Près de la moitié de la terre devrait être conservée pour protéger les écosystèmes


Un nouveau rapport, publié par la revue “Science” le 3 juin 2022, révèle que 44% de la superficie terrestre de notre planète doit impérativement être protégée pour assurer la survie de la biodiversité. Cette conservation ne peut être la même partout et devrait se faire notamment en prenant en compte les stratégies de protection de la nature des communautés locales et autochtones.


Crédits photo : Quang Nguyen Vinh | Pexels | CC BY-NC 2.0

James Allan, chercheur à l’Université d’Amsterdam aux Pays-Bas et auteur principal d’une étude publiée le 3 juin 2022 par la revue Science, tire la sonnette d’alarme : les prévisions algorithmiques de son modèle montrent que plus d’1,3 millions de kilomètres carrés de terre pourraient être détruits d’ici 2030, ce qui aurait des conséquences dévastatrices pour la biodiversité. 

Alors que les gouvernements s’apprêtent à fixer les objectifs de protection de la biodiversité pour la décennie à venir, lors de la prochaine COP15 pour la biodiversité qui doit se tenir en Chine, les écologistes plaident pour que les dirigeants s’engagent à conserver au moins 30% des terres d’ici à 2030. Cependant, selon Jones Kendall Jones, co-auteur de l’étude et spécialiste de la planification de la conservation à la Wildlife Conservation Society, il faudrait largement dépasser ces 30% : « Si les nations veulent sérieusement sauvegarder la biodiversité et les services éco-systémiques qui sous-tendent la vie sur Terre, elles doivent immédiatement intensifier leurs efforts de conservation, non seulement en termes d’étendue et d’intensité, mais aussi d’efficacité ». 

Il en résulterait, selon les auteurs de l’étude, qu’au moins 44% des terres devraient être protégées d’une manière ou d’une autre pour permettre, entre autres, la survie de près de 35 000 espèces animales et une part importante de la flore. Le rapport précise que les terres les plus en danger se trouvent dans les régions en voie de développement et notamment en Afrique où l’exploitation des ressources naturelles, tout comme l’expansion agricole, sont très importantes.

   

Des mesures de conservation ciblées et adaptées à des zones précises  

Toutefois, cette quantité de terres à conserver pour protéger la biodiversité varie selon les différentes stratégies de protection mises en œuvre dans chaque région. Certains spécialistes prônent 20% de terres à protéger dans le monde, quand d’autres vont jusqu’à dire qu’il faudrait en conserver 70%. Ces approches vont de la protection des espèces les plus menacées à, parfois, préconiser le « principe de précaution » (entériné lors du Sommet de Rio de 1992 qui pousse à la prudence quant aux dommages possibles et irréversibles causés à l’environnement) et chercher à éviter tout dommage sur les écosystèmes les plus vierges.    

Également, cette volonté de conservation varie selon la biodiversité et les richesses des continents et des pays. Ainsi, l’Europe par exemple, devrait conserver environ un tiers de son territoire car elle ne compte déjà quasiment plus de zones sauvages. Autre exemple, le Costa Rica qui contient des espèces rares, devrait protéger environ 86% de son territoire .       

L’étude souligne que ces quelques 64 millions de kilomètres carrés n’ont pas nécessairement besoin d’être déclarés comme protégés. Plusieurs solutions, impliquant des politiques favorables à la démarcation de territoires autochtones et plus largement à la reconnaissance de leur autonomie et autodétermination, peuvent s’avérer très efficaces. Cela peut inclure également la mise en place de mesures de conservation ciblées et adaptées à des zones précises.

 

Favoriser l’autodétermination des peuples autochtones pour protéger les terres

Selon M. Jones : “Les actions de conservation qui favorisent l’autonomie et l’autodétermination des personnes vivant sur ces terres, tout en maintenant l’intégrité écologique sont cruciales. Nous disposons de nombreux outils de conservation efficaces, qu’il s’agisse de donner aux peuples autochtones les moyens de gérer leur environnement naturel, ou de mettre en place des politiques limitant la déforestation, ou offrant des options de moyens de subsistance durables et des zones protégées. » 

De plus, ces solutions prônant la protection des terres par la reconnaissance du rôle des communautés locales, signifie que le développement de certains territoires devra être abandonné pour préserver les lieux. Ce renoncement au développement peut cependant contribuer à la pauvreté, les chercheurs recommandent alors la nécessité de mettre en place des « récompenses économiques aux sein des pays les plus pauvres », afin de compenser la perte de gains de la population locale.    

 

Sources : 

Lire le Monde : Au moins 44 % des terres de planète nécessitent une conservation pour sauvegarder la biodiversité et les services écosystémiques 

Peoples Dispatch : 44 of Earth’s land requires conservation for protection of biodiversity and ecosystem say scientists

 

A lire aussi sur le site de Planète Amazone : 

La déforestation en Terre Uru-Eu-Wau-Wau augmente de 133% et met en danger les peuples indigènes isolés, 23 juillet 2021, https://planeteamazone.org/actualites/la-deforestation-en-terre-uru-eu-wau-wau-augmente-de-133-et-met-en-danger-les-peuples-indigenes-isoles/ 

Pérou : des aires de conservation pour protéger la biodiversité, 24 août 2021, https://planeteamazone.org/actualites/perou-des-aires-de-conservation-pour-proteger-la-biodiversite/ 

Journée internationale des forêts : Plus de 9000 espèces d’arbres à découvrir !, 21 mars 2022, https://planeteamazone.org/actualites/journee-internationale-des-forets-plus-de-9000-especes-darbres-a-decouvrir/    

 

Article rédigé par Ophélie Poulet  



Mis a jour le 2022-08-03 10:33:37

Haut de page

A la une

Actus

Agenda

[Evénements publics]
05 octobre 2022 - 09 octobre 2022
12ème édition du Festival Atmosphères
Lire la suite

[Climat]
07 novembre 2022 - 18 novembre 2022
L’Égypte accueillera la COP27 en novembre
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

3 June 2022
Message du cacique Raoni #STOPECOCIDE

9 November 2021
COP26 : Le Cacique Ninawa et Mindahi Bastida dénoncent les fausses solutions de nos dirigeants

9 November 2021
COP26 : Mindahi Bastida appelle à l’action, maintenant !

9 November 2021
Ouverture de la COP26 : l'hommage de Tom Goldtooth à un chef défunt.

22 August 2021
[RT France] l'accaparement du mot «planète» par le groupe Canal+

17 June 2021
Brésil : Valdelice Veron dénonce le projet de loi PL 490/2007 menaçant les terres indigènes

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre