Nouveau rapport du GIEC : l’humanité au bord du précipice


Lundi 20 mars, le groupe des experts scientifiques internationaux de l’ONU (GIEC) a publié la synthèse de ses huit ans de travail sur l’évolution du climat. Il détaille l’état des connaissances sur le changement climatique et appelle à une action urgente.


Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a publié, le 20 mars, la synthèse de huit travaux qui font l’état des lieux des connaissances scientifiques sur l’ensemble des enjeux du réchauffement climatique. Malgré une situation climatique dramatique, le GIEC expose un espoir ténu de limiter le réchauffement à 1,5 °C, à condition d’un sursaut international. 

Un réchauffement sans précédent provoqué par les activités humaines

L’intensité du réchauffement climatique est particulièrement forte : en 2022, les températures étaient supérieures d’1,2 degré environ par rapport aux moyennes pré-industrielles. Concernant le rythme du réchauffement climatique, il est même supérieur aux projections précédentes et les températures augmentent de façon trop rapide pour que les écosystèmes puissent s’y adapter.

Des scénarios jusqu’à +4 à 5 degrés pour 2100

Dans les scénarios les plus pessimistes, ceux où l’on continuerait d’émettre de plus en plus de gaz à effet de serre, on pourrait atteindre des hausses de +4 à +5 degrés de réchauffement par rapport aux moyennes pré-industrielles. Les scénarios où l’on continuerait d’émettre, mais avec les efforts limités mis en place actuellement, nous mèneraient au moins vers 3,2 degrés de réchauffement climatique. À l’inverse, deux scénarios nous permettraient d’avoir de bonnes chances de nous maintenir entre 1,5 et plus ou moins 2 degrés de réchauffement. Mais à condition d’entreprendre des actions urgentes et à l’échelle mondiale. 

Les activités humaines en cause

Les données sont également très claires sur la responsabilité des activités humaines dans le réchauffement climatique, en particulier, la production et la consommation d’énergies fossiles, qui provoquent l’essentiel des émissions de gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique (75%). 

Des conséquences graves sur les écosystèmes 

Le réchauffement climatique entraîne une instabilité climatique et une augmentation des événements météorologiques extrêmes : canicules, sécheresses, incendies, mais aussi, inondations, tempêtes, cyclones. Le réchauffement climatique affecte aussi de manière globale les écosystèmes, notamment les plus fragiles, il perturbe la vie des sols, le cycle de l’eau, ainsi que la vie des océans. La fonte des glaciers s’accélère, de même que l’élévation du niveau des mers. Il participe également à la crise mondiale de la biodiversité en perturbant l’équilibre des habitats naturels.

Des risques majeurs pour les sociétés humaines

Tout dérèglement des écosystèmes a des conséquences sur les sociétés humaines : dégâts climatiques et humanitaires, famines, déplacements de populations, infrastructures dégradées, conséquences sanitaires… La productivité de l’agriculture diminue également, ainsi que l’ensemble des « services écosystémiques » rendus par la nature, c’est-à-dire les fonctions assurées par les écosystèmes naturels et qui bénéficient aux sociétés humaines : pollinisation, irrigation, résilience des sols … 

S’adapter aux changements déjà en cours …

Les réalités climatiques ont déjà beaucoup changé dans la plupart des territoires mondiaux, et il faut désormais s’adapter à ces changements : hausse des canicules, sécheresse, incendies, etc. Un certain nombre de nos activités vont donc devoir s’adapter à des changements qui sont déjà irréversibles. L’agriculture, par exemple, va être amenée à changer ses pratiques pour s’adapter à un climat instable, au manque d’eau…

Pour dépasser le moins possible les +1,5°C 

Afin d’atténuer au maximum l’augmentation des températures mondiales, le rapport met en avant différentes solutions. En premier lieu, la sortie des énergies fossiles : réduire l’usage du charbon, du pétrole et du gaz est impérative d’ici 2050 pour espérer éviter de dépasser le seuil d’1,5 degrés. 

Le recours aux énergies renouvelables et autres énergies bas carbone est aussi évoqué, tout comme la transition vers une agriculture plus végétale et la protection des écosystèmes. Dans certains secteurs, notamment l’industrie, ce sont des solutions comme l’hydrogène vert qui ressortent, ou encore la capture du CO2, l’éco-conception et l’innovation pour développer des technologies plus efficientes.  Mais le développement de ces nouveaux modes de production ont un coût financier très élevé et pour l’instant, selon les auteurs du rapport : “Les flux de financement publics et privés pour les énergies fossiles sont toujours supérieurs à ceux dédiés à l’adaptation et l’atténuation du changement climatique.”

Enfin, la sobriété est pour la première fois évoquée dans un rapport du GIEC. Ce dernier met en effet en avant l’impact des gestes du quotidien et la remise en question de nos modes de vie comme l’une des manières d’attendre les objectifs de réduction des émissions.

C’est en combinant l’ensemble des solutions d’atténuation et d’adaptation à des changements profonds de nos modes de production et de consommation que nos émissions pourront baisser rapidement. Le secrétaire général de l’ONU demande aux dirigeants des pays développés “d’atteindre la neutralité carbone le plus près possible de 2040” soit dix ans plus tôt que ce que visent la France et l’Union européenne …

Sources

Le Monde : Le dernier rapport du GIEC

You matter : Nouveau rapport du GIEC 

Libération : Les points clés du rapport du GIEC

 

À lire aussi sur Planète Amazone

Nouveau rapport du GIEC: mises en garde alarmantes


Article rédigé par Laëtitia Forestier pour Planète Amazone



Mis a jour le 2024-04-15 09:50:03

Haut de page

A la une

en nouvelle-calédonie
la répression et le mépris p...

CAMPEMENT TERRE LIBRE 2024
LES RAISONS DE LA COLÈRE

Au Brésil, Ailton Krenak dev...
le premier membre indigène d...

La Suisse reconnue coupable
de violations des droits hum...

QUAND NOTRE PROCHAIN FILM re...
la lutte contre le traité UE...

Entre soja et savane brésili...
que choisira l’Europe ?

à la COP 28 et à l'ONU, Plan...
pour faire résonner la voix ...

Au Brésil, CONTRE UN PROJET ...
action commune des INDIGèNES...

Bilan de l'année 2023 au Bré...
Victoires et défaites des pe...

Rencontre avec Appolinaire O...
Gardien des forêts sacrées a...

Nouveau roman d'Arkan Simaan
En soutien aux indigènes d'A...

Avant-première spéciale à Br...
Découvrez 'Amazonia, Cœur de...

Démarcation de la terre de R...
La bataille juridique contin...

Au Congrès brésilien
Les droits des indigènes sab...

Sécheresse catastrophique au...
Le nord du pays ravagé

Forum mondial Normandie pour...
Retrouvez l'intervention de ...

Territoire du Kapot-Nhinore
Les agriculteurs contre la d...

Hommage à Rosita Watkins
L'amie des peuples indigènes...

Arrestation du cacique Valdi...
Les Guarani-Kaiowás sont att...

Crise humanitaire au Brésil
Les Yanomamis continuent de ...

Grande Assemblée du cacique ...
Planète Amazone en terre kay...

London Climate Action Week
Notre nouveau film en avant-...

Déforestation au Cerrado
Les ravages de la multinatio...

Planète Amazone au Brésil
Notre mission Terre Libre 20...

L'ancien président condamné...
Bolsonaro : toujours dangere...

Collecte de fonds pour ATL 2...
Rassemblement fin avril à Br...

La démarcation : une nécessi...
Pour les peuples et la natur...

Nouveau rapport du GIEC
l’humanité au bord du précip...

Planète Amazone à la COP15
Quelles actions face à la 6 ...

#CarrefourNousEnfume
Le message filmé de Kretã Ka...

Changement climatique
Notre COP27

Un film, 3 versions, 6 langu...
Le DVD de Terra Libre (enfin...

Démarcation des terres indig...
Victoire pour les Nambikwara...

Reconnaissance du crime d'éc...
La Belgique, bon élève europ...

Double meurtre en Amazonie
Justice pour Dom et Bruno

2012 - 2022
Planète Amazone, 10 ans d'ac...

Les 4 épisodes en replay
"Protégeons l'Amazonie"

Signez la pétition
Amazonie : stop au double-je...

TERRA LIBRE
Regardez toutes les vidéos d...

Connaître Planète Amazone
Lire notre historique

Soutenez Planète Amazone
Faites un don mensuel ou pon...

Actus

Agenda

[Agenda]
06 juin 2024
6 juin 2024 > Projection – débat du film Terra Libre au Café Théodore à Trédrez Locquémeau...
Lire la suite

[Agenda]
20 février 2024
Bruxelles : projection en avant-première de “Amazonia, Cœur de la Terre Mère” en résista...
Lire la suite

[Festivals / conférences / colloques]
23 janvier 2024 - 11 juin 2024
Les peuples autochtones et l'anthropocène : cycle de conférences
Lire la suite

[Evénements publics]
30 novembre 2023 - 07 décembre 2023
Une délégation de Planète Amazone à la Cop 28 à Dubaï
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
16 novembre 2023
Projection-débat du film Terra Libre et rencontre avec Appolinaire Oussou Lio, chef du peuple T...
Lire la suite

[Evénements publics]
14 octobre 2023 - 21 avril 2024
L'art brésilien mis en lumière par l'exposition "Brésil, identités"
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

14 April 2023
L’appel de Pierre Richard en soutien à un grand rassemblement de peuples indigènes au Brésil

9 December 2022
Interview du cacique Kretã, du peuple Kaingang

3 June 2022
Message du cacique Raoni #STOPECOCIDE

9 November 2021
COP26 : Le Cacique Ninawa et Mindahi Bastida dénoncent les fausses solutions de nos dirigeants

9 November 2021
COP26 : Mindahi Bastida appelle à l’action, maintenant !

9 November 2021
Ouverture de la COP26 : l'hommage de Tom Goldtooth à un chef défunt.

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre