Brésil : les victoires et les défaites des peuples indigènes en 2023


Tout au long de cette année cruciale, Planète Amazone a lutté aux côtés des peuples indigènes brésilien pour défendre le droit à la démarcation de leurs terres ancestrales et s’est mobilisé pour la reconnaissance du crime d’écocide.

En avril, nous étions au campement Terre Libre, le plus grand rassemblement indigène brésilien, pour participer à l’élaboration d’une stratégie permettant d’aider les peuples indigènes à obtenir la démarcation de leurs terres. En juillet, après une offensive du Congrès brésilien contre les peuples indigènes, nous avons participé au grand événement organisé par le chef Raoni dans le prolongement de notre lutte contre la thèse anti-indigène du Marco Temporal et pour la démarcation du Kapot-Nhinore, terre natale du chef Raoni. Enfin, en décembre, nous sommes entrés en résistance face à l’accaparement de la COP 28 par les lobbys pétroliers et pour faire entendre les revendications des indigènes.

Dans le même temps, nous avons finalisé notre nouveau film “Amazonie, Cœur de la Terre Mère”, réalisé par Gert-Peter Bruch, président et fondateur de Planète Amazone et la princesse Esméralda de Belgique. Il raconte l’histoire inachevée de la reconnaissance et de la protection des territoires indigènes dans la forêt amazonienne brésilienne à travers les témoignages poignants de cinq dirigeants indigènes de quatre générations différentes.

Au Brésil, l’année 2023 a été marquée par la création historique par le président Lula d’un ministère des peuples indigènes et par la reprise de la démarcation des terres indigènes, paralysée sous Bolsonaro. Une intense mobilisation a également eu lieu, face à des attaques anti-indigènes sans précédent émanant du Congrès National. La lutte contre la thèse du cadre temporel (Marco Temporal) a marqué l’actualité, avec notamment un débat âpre à la Cour Suprême. Si la déforestation a baissé en Amazonie, elle a malheureusement très fortement augmenté dans les autres écosystèmes, au détriment des peuples indigènes, bien sûr.


Les peuples indigènes de tout le pays se sont mobilisés à Brasilia contre le projet de loi issus du Marco Temporal.

L’année 2023 a été marquée par une intense mobilisation des peuples indigènes. La phrase “Plus jamais un Brésil sans nous” a résonné en permanence et la lutte contre le cadre temporel (Marco Temporal) a conduit des milliers d’indigènes à défiler à Brasilia et dans plusieurs autres villes brésiliennes. Quelque 800 000 indigènes vivent au Brésil, la plupart dans des réserves, qui occupent 13,75 % du territoire. Au total, 764 terre indigènes ont été délimitées, mais un tiers d’entre elles n’ont pas encore été homologuées.

 

La grande lutte de l’année : la démarcation des territoires 

L’année 2023 a débuté par l’entrée en fonction du président Lula et d’un nouveau gouvernement brésilien. Cet événement a été porteur de nombreux espoirs pour les peuples premiers, d’autant que le gouvernement a relancé le processus de démarcation des terres indigènes. Juridiquement, ce processus est crucial car il permet aux peuples indigènes de disposer de leurs territoires ancestraux selon leurs coutumes et traditions

Complètement bloquée lors du mandat de Jair Bolsonaro, la démarcation des terres indigènes est de nouveau à l’ordre du jour du gouvernement brésilien. En effet, après cinq ans de paralysie complète, le gouvernement a annoncé cette année la démarcation de huit terres indigènes

Au campement Terre Libre 2023, le président Lula signe le décret de démarcation de 6 terres indigènes au côté des ministres des peuples indigènes et de l’environnement et de la présidente de la FUNAI | © Palácio do Planalto/ wikipedia commons

Pourtant, le droit des peuples indigènes à la démarcation n’a jamais été aussi fragile. En effet, l’année 2023 des peuples indigènes a aussi été marquée par une intense lutte contre la thèse juridique anti-indigène du Marco Temporal.

 

La bataille contre le Marco temporal 

Le Marco temporal est une interprétation de la Constitution brésilienne qui restreint la démarcation des terres indigènes à celles dont il est possible de prouver qu’elles étaient déjà occupées par un peuple indigène à la date du 5 octobre 1988, date de promulgation de la Constitution fédérale. 

Très soutenue par le milieu de l’agro-industrie, cette thèse est un moyen de mettre à mal tout projet de démarcation puisqu’en 1988, un grand nombre de peuples indigènes n’étaient pas présents sur leurs terres, chassés au fil des siècles. Cette mesure restreint donc considérablement le périmètre de terres pouvant être démarquées et oblige les peuples indigènes à apporter la preuve de leur présence sur le territoire. 

Pourtant, la démarcation, droit constitutionnel, est un enjeu fondamental dans la protection des droits des peuples indigènes. Elle interdit l’exploitation de leurs terres, les préserve des destructions qui en découlent et joue ainsi un rôle capital dans la prévention de la déforestation

 

Chronologie des événements

Le 28 avril 2023, lors du grand rassemblement indigène du campement Terre Libre, le président Lula s’engage à démarquer toutes les terres indigènes encore non protégées d’ici la fin de son mandat.

En réaction, le 31 mai, le Congrès, à majorité conservatrice, propose la loi PL 490, fortement inspirée du Marco temporal, et l’adopte en procédure d’urgence à une large majorité.

Quatre mois plus tard, jeudi 21 septembre, après de nombreuses manifestations des peuples et leaders indigènes, une écrasante majorité (9 voix contre 2) de juges de la Cour Suprême ont déclaré cette loi anticonstitutionnelle et ont, de ce fait, conforté le droit inaliénable des peuples indigènes à occuper leurs terres ancestrales.

Les indigènes de tout le pays se mobilisent à Brasilia pour suivre le jugement du Marco Temporal par la Cour Suprême

Mais le répit pour les peuples indigènes fut de courte durée. Et la PL 490 est de nouveau à l’ordre du jour et les sénateurs l’adoptent à une large majorité. Ils s’opposent ainsi frontalement à la décision des juges de la Cour Suprême et plongent le Brésil dans une crise politique et institutionnelle majeure. Dans ce contexte, le président Lula a décidé, en octobre, d’opposer son veto aux principales mesures du texte.

Hélas, depuis lors, le Congrès est passé outre le veto du président et a bel et bien promulgué la loi jeudi 28 décembre. Cette promulgation résonne comme un véritable acte de guerre contre les peuples indigènes et annonce de fortes mobilisations pour 2024.

 

Des victoires importantes et des avancées symboliques

Après le mandat catastrophique pour les peuples indigènes et l’Amazonie de Jair Bolsonaro, la première année du président Lula a permis aux peuples indigènes brésiliens de remporter d’importantes victoires et un certain nombre d’avancées symboliques. 

  • Cette année, le légendaire cacique Raoni Mektutire a organisé une grande rencontre avec des leaders indigènes sur la terre ancestrale kayapó de Capoto-Jarina – dans l’État du Mato Grosso au Brésil. Cet évènement “l’appel du cacique Raoni” s’est achevé par une belle victoire : l’annonce par la Fondation Nationale de l’Indien (FUNAI) et le ministère des peuples indigènes de la validation des études sur le territoire Kapot-Nhinore, première étape officielle du processus de démarcation du territoire pour lequel le chef Raoni se bat depuis la fin des années 1980.
  • Pour la première fois, des indigènes sont appelés à diriger deux organisations chargées de les représenter. En effet, la députée fédérale Joenia Wapichana est désormais à la tête de la Fondation nationale pour les peuples indigènes (FUNAI) et l’avocat Weibe Tapeba à la tête du Secrétariat spécial pour la santé indigène (SESAI).
  • Une autre avancée importante a été l’autorisation d’un appel d’offres public qui offrira 502 postes vacants à la FUNAI. En effet, l’augmentation des ressources de cet organisme public chargé d’établir et d’appliquer la politique indigène brésilienne est un signal encourageant.
  • L’Académie brésilienne de la culture a également intronisé les deux premières femmes indigènes de l’histoire : la ministre des peuples autochtones, Sonia Guajajara, et le secrétaire à l’articulation et à la promotion des droits indigènes (Seart), Juma Xipaia.
Sonia Guajajara devient la première ministre indigène au Brésil | © Mídia NINJA/ Flickr
  • La première édition du festival “Le Brésil est une terre indigène”, qui s’est tenue au musée de la République à Brasilia, a constitué un autre événement culturel marquant pour les peuples indigènes. Cet événement, auquel ont participé des artistes et des artisans de plus de 40 groupes ethniques, visait à mettre en lumière la diversité et la puissance artistique des peuples traditionnels.
  • La traduction de la Constitution fédérale en nheengatu est une autre réalisation symbolique pour les populations indigènes. Ce travail a mobilisé 15 spécialistes indigènes bilingues. La loi Maria da Penha a également été traduite en langues kaingang et guarani. Dans le même ordre d’idées, la députée fédérale Célia Xakriabá a déposé la première proposition de loi traduite en langues indigènes de l’histoire. Elle établit les procédures à adopter par les commissariats de police et les autres organismes chargés d’aider les femmes indigènes victimes de violence. Elle a été traduite en guarani-kaiowá et en akwen.

 

Cependant certaines victoires sont à nuancer fortement

Malgré une situation politique plus favorable aux peuples indigènes, les opposants au sein même des institutions n’en demeurent pas moins extrêmement puissants au Brésil. Par leurs actions, certaines victoires des peuples indigènes ont été affaiblies.

  • Le 11 janvier, Sonia Guajajara a prêté serment en tant que ministre des peuples indigènes : la création d’un portefeuille spécifique pour les peuples indigènes a été considérée comme historique et la nomination de Sonia Guajajara, militante indigène aguerrie, était une belle victoire des indigènes. Néanmoins, le 24 mai, le Congrès brésilien a dénaturé le ministère en lui retirant la faculté de démarquer les terres indigènes.
  • La plus grande représentation indigène dans les espaces de pouvoir ne s’est pour l’instant pas accompagnée de la mise en œuvre par le gouvernement d’un plan d’action large et efficace pour garantir les droits des peuples indigènes.

 

Violences et destructions des territoires indigènes demeurent

Bien que 2023 fut parsemée de victoires et d’avancées symboliques, les peuples indigènes du Brésil font encore face à des situations humanitaires terribles. Tout au long de l’année, des invasions de leurs terres et des violences se sont poursuivies.

Survol de la terre indigène Yanomami de Roraima, qui enregistre des zones d’exploitation minière illégale record en avril 2021.

 

Si l’année 2023 a été porteuse d’espoir pour les peuples indigènes avec l’arrivée au pouvoir du président Lula qui a invité, dès le premier jour de son investiture, le grand chef Raoni à monter les marches du palais présidentiel avec lui, elle n’en demeure pas moins chargée de crises et de crispations quand à la situation présente et future de ces peuples. Leurs droits à la terre restent en grande majorité bafoués et leurs conditions d’existence très difficiles. Les promesses du président Lula de démarquer tous les territoires indigènes avant la fin de son mandat seront bien difficiles à tenir dans un contexte politique globalement défavorable aux peuples indigènes et une société civile bien indifférente à leurs luttes. 2024 sera assurément une nouvelle année de fortes mobilisations pour les peuples indigènes et Planète Amazone se tiendra, comme toujours, à leurs côtés dans leurs courageuses et indispensables batailles.

 

À lire aussi sur Planète Amazone :

https://planeteamazone.org/actualites/la-demarcation-une-necessite-pour-la-survie-des-peuples-indigenes-et-la-protection-de-la-nature/

https://planeteamazone.org/actualites/marco-temporal-comment-le-congres-bresilien-saborde-les-droits-fondamentaux-des-peuples-indigenes/

https://planeteamazone.org/actualites/peuples-et-indigenes/bresil-les-agriculteurs-sopposent-a-la-demarcation-du-territoire-indigene-kapot-nhinore/

 

Article rédigé par Laetitia Forestier et Quentin Moreau pour Planète Amazone



Mis a jour le 2024-03-23 14:49:41

Haut de page

A la une

Au Brésil, Ailton Krenak dev...
le premier membre indigène d...

La Suisse reconnue coupable
de violations des droits hum...

QUAND NOTRE PROCHAIN FILM re...
la lutte contre le traité UE...

Entre soja et savane brésili...
que choisira l’Europe ?

à la COP 28 et à l'ONU, Plan...
pour faire résonner la voix ...

Au Brésil, CONTRE UN PROJET ...
action commune des INDIGèNES...

Bilan de l'année 2023 au Bré...
Victoires et défaites des pe...

Rencontre avec Appolinaire O...
Gardien des forêts sacrées a...

Nouveau roman d'Arkan Simaan
En soutien aux indigènes d'A...

Avant-première spéciale à Br...
Découvrez 'Amazonia, Cœur de...

Démarcation de la terre de R...
La bataille juridique contin...

Au Congrès brésilien
Les droits des indigènes sab...

Sécheresse catastrophique au...
Le nord du pays ravagé

Forum mondial Normandie pour...
Retrouvez l'intervention de ...

Territoire du Kapot-Nhinore
Les agriculteurs contre la d...

Hommage à Rosita Watkins
L'amie des peuples indigènes...

Arrestation du cacique Valdi...
Les Guarani-Kaiowás sont att...

Crise humanitaire au Brésil
Les Yanomamis continuent de ...

Grande Assemblée du cacique ...
Planète Amazone en terre kay...

London Climate Action Week
Notre nouveau film en avant-...

Déforestation au Cerrado
Les ravages de la multinatio...

Planète Amazone au Brésil
Notre mission Terre Libre 20...

L'ancien président condamné...
Bolsonaro : toujours dangere...

Collecte de fonds pour ATL 2...
Rassemblement fin avril à Br...

La démarcation : une nécessi...
Pour les peuples et la natur...

Nouveau rapport du GIEC
l’humanité au bord du précip...

Planète Amazone à la COP15
Quelles actions face à la 6 ...

#CarrefourNousEnfume
Le message filmé de Kretã Ka...

Changement climatique
Notre COP27

Un film, 3 versions, 6 langu...
Le DVD de Terra Libre (enfin...

Démarcation des terres indig...
Victoire pour les Nambikwara...

Reconnaissance du crime d'éc...
La Belgique, bon élève europ...

Double meurtre en Amazonie
Justice pour Dom et Bruno

2012 - 2022
Planète Amazone, 10 ans d'ac...

Les 4 épisodes en replay
"Protégeons l'Amazonie"

Signez la pétition
Amazonie : stop au double-je...

TERRA LIBRE
Regardez toutes les vidéos d...

Connaître Planète Amazone
Lire notre historique

Soutenez Planète Amazone
Faites un don mensuel ou pon...

Actus

Agenda

[Agenda]
20 février 2024
Bruxelles : projection en avant-première de “Amazonia, Cœur de la Terre Mère” en résista...
Lire la suite

[Evénements publics]
30 novembre 2023 - 07 décembre 2023
Une délégation de Planète Amazone à la Cop 28 à Dubaï
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
16 novembre 2023
Projection-débat du film Terra Libre et rencontre avec Appolinaire Oussou Lio, chef du peuple T...
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
15 juin 2023
Projection/débat du film Terra Libre au cinéma Sirius
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
05 mai 2023
Projection/débat du film Terra Libre au cinéma Apollo
Lire la suite

[Manifestations]
24 avril 2023 - 28 avril 2023
CAMPEMENT TERRE LIBRE : LE GRAND RASSEMBLEMENT ANNUEL DES PEUPLES INDIGÈNES BRÉSILIENS
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

14 April 2023
L’appel de Pierre Richard en soutien à un grand rassemblement de peuples indigènes au Brésil

9 December 2022
Interview du cacique Kretã, du peuple Kaingang

3 June 2022
Message du cacique Raoni #STOPECOCIDE

9 November 2021
COP26 : Le Cacique Ninawa et Mindahi Bastida dénoncent les fausses solutions de nos dirigeants

9 November 2021
COP26 : Mindahi Bastida appelle à l’action, maintenant !

9 November 2021
Ouverture de la COP26 : l'hommage de Tom Goldtooth à un chef défunt.

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre