Brésil : Bolsonaro menace de ne pas respecter la décision de la Cour Suprême Fédérale sur le marqueur temporel


Le président Bolsonaro a une nouvelle fois montré son mépris envers les peuples indigènes et menace de bafouer leurs droits constitutionnels en se positionnant contre la démarcation des terres indigènes et en faveur du marqueur temporel. Malgré les nombreuses manifestations des peuples indigènes (cf. la 18ème édition du Campement Terre Libre, qui s’est déroulée en avril 2022), le président brésilien semble décidé à nier les droits de ces peuples et à ne pas écouter leurs revendications sur la démarcation et la protection de leurs terres ancestrales. Planète Amazone apporte son soutien à tous les peuples victimes de sa politique écocidaire et génocidaire. En ce sens, nous suivrons de très près les évolutions autour du jugement sur le marqueur temporel qui doit reprendre le 23 juin et espérons que la Cour suprême invalidera cette thèse juridique néfaste.

Depuis son accession au pouvoir en 2019, le président brésilien Jair Bolsonaro mène une politique qui bafoue chaque jour davantage les droits fondamentaux des peuples indigènes. Le 25 avril 2022, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la 27ème édition de l’Agrishow, une foire agricole internationale, il s’est exprimé contre la démarcation des terres indigènes et a réitéré son soutien pour l’approbation du marqueur temporel.


Jair Bolsonaro lors de la cérémonie d’ouverture de la 27ème édition de l’Agrishow – Foire Internationale de la Technologie Agricole en Action. Crédits photo : Palácio do Planalto | Flickr | CC BY-NC 2.0

Alors que le jugement concernant le concept juridique de marqueur temporel et la démarcation des terres indigènes devrait reprendre le 23 juin prochain, Bolsonaro s’est à nouveau opposé à la démarcation des terres indigènes.

À l’occasion de la cérémonie d’ouverture du salon Agrishow, qui s’est tenue le 25 avril dernier, le Président Bolsonaro a déclaré que, si la Cour suprême abroge le délai du marqueur temporel, il pourrait ne pas se conformer à sa décision. “Si [le juge Edson Fachin] parvient à invalider la thèse, il me reste deux options : remettre les clés à la Cour suprême, ou dire que je ne me conformerai pas”, a-t-il précisé.

En décembre 2021, Edson Fachin, l’un des juges de la Cour suprême, avait voté contre la thèse, en réaffirmant le « caractère originel » des droits constitutionnels des peuples indigènes.

 

La lutte des peuples indigènes brésiliens contre le marqueur temporel 

La Cour Suprême Fédérale doit bientôt prononcer son jugement sur la thèse du marqueur temporel. Ce concept juridique, s’il est validé, empêcherait la reconnaissance des terres indigènes non démarquées au 5 juin 1988, date de la promulgation de la Constitution Fédérale. Depuis 1988, de nombreuses terres indigènes ont pourtant été démarquées dans le but de préserver les populations indigènes et leurs terres ancestrales.

Les peuples indigènes s’étaient déjà opposés à ce concept et avaient exprimé leur désaccord en se rassemblant à Brasilia en juin 2021. Ils avaient notamment dénoncé le projet de loi PL 490/2007, qui prévoit de limiter la démarcation des territoires indigènes, une violation directe avec l’article 231 de la Constitution, qui stipule que les peuples autochtones ont le droit d’occuper leurs terres traditionnelles et que les autorités fédérales doivent les délimiter et les protéger.

 

Des conséquences désastreuses pour les peuples indigènes si le concept de marqueur temporel est accepté

La thèse du marqueur temporel est clairement un moyen pour le gouvernement brésilien  d’empêcher de nouvelles démarcations de terres indigènes et lui permettrait de promulguer des lois profondément anti-indigènes.

Si la Cour Suprême valide le marqueur temporel, les défenseurs de la cause indigène craignent que les terres démarquées après le 5 juin 1988 soient révoquées, facilitant ainsi la privatisation et la commercialisation de millions d’hectares appartenant aux peuples indigènes. Ces derniers, ne pouvant prouver leur présence sur leurs terres avant cette date, risquent  d’être expulsés et exposés à des situations de précarité extrême.

Cette commercialisation bénéficiera sans aucun doute au secteur de l’agrobusiness et aux grandes multinationales et créerait une crise sans précédent, non seulement pour les peuples indigènes mais aussi pour l’ensemble de la biodiversité de ces zones.

 


Sources principales

Veja : “Bolsonaro ameaça não cumprir ordem se STF derrubar marco temporal”

G1 : “O que é o marco temporal sobre terras indígenas: entenda o que está em jogo no julgamento do STF”

 

À lire aussi sur le site de Planète Amazone

Bolsonaro : roi de la politique écocidaire et anti-indigène

Campement Terre Libre : clôture d’un rassemblement indigène historique au Brésil

Brésil: le gouvernement désintègre par décret 237 territoires indigènes, équivalent au Portugal

Des centaines d’indigènes mobilisés à Brasilia contre plusieurs projets de lois visant à les déposséder de leurs droits

 

Article rédigé par Maud Laurent



Mis a jour le 2022-09-04 08:28:46

Haut de page

A la une

Actus

Agenda

[Evénements publics]
05 octobre 2022 - 09 octobre 2022
12ème édition du Festival Atmosphères
Lire la suite

[Climat]
07 novembre 2022 - 18 novembre 2022
L’Égypte accueillera la COP27 en novembre
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

3 June 2022
Message du cacique Raoni #STOPECOCIDE

9 November 2021
COP26 : Le Cacique Ninawa et Mindahi Bastida dénoncent les fausses solutions de nos dirigeants

9 November 2021
COP26 : Mindahi Bastida appelle à l’action, maintenant !

9 November 2021
Ouverture de la COP26 : l'hommage de Tom Goldtooth à un chef défunt.

22 August 2021
[RT France] l'accaparement du mot «planète» par le groupe Canal+

17 June 2021
Brésil : Valdelice Veron dénonce le projet de loi PL 490/2007 menaçant les terres indigènes

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre