EN NOUVELLE-CALÉDONIE, LA RÉPRESSION COMME SEULE RÉPONSE AUX REVENDICATIONS DU PEUPLE KANAK


Depuis le 13 mai, le territoire de Nouvelle-Calédonie est bouleversé par des émeutes ayant causé la vie de neuf personnes, et blessé des centaines. À l’origine de la crise, le dégel du corps électoral, une mesure qui ignore volontairement l’histoire coloniale française et les violences subies par le peuple Kanak. Par ailleurs, à rebours de la position de reconnaissance des peuples indigènes portée par la France à l’international, le gouvernement réprime violemment leurs revendications dans son propre pays.


Rassemblement indépendantiste de protestation contre la venue d’Emmanuel Macron en Nouvelle-Calédonie, juillet 2023.
© Gwangelinhael/Deviant Art

Des tragiques années 1980 jusqu’aux débats politiques contemporains, la question de l’indépendance Kanak demeure un sujet brûlant en Nouvelle-Calédonie. De nombreux événements marquants, des accords de Matignon aux récents bouleversements politiques, ont façonné le combat du peuple Kanak pour l’autodétermination.

 

Un contexte post-colonial complexe

La Nouvelle-Calédonie, sous le joug colonial de la France depuis 1853, a été érigée en territoire d’outre-mer en 1946. Constituant la population mélanésienne de l’archipel, les Kanaks représentent plus de 41 % des 271 400 habitants selon le recensement de 2019. Or durant la période coloniale, les Kanaks ont été soumis au régime de l’indigénat, contraints à vivre dans des réserves et exploités. Ce lourd passé, marqué par la spoliation des terres et le racisme, a façonné une fracture profonde entre les Kanaks et les Caldoches, descendants des colons européens.

À la fin des années 1960, un vent de révolte souffle sur la Nouvelle-Calédonie, stimulé par le mouvement étudiant de Mai 68 en France métropolitaine. Les jeunes Kanaks réclament une reconnaissance de leur identité culturelle.

 

Un processus de décolonisation inachevé

Les années 1980 sont le théâtre d’affrontements sanglants en Nouvelle-Calédonie, marquées par le massacre de Hienghène en décembre 1984, où dix militants indépendantistes sont tués dans une attaque menée par les loyalistes. Ces années de violences s’achèvent par la tragique prise d’otages d’avril 1988, durant laquelle les indépendantistes retiennent des gendarmes dans la grotte d’Ouvéa. Le 5 mai 1988, François Mitterrand et son premier ministre Jacques Chirac donnent l’ordre de lancer l’assaut, aboutissant à la mort de 25 personnes, 19 Kanaks et 6 militaires.

Cet évènement dramatique conduit à une prise de conscience de l’urgence d’apaiser les tensions, illustrée par la rencontre historique à Paris des deux figures politiques majeures, Jacques Lafleur du Rassemblement pour la Calédonie dans la République, et Jean-Marie Tjibaou du Front de libération nationale kanak et socialiste.

Les accords de Matignon puis de Nouméa, signés en 1988 et 1998, manifestent une tentative de résolution des conflits en offrant une période de développement et des garanties d’autonomisation à la communauté Kanak, dans une logique de décolonisation. Cependant, ces accords ne parviennent pas à adoucir les tensions profondes entre les factions loyalistes et indépendantistes.

L’accord de Nouméa prévoyait trois référendums d’autodétermination afin de laisser aux habitants de l’archipel le choix de leur avenir politique. Le troisième et dernier référendum de 2021, marqué par un boycott des indépendantistes dû au refus de repousser la consultation pour cause de Covid-19, remet en question la légitimité du processus démocratique : « Pour nous, la troisième consultation n’a pas eu lieu, on conteste les résultats », souligne Pierre-Chanel Tutugoro,  président du groupe UC-FLNKS.

