Des centaines d’indigènes mobilisés à Brasilia contre plusieurs projets de loi visant à les déposséder de leurs droits


Planète Amazone se bat pour la préservation environnementale, culturelle et les droits des peuples indigènes depuis sa création. Essentiels au maintien du biome Amazonien, nos Gardiens sont constamment menacés et, depuis son élection, victimes du gouvernement de Jair Bolsonaro, qui ne leur laisse aucun répit. Après la création de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature en 2015 à la COP21, dont Planète Amazone est membre, la Déclaration de l’Alliance des Gardiens et Enfants de la Terre Mère a été rédigée et approuvée à Brasilia par près de 200 représentants indigènes et leurs alliés venus de 25 pays. Dans ses points 3 et 7, elle souligne l’importance du strict respect de la Convention n°169 relative aux peuples indigènes et tribaux de l’Organisation Internationale du Travail (OIT). En effet, ce texte international, ratifié par le Brésil, est fondamental pour les peuples indigènes puisqu’il garantit le consentement préalable, donné librement et en connaissance de cause. Bolsonaro veut détruire cette protection accordée de haute lutte aux Gardiens des écosystèmes brésiliens. Le grand écocideur en chef n’a jamais été aussi déterminé. Le combat des kayapos et des autres peuples mobilisés en ce moment même à Brasilia doit donc être soutenu massivement.

Alors que les peuples indigènes du Brésil sont victimes d’attaques violentes à répétition, le projet de loi 490/2007, présenté à la Cour Suprême Fédérale cette semaine, menace de faire passer pour acquis le concept juridique de marqueur temporel qui considère que toutes Terres Indigènes n’ayant pas été démarquée à la date du 5 juin 1988, ne peut être considérée comme Terre Indigène.


Le cacique Megaron ce lundi à Brasilia ©Tau Metuktire

C’est à côté du Théâtre national de Brasilia, dans le camp de Levante, que les peuples indigènes du sud et sud-est du Brésil ont élu domicile il y a maintenant une semaine. Ils ont fait le déplacement pour suivre en direct l’évolution du projet de loi 490/2007 qui devrait être voté entre le 11 et 18 juin. Véritable injure à leurs droits, ce projet de loi pourrait bel et bien les priver de leurs droits fondamentaux. La réunion de la Commission Constitution et Justice de la Chambre des députés (CCJC) aura lieu aujourd’hui, mardi 15 juin, dès 13h00 (heure de Brasilia).

 

Les peuples indigènes du Brésil disent “NON” au projet de loi 490/2007 

Le procès virtuel, initialement prévu du 11 au 18 juin 2021, pour voter le projet de loi 490/2007 visant à ouvrir les Terres Indigènes à l’exploitation économique prédatrice, a été interrompu quelques minutes après le début du scrutin, suite à la demande du ministre Alexandre de Moraes

Inquiets face à l’idée de perdre l’intégralité de leurs droits, des centaines de représentants indigènes issus d’environ 70 peuples du pays se sont rendus sur place, à Brasilia, pour contester ce projet ethnocidaire. Caciques, jeunes et alliés multiplient les manifestations depuis leur arrivée à la capitale. C’est dans une ambiance pacifiste, accompagnée de chants et rituels traditionnels que les membres présents sur place tentent de faire entendre leurs voix. Avant même que le procès ne commence, le 8 juin, ils sont parvenus à occuper le toit du Congrès national protestant et affirmant qu’ils ne se retireraient pas tant que le projet de loi 490 ne sera pas définitivement abandonné. 

Le peuple Kayapo en action. ©Tau Metuktire

 

En effet, si cette mobilisation suit de près l’éventuelle entrée en vigueur du projet de loi 490, les peuples indigènes manifestent également contre d’autres propositions, sans foi ni loi, suggérées par le gouvernement Bolsonaro. Parmi elles, le projet de loi connu sous le nom de “PL da Grilagem” (PL 2633/2020), qui vise à autoriser l’accaparement et l’exploitation des terres indigènes. Il a été présenté début mai devant la Commission de l’environnement et est également à l’ordre du jour. Sans même être entré en vigueur, ce projet provoque une ruée vers l’Amazonie et impacte déjà fortement l’Amazonie brésilienne en terme de déforestation

Déterminés à se faire entendre et dans l’espoir que leurs droits continuent d’être garantis par la Convention n°169 de l’OIT, les indigènes poursuivent sans relâche depuis quelques semaines leurs mobilisations dans les rues de Brasilia. Le Conseil Indigène Missionaire affirme : « Avec la mobilisation des peuples indigènes et la pression des parlementaires alliés, le vote a été reporté à plusieurs reprises.» Ce dimanche 13 juin, la Copa America a été lancée au Brésil malgré la situation sanitaire alarmante. Plus de 120 indigènes sont sortis dans les rues pour défendre leurs droits. Parmi les nombreux messages figurant dans le cortège, nous avons pu voir défiler les messages : « Copa non, Vaccin oui !», « Bolsonaro Dehors » ou encore « Marqueur temporel non ! »

©Tau Metuktire

La politique gouvernementale de Bolsonaro est systématiquement alimentée de projets ou de décisions visant à anéantir les peuples originels. Rappelons que Bolsonaro avait vivement encouragé la FUNAI à renoncer à la démarcation des terres indigènes. Ces projets de lois seraient une attaque frontale à nos Gardiens, mais également un coup de massue pour les précieux écosystèmes brésiliens, s’ils venaient à être appliqués. Les peuples indigènes perdraient la totalité de leurs droits, et notamment l’intégrité et l’usufruit de leurs territoires ancestraux pourtant garantis par la Constitution de 1988.

Appel du cacique Metuktire, petit-fils du cacique Raoni, en direction de la communauté européenne :

 

Le cacique Tau Metuktire actuellement à Brasilia ©Tau Metuktire

 

Le cacique Tau Metuktire a transmis ce jour à Gert-Peter Bruch, président de Planète Amazone, un appel à la communauté européenne pour appeler à soutenir la mobilisation des peuples indigènes. Aux dernières nouvelles, le peuple Kayapo n’a pas été reçu par le ministre de la justice, comme il le souhaitait.

« Nous sommes ici Brasilia] pour manifester contre le projet de loi 490 (PL 490/2007). Nous nous sommes déplacés jusqu’ici pour discuter avec les milices paramilitaires, le gouvernement, au sujet de cette loi – qui concerne les droits sur les Terres Indigènes – que ce dernier souhaite mettre en place, afin que le projet de loi ne soit pas approuvé. (…) C’est pour ça, qu’aujourd’hui, nous jeunes et caciques traditionnels sommes venus manifester contre le projet de loi 490. 

Hier, nombreux de nos alliés nous ont rejoint ici pour lutter, ensemble. (…) Nous attendons un rendez-vous pour discuter avec les responsables de ce projet de loi. Nous sommes ici, en lutte. Nous les indigènes vivons traditionnellement, notre langue est vivante, notre culture est vivante, la forêt est en paix. Toutes ces choses, nous les indigènes, nous ne voulons pas les perdre ! La Terre est avant tout notre vie, c’est pour ça que nous sommes ici. Nous espérons qu’une autre personne en dehors du Brésil comprendra notre situation. J’aimerai recevoir un soutien politique extérieur, qui discuterait avec le gouvernement brésilien pour qu’ils ne nous menacent plus, qu’ils ne tentent plus de détruire notre territoire ! Il faut que ce message circule en dehors du pays pour que l’on nous aide à discuter avec le gouvernement brésilien afin que ce projet de loi n’aboutisse pas. Nous sommes ici à Brasilia, pour ça. Cette loi ne doit pas être approuvée ! Merci beaucoup et à très bientôt.»


Par Béatrice Fidalgo, avec la participation de Gert-Peter Bruch



Mis a jour le 2024-04-05 23:00:54

Haut de page

A la une

CAMPEMENT TERRE LIBRE 2024
LES RAISONS DE LA COLÈRE

Au Brésil, Ailton Krenak dev...
le premier membre indigène d...

La Suisse reconnue coupable
de violations des droits hum...

QUAND NOTRE PROCHAIN FILM re...
la lutte contre le traité UE...

Entre soja et savane brésili...
que choisira l’Europe ?

à la COP 28 et à l'ONU, Plan...
pour faire résonner la voix ...

Au Brésil, CONTRE UN PROJET ...
action commune des INDIGèNES...

Bilan de l'année 2023 au Bré...
Victoires et défaites des pe...

Rencontre avec Appolinaire O...
Gardien des forêts sacrées a...

Nouveau roman d'Arkan Simaan
En soutien aux indigènes d'A...

Avant-première spéciale à Br...
Découvrez 'Amazonia, Cœur de...

Démarcation de la terre de R...
La bataille juridique contin...

Au Congrès brésilien
Les droits des indigènes sab...

Sécheresse catastrophique au...
Le nord du pays ravagé

Forum mondial Normandie pour...
Retrouvez l'intervention de ...

Territoire du Kapot-Nhinore
Les agriculteurs contre la d...

Hommage à Rosita Watkins
L'amie des peuples indigènes...

Arrestation du cacique Valdi...
Les Guarani-Kaiowás sont att...

Crise humanitaire au Brésil
Les Yanomamis continuent de ...

Grande Assemblée du cacique ...
Planète Amazone en terre kay...

London Climate Action Week
Notre nouveau film en avant-...

Déforestation au Cerrado
Les ravages de la multinatio...

Planète Amazone au Brésil
Notre mission Terre Libre 20...

L'ancien président condamné...
Bolsonaro : toujours dangere...

Collecte de fonds pour ATL 2...
Rassemblement fin avril à Br...

La démarcation : une nécessi...
Pour les peuples et la natur...

Nouveau rapport du GIEC
l’humanité au bord du précip...

Planète Amazone à la COP15
Quelles actions face à la 6 ...

#CarrefourNousEnfume
Le message filmé de Kretã Ka...

Changement climatique
Notre COP27

Un film, 3 versions, 6 langu...
Le DVD de Terra Libre (enfin...

Démarcation des terres indig...
Victoire pour les Nambikwara...

Reconnaissance du crime d'éc...
La Belgique, bon élève europ...

Double meurtre en Amazonie
Justice pour Dom et Bruno

2012 - 2022
Planète Amazone, 10 ans d'ac...

Les 4 épisodes en replay
"Protégeons l'Amazonie"

Signez la pétition
Amazonie : stop au double-je...

TERRA LIBRE
Regardez toutes les vidéos d...

Connaître Planète Amazone
Lire notre historique

Soutenez Planète Amazone
Faites un don mensuel ou pon...

Actus

Agenda

[Agenda]
06 juin 2024
6 juin 2023 > Projection – débat du film Terra Libre au Café Théodore à Trédrez Locquémeau...
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

14 April 2023
L’appel de Pierre Richard en soutien à un grand rassemblement de peuples indigènes au Brésil

9 December 2022
Interview du cacique Kretã, du peuple Kaingang

3 June 2022
Message du cacique Raoni #STOPECOCIDE

9 November 2021
COP26 : Le Cacique Ninawa et Mindahi Bastida dénoncent les fausses solutions de nos dirigeants

9 November 2021
COP26 : Mindahi Bastida appelle à l’action, maintenant !

9 November 2021
Ouverture de la COP26 : l'hommage de Tom Goldtooth à un chef défunt.

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre