorité des députés est issue du parti libéral, celui de Jair Bolsonaro, et également favorable à l’industrie agro-alimentaire. Cette dernière, bien qu’essentielle au développement économique du pays, était à l’origine de 97% de la déforestation amazonienne en 2021, selon le média brésilien Brasil de Fato.

 

Ils justifient leur vote par la Théorie du marqueur temporel (Marco Temporal). Celle-ci ignore complètement la présence des peuples indigènes avant la Constitution, faisant démarrer l’histoire du pays à celle-ci. De cette manière, ils légitiment l’expropriation des peuples indigènes, qu’ils considèrent comme les véritables colons. 

 

Cette thèse anti-indigènes, portée par le milieu de l’agro-industrie, a trouvé un écho important au sein du Congrès. Jair Bolsonaro en était lui-même adepte et a largement contribué à son adhésion. 

 

Le 7 juin : une date cruciale pour l’avenir de l’Amazonie

La journée du 7 Juin sera décisive : la Cour Suprême Fédérale devra se prononcer sur la constitutionnalité de ces deux projets de loi. En juin 2022 et en décembre 2021, elle était déjà parvenue à empêcher l’adoption de la PL 490 et en protéger ainsi les peuples indigènes. 

 

Cela laisse donc un espoir, même si rien n’est encore joué. Si le texte est validé, ce sera une déclaration de guerre contre les peuples indigènes.  

 

L’inquiétante inaction du président Lula

Si le début de mandat du président Lula, marqué par le retour de la lutte contre la déforestation et la fin de l’impunité pour les orpailleurs, a été bien accueilli par les peuples indigènes, son inaction face à ce coup de grâce laisse un goût amer.

Certes, le rapport de force au sein du Congrès lui est défavorable. Très marqué à droite, les représentants de l’agro-industrie y sont très puissants, et seuls 20% des députés sont issus du parti travailliste. 

 

Mais, en refusant de prendre position personnellement, Lula a fragilisé son propre camp. « Le président Lula aurait pu s’impliquer un peu plus » avouait en interview Sônia Guajajara, la ministre des peuples indigènes et militante indigène de renom. Son manque d’implication face à une attaque de cette envergure contre les peuples indigènes et l’Amazonie fragilise gravement la crédibilité de son gouvernement et ses ambitions climatiques.

 

Retour à l’état de guerre pour les peuples indigènes

“Parce qu’il n’y aura pas de forêt debout avec du sang indigène sur le sol.” Par ces mots, Célia Xakriabá, seule député autochtone et militante du peuple Xakriabá, rappelle que si elles sont approuvées, ces mesures auront un impact non seulement sur la vie des peuples indigènes du Brésil, mais aussi sur la population mondiale. Bien qu’ils ne représentent que 5 % de la population mondiale, les peuples indigènes protègent 80% de la biodiversité mondiale sur leurs territoires, selon l’ONU.

Le mouvement indigène continue de résister et de combattre dans les territoires, les villes, à Brasília et à travers le monde.

 

Le soutien de la communauté internationale a été essentiel pour empêcher la politique de Bolsonaro de devenir encore plus destructrice, affirme l’Articulation des peuples indigènes du Brésil (APIB). Ils ont plus que jamais besoin de votre aide !

 

Comment soutenir la lutte des peuples indigènes pour leur environnement et notre avenir ?

 

-Soutenir financièrement les mobilisations indigènes : https://cutt.ly/WwwTWQXj

-Suivre l’APIB sur les réseaux sociaux, partagez leur contenu sur vos réseaux sociaux et les taguer (@apiboficial)

-Signez et partagez leur pétition : https://cutt.ly/NwwTWPYI

-Mobiliser les autorités, les célébrités et les influenceurs

-Organiser des manifestations devant les ambassades et universités du Brésil, devant le Parlement européen, etc.

 

A lire également sur Planète Amazone : 

https://planeteamazone.org/actualites/la-demarcation-une-necessite-pour-la-survie-des-peuples-indigenes-et-la-protection-de-la-nature/

https://planeteamazone.org/actualites/bresil-bolsonaro-menace-de-ne-pas-respecter-la-decision-de-la-cour-supreme-federale-sur-le-marqueur-temporel/

https://planeteamazone.org/actualites/bolsonaro-roi-de-la-politique-ecocidaire-et-anti-indigene/

 

Sources :

APIB : International Indigenous Mobilization : scenario of setbacks in Brazil

Le Monde : Au Brésil, malgré les promesses de Lula, les menaces sur l’environnement se multiplient

Le Guardian : Outrage as Brazil law threatening Indigenous lands advances in congress

Brasil de Fato : Agronegócio foi responsável por 97% do desmatamento no Brasil em 2021

 

Article rédigé par Quentin Moreau et Eléonore Di Maria pour Planète Amazone



Mis a jour le 2024-03-23 14:49:41

Haut de page

A la une

Au Brésil, Ailton Krenak dev...
le premier membre indigène d...

La Suisse reconnue coupable
de violations des droits hum...

QUAND NOTRE PROCHAIN FILM re...
la lutte contre le traité UE...

Entre soja et savane brésili...
que choisira l’Europe ?

à la COP 28 et à l'ONU, Plan...
pour faire résonner la voix ...

Au Brésil, CONTRE UN PROJET ...
action commune des INDIGèNES...

Bilan de l'année 2023 au Bré...
Victoires et défaites des pe...

Rencontre avec Appolinaire O...
Gardien des forêts sacrées a...

Nouveau roman d'Arkan Simaan
En soutien aux indigènes d'A...

Avant-première spéciale à Br...
Découvrez 'Amazonia, Cœur de...

Démarcation de la terre de R...
La bataille juridique contin...

Au Congrès brésilien
Les droits des indigènes sab...

Sécheresse catastrophique au...
Le nord du pays ravagé

Forum mondial Normandie pour...
Retrouvez l'intervention de ...

Territoire du Kapot-Nhinore
Les agriculteurs contre la d...

Hommage à Rosita Watkins
L'amie des peuples indigènes...

Arrestation du cacique Valdi...
Les Guarani-Kaiowás sont att...

Crise humanitaire au Brésil
Les Yanomamis continuent de ...

Grande Assemblée du cacique ...
Planète Amazone en terre kay...

London Climate Action Week
Notre nouveau film en avant-...

Déforestation au Cerrado
Les ravages de la multinatio...

Planète Amazone au Brésil
Notre mission Terre Libre 20...

L'ancien président condamné...
Bolsonaro : toujours dangere...

Collecte de fonds pour ATL 2...
Rassemblement fin avril à Br...

La démarcation : une nécessi...
Pour les peuples et la natur...

Nouveau rapport du GIEC
l’humanité au bord du précip...

Planète Amazone à la COP15
Quelles actions face à la 6 ...

#CarrefourNousEnfume
Le message filmé de Kretã Ka...

Changement climatique
Notre COP27

Un film, 3 versions, 6 langu...
Le DVD de Terra Libre (enfin...

Démarcation des terres indig...
Victoire pour les Nambikwara...

Reconnaissance du crime d'éc...
La Belgique, bon élève europ...

Double meurtre en Amazonie
Justice pour Dom et Bruno

2012 - 2022
Planète Amazone, 10 ans d'ac...

Les 4 épisodes en replay
"Protégeons l'Amazonie"

Signez la pétition
Amazonie : stop au double-je...

TERRA LIBRE
Regardez toutes les vidéos d...

Connaître Planète Amazone
Lire notre historique

Soutenez Planète Amazone
Faites un don mensuel ou pon...

Actus

Agenda

[Agenda]
20 février 2024
Bruxelles : projection en avant-première de “Amazonia, Cœur de la Terre Mère” en résista...
Lire la suite

[Evénements publics]
30 novembre 2023 - 07 décembre 2023
Une délégation de Planète Amazone à la Cop 28 à Dubaï
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
16 novembre 2023
Projection-débat du film Terra Libre et rencontre avec Appolinaire Oussou Lio, chef du peuple T...
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
15 juin 2023
Projection/débat du film Terra Libre au cinéma Sirius
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
05 mai 2023
Projection/débat du film Terra Libre au cinéma Apollo
Lire la suite

[Manifestations]
24 avril 2023 - 28 avril 2023
CAMPEMENT TERRE LIBRE : LE GRAND RASSEMBLEMENT ANNUEL DES PEUPLES INDIGÈNES BRÉSILIENS
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

14 April 2023
L’appel de Pierre Richard en soutien à un grand rassemblement de peuples indigènes au Brésil

9 December 2022
Interview du cacique Kretã, du peuple Kaingang

3 June 2022
Message du cacique Raoni #STOPECOCIDE

9 November 2021
COP26 : Le Cacique Ninawa et Mindahi Bastida dénoncent les fausses solutions de nos dirigeants

9 November 2021
COP26 : Mindahi Bastida appelle à l’action, maintenant !

9 November 2021
Ouverture de la COP26 : l'hommage de Tom Goldtooth à un chef défunt.

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre