CAMPEMENT TERRE LIBRE 2024 : LES RAISONS DE LA COLÈRE


La 20e édition du Campement Terre libre, le plus grand rassemblement des indigènes du Brésil pour la défense de leurs droits, s’est achevée le 26 avril, sur le goût amer des promesses non tenues. Elle fêtait pourtant les vingt ans du mouvement et réunissait, entre le 22 et 26 avril dernier, à Brasilia, plus de 6 000 indigènes issus de 200 peuples indigènes, un record selon la coordination des peuples indigènes du Brésil (Apib), organisatrice du campement. Démarcation des terres au ralenti et loi inique spoliant les terres indigènes sont aux origines de cette colère.


Du 22 au 26 avril, les peuples indigènes de toutes les régions du Brésil ont occupé Brasília à l’occasion du 20e anniversaire du campement Terre Libre, la plus grande mobilisation indigène du pays, coordonnée par l’Articulation des peuples indigènes du Brésil (Apib).

Chants et danses traditionnels, marches pacifiques, affiches et banderoles… ont certes donné l’illusion d’une ambiance festive, à l’occasion de la 20e édition du Campement Terre libre, mais ce vernis coloré n’a pas réussi pour autant à couvrir complètement le mécontentement et l’inquiétude des peuples indigènes quant à la reconnaissance de leurs droits. Pour preuve, cette année, Luiz Inácio  Lula da Silva, président du Brésil, n’avait pas été invité à se rendre au campement, contrairement à l’année passée.

Aux sources de cette inquiétude mêlée de colère, la lenteur de la démarcation des terres indigènes par le gouvernement brésilien et la mise en application de la thèse du cadre temporel (Marco Temporal) dans la loi PL 14 701 du Congrès, auxquels viennent s’ajouter quelque 22 autres revendications adressées au gouvernement dans une lettre manifeste, « Vingt ans du campement Terre libre et l’urgence d’agir », dès le premier jour d’ouverture de l’événement.

Marche indigène pour la défense du droit à la démarcation et la lutte pour la fin de la thèse anti-indigène du Marco Temporal lors du Campement Terre Libre 2024.

 

Une démarcation des terres indigènes au ralenti

Les raisons de la colère des peuples indigènes sont de vrais motifs d’inquiétude. Depuis le début du mandat Lula, en janvier 2023, seulement 10 des 530  terres ancestrales non protégées ont été homologuées et délimitées, un chiffre bien loin des promesses de campagne du président brésilien. 23 autres attendent toujours d’être ratifiés par l’exécutif.

À ce sujet et dans le cadre de cette semaine de mobilisation, une quarantaine de dirigeants indigènes ont rencontré le jeudi 25 avril, le président Lula, la ministre des Peuples indigènes et la présidente de la Fondation Nationale des Peuples indigènes (Funai) au Palais do Planalto pour exiger l’accélération de la reconnaissance de quatre terres indigènes (Potiguara de Monte-Mor, à Rio Tinto, Xukuru-Kariri, à Palmeira dos Índios, Morro dos Cavalos, à Palhoça et Toldo Imbu, à Abelardo Luz). À l’issue de cette rencontre, Lula a promis de créer un groupe de travail pour dialoguer avec toutes les parties prenantes.

 

La thèse du Marco temporal ou comment spolier les terres indigènes

Dans la pratique, ces territoires comme les autres terres indigènes n’en resteront pas moins difficiles à démarquer depuis qu’a été promulguée en décembre 2023 par le Congrès la loi PL 14 701, validant la thèse dite du « Marqueur Temporel » (Marco Temporal) et qui stipule que seules les zones peuplées par les indigènes au moment de l’adoption de la Constitution en 1988 pourront être homologuées. Cette thèse juridique est actuellement au cœur d’une négociation difficile entre le Congrès et le Tribunal suprême fédéral, qui l’avait pourtant déjà déclarée anticonstitutionnelle peu après sa promulgation, réaffirmant ainsi le droit originel des peuples indigènes à l’usage exclusif de leurs terres ancestrales. Dans la foulée, le gouvernement Lula avait, lui aussi, mis un veto partiel contre le projet de loi PL490, que le Congrès avait rapidement renversé.

Tant que le Tribunal suprême fédéral ne réaffirme pas l’inconstitutionnalité de la thèse du Marco Temporal, la nouvelle loi anti-indigène concoctée par le lobby de l’agroalimentaire restera en vigueur, faisant craindre le pire, alors que le Congrès, fortement marqué à droite et hostile aux indigènes, est largement dominé par les bolsonaristes, qui convoitent les terres indigènes.

Si l’édition 2023 du Campement Terre Libre avait été marquée par la reprise du dialogue après le mandat de Jair Bolsonaro, cette édition 2024 n’a pas confirmé les avancées attendues par les peuples indigènes qui continuent néanmoins leur lutte.


Pour aller plus loin :

Notre film “Terra Libre” : https://shop.planeteamazone.org/index.php

 

À lire également :

https://planeteamazone.org/actualites/marco-temporal-comment-le-congres-bresilien-saborde-les-droits-fondamentaux-des-peuples-indigenes/

La démarcation : une nécessité pour la survie des peuples indigènes et la protection de la nature

 

Sources :

Le Monde : Au Brésil, la déception des peuples indigènes face à la politique de Lula.

Jornalismo TV Cultura : Acampamento terra livre: Brasília recebe maior mobilização indígena do país.

Climainfo : Em encontro com Lula, indígenas reforçam demanda por demarcação de novas terras

apiboficial : Vinte anos de Acampamento Terra Livre e a Urgência da Ação

amazoniareal :  Lula é pressionado por indígenas para acelerar homologações de territórios


Article rédigé par Martine de Gainza pour Planète Amazone.



Mis a jour le 2024-04-05 23:00:54

Haut de page

A la une

CAMPEMENT TERRE LIBRE 2024
LES RAISONS DE LA COLÈRE

Au Brésil, Ailton Krenak dev...
le premier membre indigène d...

La Suisse reconnue coupable
de violations des droits hum...

QUAND NOTRE PROCHAIN FILM re...
la lutte contre le traité UE...

Entre soja et savane brésili...
que choisira l’Europe ?

à la COP 28 et à l'ONU, Plan...
pour faire résonner la voix ...

Au Brésil, CONTRE UN PROJET ...
action commune des INDIGèNES...

Bilan de l'année 2023 au Bré...
Victoires et défaites des pe...

Rencontre avec Appolinaire O...
Gardien des forêts sacrées a...

Nouveau roman d'Arkan Simaan
En soutien aux indigènes d'A...

Avant-première spéciale à Br...
Découvrez 'Amazonia, Cœur de...

Démarcation de la terre de R...
La bataille juridique contin...

Au Congrès brésilien
Les droits des indigènes sab...

Sécheresse catastrophique au...
Le nord du pays ravagé

Forum mondial Normandie pour...
Retrouvez l'intervention de ...

Territoire du Kapot-Nhinore
Les agriculteurs contre la d...

Hommage à Rosita Watkins
L'amie des peuples indigènes...

Arrestation du cacique Valdi...
Les Guarani-Kaiowás sont att...

Crise humanitaire au Brésil
Les Yanomamis continuent de ...

Grande Assemblée du cacique ...
Planète Amazone en terre kay...

London Climate Action Week
Notre nouveau film en avant-...

Déforestation au Cerrado
Les ravages de la multinatio...

Planète Amazone au Brésil
Notre mission Terre Libre 20...

L'ancien président condamné...
Bolsonaro : toujours dangere...

Collecte de fonds pour ATL 2...
Rassemblement fin avril à Br...

La démarcation : une nécessi...
Pour les peuples et la natur...

Nouveau rapport du GIEC
l’humanité au bord du précip...

Planète Amazone à la COP15
Quelles actions face à la 6 ...

#CarrefourNousEnfume
Le message filmé de Kretã Ka...

Changement climatique
Notre COP27

Un film, 3 versions, 6 langu...
Le DVD de Terra Libre (enfin...

Démarcation des terres indig...
Victoire pour les Nambikwara...

Reconnaissance du crime d'éc...
La Belgique, bon élève europ...

Double meurtre en Amazonie
Justice pour Dom et Bruno

2012 - 2022
Planète Amazone, 10 ans d'ac...

Les 4 épisodes en replay
"Protégeons l'Amazonie"

Signez la pétition
Amazonie : stop au double-je...

TERRA LIBRE
Regardez toutes les vidéos d...

Connaître Planète Amazone
Lire notre historique

Soutenez Planète Amazone
Faites un don mensuel ou pon...

Actus

Agenda

[Agenda]
06 juin 2024
6 juin 2023 > Projection – débat du film Terra Libre au Café Théodore à Trédrez Locquémeau...
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

14 April 2023
L’appel de Pierre Richard en soutien à un grand rassemblement de peuples indigènes au Brésil

9 December 2022
Interview du cacique Kretã, du peuple Kaingang

3 June 2022
Message du cacique Raoni #STOPECOCIDE

9 November 2021
COP26 : Le Cacique Ninawa et Mindahi Bastida dénoncent les fausses solutions de nos dirigeants

9 November 2021
COP26 : Mindahi Bastida appelle à l’action, maintenant !

9 November 2021
Ouverture de la COP26 : l'hommage de Tom Goldtooth à un chef défunt.

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre