Le cacique Raoni transmet ses félicitations au Président François Hollande


Le cacique Raoni, qui vient d’apprendre l’élection de M. François Hollande à la présidence de la République française, tient à rappeler son attachement à la France et aux valeurs humanistes qu’elle défend à travers le monde. Il salue également le successeur de ses amis François Mitterrand et Jacques Chirac, qu’il espère rencontrer prochainement.


Chef respecté du peuple kayapo d’Amazonie brésilienne, à la pointe de la lutte pour sauver le “poumon vert de la planète”, le cacique Raoni n’a jamais oublié que le premier pays à l’avoir accueilli et écouté fut la France.

Nul n’est prophète en son pays, surtout lorsque l’on est le représentant d’une minorité autochtone dont l’existence même contrarie de puissants intérêts économiques. En 1989, le Brésil de José Sarney ne souhaitait pas que ce chef indien embarrassant à la présence et au message magnétiques soit reconnu à l’international. Des pressions diplomatiques furent exercées. Le Président François Mitterrand, le premier, choisit de les ignorer. Il reçut le cacique Raoni au palais de l’Elysée, donnant à sa cause toute l’attention médiatique dont celle-ci avait besoin. Son épouse, Danielle Mitterrand, lui emboita le pas et le soutint dès ce moment avec sa Fondation, France Libertés. C’est beaucoup grâce à ce premier geste fort, qu’il n’a jamais oublié, que le cacique Raoni est parvenu ensuite à faire entendre la voix de son peuple dans le monde entier et à protéger une grande partie des territoires kayapo ancestraux, menacés par les invasions sauvages et la déforestation.

Pour le cacique Raoni, le soutien de la France s’est avéré sans failles au fil des années, grâce à l’engagement continu à ses côtés du successeur de M. Mitterrand, le président Jacques Chirac, qui continue à le soutenir par le biais de la Fondation Chirac depuis qu’il a quitté ses fonctions (M. Chirac a également préfacé les mémoires du cacique Raoni, parues en 2010). Quant au Maire de Paris Bertrand Delanöe, il l’a reçu des les premiers mois de son élection et l’a nommé citoyen d’honneur en 2011.

En 2009, tous les peuples amazoniens de la région du Xingu (Etats du Para et du Mato Grosso) ont mandaté le cacique Raoni pour faire part à la communauté internationale de leur grande inquiétude au sujet du projet de barrage de Belo Monte, un ouvrage pharaonique à l’efficacité contestée et à l’impact écologique désastreux, ressorti des cartons pendant la mandature du président Lula Da Silva et avec son appui (une mobilisation internationale l’avait fait annuler une première fois dans les années 80). C’est ainsi qu’il a rencontré le Président Nicolas Sarkozy à Brasilia, dans l’espoir d’obtenir une fois de plus le soutien de la France, qui répond toujours présent lorsque les peuples sont opprimés, que leurs droits élémentaires se trouvent menacés.

Le Président Sarkozy avait promis de le recevoir et de l’aider lors de sa prochaine venue en France, il n’a pas tenu ses engagements. Le peuple français a quant à lui répondu présent et la pétition que le cacique Raoni a lancé depuis Paris lors de ce voyage a recueilli à ce jour plus de 255 000 signatures.

Aujourd’hui, le cacique Raoni sait qu’une nouvelle voix va porter les valeurs humanistes de la France et il émet le vœu que celle-ci participe à donner de l’écho à la sienne. Il souhaite bonne chance au Président François Hollande et espère que celui-ci lui apportera son appui dans le combat qu’il mène non seulement pour son peuple mais aussi pour les enfants du monde entier et les générations à venir.



Mis a jour le 2020-09-12 12:52:45

Haut de page