 

Portrait d’un homme et d’une femme Kanaks. © Khellon/Istock

 

Le nouveau projet de loi constitutionnelle met le feu au poudre 

Le système électoral des élections provinciales, instauré suite à l’accord de Nouméa de 1998, restreint le corps électoral aux inscrits de 1998 et à leurs descendants, excluant ainsi environ 20 % de la population. En janvier 2024, le gouvernement a présenté un projet de loi pour dégeler ces listes à partir du 1er juillet 2024, afin d’inclure les citoyens nés sur place ou y résidant depuis au moins dix ans, intégrant environ 25 000 personnes. Cette réforme, qui augmenterait le corps électoral de 14,5 %, pourrait diluer la voix politique des Kanaks, déjà discriminés :

« La situation de la Nouvelle‑Calédonie se distingue de celle de la France (métropolitaine, NDLR) et de la plupart des pays occidentaux en ce que les ethnies discriminées ne sont pas celles issues de l’immigration. C’est bien du contraire qu’il s’agit : la Nouvelle‑Calédonie a été une terre d’immigration (colonisation de peuplement) et les inégalités observées existent à l’avantage des immigrants et au détriment du peuple autochtone […]. » (Catherine Ris, chercheuse pour l’INSEE). 

Le 13 mai 2024, après la validation du projet de loi par le Sénat, des manifestations violentes ont éclaté à Nouméa et dans d’autres villes, entraînant l’état d’urgence et le déploiement de l’armée. L’aéroport international a été fermé, et des évacuations de touristes ont été organisées.

Les réactions à cette réforme sont fortement polarisées. Les indépendantistes, notamment le FLNKS, craignent pour l’autodétermination, tandis que les loyalistes voient une opportunité de stabiliser le climat politique et d’élargir la participation électorale. Emmanuel Macron, lors de sa visite en mai 2024, a évoqué l’organisation d’un référendum pour confirmer le soutien à la réforme électorale et apaiser les tensions. Pierre-Chanel Tutugoro estime quant à lui que la décolonisation doit être achevée avant de discuter du corps électoral. Encore aujourd’hui, l’ONU classe la Nouvelle-Calédonie comme un « territoire non autonome », signifiant qu’elle n’est pas complètement autogérée et que la décolonisation n’y est pas achevée. Actuellement, 17 territoires sont considérés comme non autonomes dans le monde.

 

Des inégalités socio-économiques persistantes

Malgré l’accord de Nouméa, qui visait à réduire les inégalités entre territoires et communautés, les disparités socio-économiques demeurent. En 2019, le niveau de vie médian dans la province Nord, majoritairement peuplée de Kanaks, était deux fois inférieur à celui de la province Sud, avec 32,5 % des Kanaks vivant sous le seuil de pauvreté contre 9 % pour le reste de la population. Ce déséquilibre s’explique par l’industrie du nickel, centrée à Nouméa, qui attire populations et entreprises, et développe les infrastructures principalement autour de la capitale.

Les Kanaks revendiquent aujourd’hui un plus grand contrôle sur l’exploitation et la gestion des ressources minières, arguant que les bénéfices devraient davantage profiter à la population locale, touchée par ces disparités économiques. Globalement moins diplômés que les autres communautés, les Kanaks restent minoritaires sur le marché du travail. Cependant, les disparités persistent même à niveau de diplôme équivalent. Les Kanaks occupent ainsi des emplois à moindre responsabilité ou plus précaires et sont plus fréquemment touchés par le chômage. En 2020, ce dernier touchait 19,7 % des Kanaks, soit 6 points de plus que celui de l’ensemble de la population.

Le 12 juin, lors d’une conférence de presse, Emmanuel Macron annonce la suspension du projet de loi constitutionnelle sur le dégel du corps électoral, laissant entrevoir un espoir d’apaisement, mais pas son retrait, comme réclamé par les indépendantistes. Aujourd’hui plus que jamais, les revendications légitimes des Kanaks pour la reconnaissance de leur souveraineté doivent être écoutées. Il est impératif que les autorités engagent un dialogue avec les représentants Kanaks afin de trouver une solution pacifique et durable à cette crise, en accord avec les principes de décolonisation prévus par l’accord de Nouméa.


Sources :

Radio France : Du massacre d’Ouvéa aux accords de Nouméa, l’indépendantisme kanak

Le Monde : Nouvelle-Calédonie : les questions pour comprendre la crise

Outre-Mer la 1ère : DOSSIER. Bilan de l’Accord de Nouméa : les inégalités sociales restent importantes entre communautés et provinces [3/4]

France Info : Émeutes en Nouvelle-Calédonie : “Il en va de notre survie”, dénoncent des opposants à la réforme constitutionnelle

Outre-Mer la 1ère : Dégel du corps électoral. Emmanuel Macron “a décidé de suspendre” le projet de loi constitutionnelle, déclare-t-il


Article rédigé par Julia Carrasquer avec la participation de Quentin Moreau pour Planète Amazone.



Mis a jour le 2024-04-15 09:50:03

Haut de page

A la une

en nouvelle-calédonie
la répression et le mépris p...

CAMPEMENT TERRE LIBRE 2024
LES RAISONS DE LA COLÈRE

Au Brésil, Ailton Krenak dev...
le premier membre indigène d...

La Suisse reconnue coupable
de violations des droits hum...

QUAND NOTRE PROCHAIN FILM re...
la lutte contre le traité UE...

Entre soja et savane brésili...
que choisira l’Europe ?

à la COP 28 et à l'ONU, Plan...
pour faire résonner la voix ...

Au Brésil, CONTRE UN PROJET ...
action commune des INDIGèNES...

Bilan de l'année 2023 au Bré...
Victoires et défaites des pe...

Rencontre avec Appolinaire O...
Gardien des forêts sacrées a...

Nouveau roman d'Arkan Simaan
En soutien aux indigènes d'A...

Avant-première spéciale à Br...
Découvrez 'Amazonia, Cœur de...

Démarcation de la terre de R...
La bataille juridique contin...

Au Congrès brésilien
Les droits des indigènes sab...

Sécheresse catastrophique au...
Le nord du pays ravagé

Forum mondial Normandie pour...
Retrouvez l'intervention de ...

Territoire du Kapot-Nhinore
Les agriculteurs contre la d...

Hommage à Rosita Watkins
L'amie des peuples indigènes...

Arrestation du cacique Valdi...
Les Guarani-Kaiowás sont att...

Crise humanitaire au Brésil
Les Yanomamis continuent de ...

Grande Assemblée du cacique ...
Planète Amazone en terre kay...

London Climate Action Week
Notre nouveau film en avant-...

Déforestation au Cerrado
Les ravages de la multinatio...

Planète Amazone au Brésil
Notre mission Terre Libre 20...

L'ancien président condamné...
Bolsonaro : toujours dangere...

Collecte de fonds pour ATL 2...
Rassemblement fin avril à Br...

La démarcation : une nécessi...
Pour les peuples et la natur...

Nouveau rapport du GIEC
l’humanité au bord du précip...

Planète Amazone à la COP15
Quelles actions face à la 6 ...

#CarrefourNousEnfume
Le message filmé de Kretã Ka...

Changement climatique
Notre COP27

Un film, 3 versions, 6 langu...
Le DVD de Terra Libre (enfin...

Démarcation des terres indig...
Victoire pour les Nambikwara...

Reconnaissance du crime d'éc...
La Belgique, bon élève europ...

Double meurtre en Amazonie
Justice pour Dom et Bruno

2012 - 2022
Planète Amazone, 10 ans d'ac...

Les 4 épisodes en replay
"Protégeons l'Amazonie"

Signez la pétition
Amazonie : stop au double-je...

TERRA LIBRE
Regardez toutes les vidéos d...

Connaître Planète Amazone
Lire notre historique

Soutenez Planète Amazone
Faites un don mensuel ou pon...

Actus

Agenda

[Agenda]
06 juin 2024
6 juin 2024 > Projection – débat du film Terra Libre au Café Théodore à Trédrez Locquémeau...
Lire la suite

[Agenda]
20 février 2024
Bruxelles : projection en avant-première de “Amazonia, Cœur de la Terre Mère” en résista...
Lire la suite

[Festivals / conférences / colloques]
23 janvier 2024 - 11 juin 2024
Les peuples autochtones et l'anthropocène : cycle de conférences
Lire la suite

[Evénements publics]
30 novembre 2023 - 07 décembre 2023
Une délégation de Planète Amazone à la Cop 28 à Dubaï
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
16 novembre 2023
Projection-débat du film Terra Libre et rencontre avec Appolinaire Oussou Lio, chef du peuple T...
Lire la suite

[Evénements publics]
14 octobre 2023 - 21 avril 2024
L'art brésilien mis en lumière par l'exposition "Brésil, identités"
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

14 April 2023
L’appel de Pierre Richard en soutien à un grand rassemblement de peuples indigènes au Brésil

9 December 2022
Interview du cacique Kretã, du peuple Kaingang

3 June 2022
Message du cacique Raoni #STOPECOCIDE

9 November 2021
COP26 : Le Cacique Ninawa et Mindahi Bastida dénoncent les fausses solutions de nos dirigeants

9 November 2021
COP26 : Mindahi Bastida appelle à l’action, maintenant !

9 November 2021
Ouverture de la COP26 : l'hommage de Tom Goldtooth à un chef défunt.

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre