Marco Temporal : comment le Congrès brésilien saborde les droits fondamentaux des peuples indigènes


L’arrivée au pouvoir du président Lula a offert un espoir aux peuples indigènes. Mais ce temps semble révolu. Le Congrès brésilien, proche de l’ancien président Jair Bolsonaro, cherche à tout prix à éjecter les autochtones de leurs terres ancestrales, au profit d’activités très polluantes comme l’agriculture ou l’extraction minière.


Des dirigeants et des militants indigènes manifestant à Brasilia contre le projet de loi 191, qui vise à légaliser l’exploitation minière illégale sur les terres indigènes.

Jeudi 28 décembre 2023, le président du Sénat Rodrigo Pacheco a promulgué une terrible loi anti-indigène, la PL 490. Pourtant, cette dernière avait été déclarée anticonstitutionnelle par la Cour Suprême et partiellement censurée par le président Lula. C’est une catastrophe pour les peuples indigènes.

 

La PL 490 : un projet de loi destructeur pour les droits des peuples indigènes

La PL 490 est directement inspirée de la thèse du marqueur temporel (“Marco Temporal”) soutenue par l’agro-industrie. En effet, le projet de loi restreint la démarcation des terres indigènes à celles dont il est possible de prouver qu’elles étaient déjà occupées par un peuple indigène à la date du 5 octobre 1988, date de promulgation de la Constitution fédérale en vigueur aujourd’hui au Brésil.

 

Cette interprétation fallacieuse de la Constitution est un moyen de mettre à mal tout projet de démarcation puisqu’en 1988, un grand nombre de peuples indigènes n’étaient pas présents sur leurs terres, chassés au fil des siècles. Cette mesure restreint considérablement le périmètre de terres pouvant être démarquées et oblige les peuples indigènes à apporter la preuve de leur présence sur le territoire. 

 

Pourtant, la démarcation est un enjeu fondamental dans la protection des droits des peuples indigènes. Elle interdit l’exploitation de leurs terres, les préserve ainsi des destructions qui en découlent et joue ainsi un rôle capital dans la prévention de la déforestation

 

Les communautés indigènes, premières victimes de la crise politique brésilienne

Depuis l’entrée en fonction du président de gauche Lula, les droits des peuples indigènes se sont  retrouvés au cœur d’un bras de fer entre les pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires brésiliens. 

 

En mai 2023, le congrès, à majorité conservatrice, vote à une large majorité la PL 490.

 

Quatre mois plus tard, jeudi 21 septembre, après de nombreuses manifestations des peuples et leaders indigènes, une écrasante majorité (9 voix contre 2) de juges de la Cour Suprême ont déclaré cette loi anticonstitutionnelle et ont, de ce fait, conforté le droit inaliénable des peuples indigènes à occuper leurs terres ancestrales.

 

Mais le répit pour les peuples indigènes fut de courte durée. A peine 6 jours plus tard, la PL 490 est de nouveau à l’ordre du jour et les sénateurs l’adoptent également à une large majorité. Ils s’opposent ainsi frontalement à la décision des juges de la Cour Suprême et plongent le Brésil dans une crise politique et institutionnelle majeure. Dans ce contexte, le président Lula a décidé, en octobre, d’opposer son veto aux principales mesures du texte.

 

Hélas, depuis lors, le Congrès est passé outre le veto du président et a bel et bien promulgué la loi jeudi 28 décembre. 

 

L’Association des peuples indigènes du Brésil (APIB) et le gouvernement brésilien ont annoncé faire un recours auprès de la Cour Suprême. Le texte sera donc à nouveau soumis aux  juges qui devraient vraisemblablement le bloquer de nouveau.

 

Une situation juridique très dangereuse

Selon l’avocat Melillo Dinis, de la Commission Spéciale pour la Défense des droits des peuples indigènes, l’intention des deux chambres du Congrès est de créer un blocage politique qui aura pour conséquence de retarder les 42 démarcations de terres autochtones qui étaient prévues. 

 

En effet, le Brésil a désormais une loi qui va à l’encontre de ce que dit la Constitution, qui précise pourtant que les peuples autochtones ont droit à leurs terres quel que soit le moment où ils ont occupé la terre, comme le rappelle le professeur adjoint de droit constitutionnel de l’Université d’État de Rio de Janeiro, Wallace Corbo.

 

Les experts craignent également que, pendant cette période d’incertitude, il y ait davantage de cas de violence dans les campagnes et d’invasions de paysans sur des terres qui devraient être protégées.

“L’histoire du Brésil est l’histoire de la violence. C’est ce qui se produit lorsque le crime est organisé et que l’État est désorganisé.” explique Melillo Dinis.

 

Quels leviers d’action ?

Dans ce contexte, il est essentiel de rappeler que les pays européens ont une responsabilité historique dans la déforestation de l’Amazonie et donc dans les attaques contre les terres indigènes. En effet, l’agriculture intensive et l’orpaillage, principales causes de déforestation au Brésil, sont des activités majoritairement destinées à l’exportation vers l’Union Européenne, la Chine et les Etats-Unis.

 

Nous appelons à une réaction de nos gouvernements et de la société civile à la hauteur des enjeux écologiques et humanitaires. Il est impensable de continuer d’entretenir d’importantes relations commerciales avec un pays dont le Congrès viole la Constitution et se soustrait à toutes les normes environnementales. Seule une pression internationale forte pourra faire infléchir les députés et sénateurs brésiliens et enfin protéger l’Amazonie et les peuples indigènes.

 

À lire aussi sur Planète Amazone :

JAIR BOLSONARO EST PARTI, MAIS L’EXTERMINATION DES PEUPLES INDIGÈNES CONTINUE

La démarcation : une nécessité pour la survie des peuples indigènes et la protection de la nature

Nouvelle loi européenne contre la déforestation : victoire ou nouvelle illusion?

 

Sources :

Camara dos Deputados : Congresso derruba veto ao marco temporal das terras indígenas

Agencia Brasil : Indígenas recorrem ao STF após derrubada de vetos sobre marco temporal

Politicalivre : Marco temporal da demarcação das terras indígenas vira lei; veja o que ocorre agora

 

Article rédigé par Quentin Moreau pour Planète Amazone



Mis a jour le 2024-04-05 23:00:54

Haut de page

A la une

CAMPEMENT TERRE LIBRE 2024
LES RAISONS DE LA COLÈRE

Au Brésil, Ailton Krenak dev...
le premier membre indigène d...

La Suisse reconnue coupable
de violations des droits hum...

QUAND NOTRE PROCHAIN FILM re...
la lutte contre le traité UE...

Entre soja et savane brésili...
que choisira l’Europe ?

à la COP 28 et à l'ONU, Plan...
pour faire résonner la voix ...

Au Brésil, CONTRE UN PROJET ...
action commune des INDIGèNES...

Bilan de l'année 2023 au Bré...
Victoires et défaites des pe...

Rencontre avec Appolinaire O...
Gardien des forêts sacrées a...

Nouveau roman d'Arkan Simaan
En soutien aux indigènes d'A...

Avant-première spéciale à Br...
Découvrez 'Amazonia, Cœur de...

Démarcation de la terre de R...
La bataille juridique contin...

Au Congrès brésilien
Les droits des indigènes sab...

Sécheresse catastrophique au...
Le nord du pays ravagé

Forum mondial Normandie pour...
Retrouvez l'intervention de ...

Territoire du Kapot-Nhinore
Les agriculteurs contre la d...

Hommage à Rosita Watkins
L'amie des peuples indigènes...

Arrestation du cacique Valdi...
Les Guarani-Kaiowás sont att...

Crise humanitaire au Brésil
Les Yanomamis continuent de ...

Grande Assemblée du cacique ...
Planète Amazone en terre kay...

London Climate Action Week
Notre nouveau film en avant-...

Déforestation au Cerrado
Les ravages de la multinatio...

Planète Amazone au Brésil
Notre mission Terre Libre 20...

L'ancien président condamné...
Bolsonaro : toujours dangere...

Collecte de fonds pour ATL 2...
Rassemblement fin avril à Br...

La démarcation : une nécessi...
Pour les peuples et la natur...

Nouveau rapport du GIEC
l’humanité au bord du précip...

Planète Amazone à la COP15
Quelles actions face à la 6 ...

#CarrefourNousEnfume
Le message filmé de Kretã Ka...

Changement climatique
Notre COP27

Un film, 3 versions, 6 langu...
Le DVD de Terra Libre (enfin...

Démarcation des terres indig...
Victoire pour les Nambikwara...

Reconnaissance du crime d'éc...
La Belgique, bon élève europ...

Double meurtre en Amazonie
Justice pour Dom et Bruno

2012 - 2022
Planète Amazone, 10 ans d'ac...

Les 4 épisodes en replay
"Protégeons l'Amazonie"

Signez la pétition
Amazonie : stop au double-je...

TERRA LIBRE
Regardez toutes les vidéos d...

Connaître Planète Amazone
Lire notre historique

Soutenez Planète Amazone
Faites un don mensuel ou pon...

Actus

Agenda

[Agenda]
06 juin 2024
6 juin 2023 > Projection – débat du film Terra Libre au Café Théodore à Trédrez Locquémeau...
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

14 April 2023
L’appel de Pierre Richard en soutien à un grand rassemblement de peuples indigènes au Brésil

9 December 2022
Interview du cacique Kretã, du peuple Kaingang

3 June 2022
Message du cacique Raoni #STOPECOCIDE

9 November 2021
COP26 : Le Cacique Ninawa et Mindahi Bastida dénoncent les fausses solutions de nos dirigeants

9 November 2021
COP26 : Mindahi Bastida appelle à l’action, maintenant !

9 November 2021
Ouverture de la COP26 : l'hommage de Tom Goldtooth à un chef défunt.

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre