Les indigènes rejoignent la lutte contre les mégabassines !


La solution des mégabassines soutenues par le gouvernement français est déjà appliquée dans de nombreux pays. Dans la province du San Juan, la plus sèche d’Argentine, les 11 batteries de puits soutiennent l’agriculture intensive du pays grâce à un débit moyen compris entre 100 et 105 m³/h. Néanmoins, cette consommation effrénée a un coût environnemental et humain important.


Réservoir d’eau de la Valle Fértil, dans la province du San Juan en Argentine. EAGLAU/ WIKIMEDIA COMMONS

Des activistes du monde entier, y compris des peuples indigènes, ont répondu à l’appel du collectif Bassines non merci et sont venus participer aux manifestations du 25 et 26 mars 2023 en France. Fermement opposés aux projets des mégabassines, ils ont expliqué à l’Assemblée nationale le 22 mars les effets destructeurs de l’adoption de telles mesures dans leurs pays respectifs.

 

Une fausse solution

La France métropolitaine a battu cet hiver des records de sécheresse, avec 32 jours sans véritable pluie. Déjà durement éprouvées par la crise climatique et les canicules estivales, les nappes phréatiques peinent à retrouver leur niveau d’origine.

 

Pour faire face à cette situation inédite, le gouvernement Macron a proposé une solution qui est très controversée : la construction de méga bassines. Ces immenses réserves d’eau sont équipées d’un système de pompe qui accapare l’eau des nappes phréatiques constituées en hiver pour irriguer les champs l’été.

 

Mais cette solution comporte des risques énormes. Partout dans le monde, elle a échoué à régler le problème de la sécheresse et elle diminue grandement les disponibilités en eau.

 

Les mégabassines, une catastrophe pour l’environnement et les hommes

Les militants indigènes d’Amérique du Sud expliquent que les mégabassines construites il y a 35 ans ont échoué à pallier le manque d’eau au Chili. Depuis plus de onze ans, le pays est victime d’une sécheresse sans précédent. Les populations n’ont donc pas suffisamment d’eau pour répondre aux besoins hygiéniques de base définis par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

 

Pire, les mégabassines aggravent les phénomènes de stress hydrique. Au Chili, elles ont conduit à un accaparement total de la ressource par le secteur agricole. Selon le Courrier International, les grands producteurs agricoles consomment désormais 75% de l’eau potable au prix d’énormes prélèvements de l’eau des nappes phréatiques. Par conséquent, les grands fleuves s’assèchent et les disponibilités en eau s’amenuisent.

 

Au Chili, la construction des mégabassines a été le point de départ vers une privatisation de l’eau. Désormais, “l’eau s’échange sur un marché où le profit prime”, explique Manuela Royo, historienne et avocate chilienne, membre du collectif Modatima. Ce phénomène a entraîné les mêmes effets dévastateurs au Mali. Les entreprises ont pompé les fleuves et les nappes phréatiques aux détriments des animaux et des petits agriculteurs. 

 

Partout, les mégabassines ont favorisé l’agriculture intensive et le maintien de pratiques très néfastes. Lors de leur synthèse du 20 mars 2023, les scientifiques internationaux du GIEC ont rappelé que ce modèle agricole n’est plus soutenable et qu’il faut impérativement réduire sa consommation d’eau et ses autres destructions environnementales.

 

Les multinationales prennent le contrôle de l’eau

Les militants mettent également en garde contre les multinationales, grandes gagnantes d’une privatisation de l’eau. Layla Staats, activiste du peuple canadien mohawk et réalisatrice du film Blood and water, témoigne de leurs comportements au Canada : « Nous sommes confrontés aux agissements des compagnies comme Nestlé, qui pompe de l’eau dans les nappes phréatiques et la revend ensuite ». Ces entreprises abaissent encore le niveau des nappes au profit d’activités extrêmement polluantes comme l’exploitation de mines et la construction de gigantesques pipelines. De surcroît, ces activités sont une menace directe pour le peuple mohawk.

 

Le principe des mégabassines ne provoque pas uniquement des désastres écologiques, il bouleverse aussi les sociétés humaines. Pour le peuple colombien Yukpa, l’eau est au fondement de nombreux mythes et traditions. « Sans rivières, les femmes ne peuvent plus parler à l’esprit de l’eau. Et toute une nouvelle génération ne pourra pas apprendre nos traditions. Nous sommes en pleine destruction physique et culturelle. », explique l’un de ses représentants.

 

Pour une législation internationale !

« ll ne s’agit pas d’un problème isolé sur un seul territoire, tout est connecté », rappelle Layla Staats. En effet, l’enjeu est mondial : l’ONU avertit que plus d’un quart de la population est déjà touchée par le stress hydrique et cela va augmenter. Par conséquent, les militants appellent à reconsidérer l’eau non pas comme une ressource privée mais comme un bien commun de l’humanité. Après la première conférence des Nations Unies sur l’eau et l’adoption historique du traité sur la protection des aires marines, il est temps d’adopter une véritable législation internationale sur l’eau !

 

Sources :

Reporterre : Mégabassines : des militants du monde entier rejoignent la lutte

Radio France :  Nicolas Girod : les “méga bassines”, “une privatisation de l’eau par une minorité d’agriculteurs

Libération : Chili : sans eau en pleine pandémie, à l’ombre des avocatiers

Courrier international : Au Chili, le manque d’eau frappe surtout les petits éleveurs

Les Echos : Le « stress hydrique » touche plus d’un quart des habitants de la planète

Tiempo de San Juan : Cuáles son las fuentes de agua con las que se alimenta San Juan

 

Pour aller plus loin : 

https://planeteamazone.org/actualites/climat/nouveau-rapport-du-giec-lhumanite-au-bord-du-precipice/

 

Article rédigé par Quentin Moreau pour Planète Amazone.



Mis a jour le 2024-01-30 22:12:50

Haut de page

A la une

Bilan de l'année 2023 au Bré...
Victoires et défaites des pe...

Rencontre avec Appolinaire O...
Gardien des forêts sacrées a...

Nouveau roman d'Arkan Simaan
En soutien aux indigènes d'A...

Avant-première spéciale à Br...
Découvrez 'Amazonia, Cœur de...

Démarcation de la terre de R...
La bataille juridique contin...

Au Congrès brésilien
Les droits des indigènes sab...

Sécheresse catastrophique au...
Le nord du pays ravagé

Forum mondial Normandie pour...
Retrouvez l'intervention de ...

Territoire du Kapot-Nhinore
Les agriculteurs contre la d...

Hommage à Rosita Watkins
L'amie des peuples indigènes...

Arrestation du cacique Valdi...
Les Guarani-Kaiowás sont att...

Crise humanitaire au Brésil
Les Yanomamis continuent de ...

Grande Assemblée du cacique ...
Planète Amazone en terre kay...

London Climate Action Week
Notre nouveau film en avant-...

Déforestation au Cerrado
Les ravages de la multinatio...

Planète Amazone au Brésil
Notre mission Terre Libre 20...

L'ancien président condamné...
Bolsonaro : toujours dangere...

Collecte de fonds pour ATL 2...
Rassemblement fin avril à Br...

La démarcation : une nécessi...
Pour les peuples et la natur...

Nouveau rapport du GIEC
l’humanité au bord du précip...

Planète Amazone à la COP15
Quelles actions face à la 6 ...

#CarrefourNousEnfume
Le message filmé de Kretã Ka...

Changement climatique
Notre COP27

Un film, 3 versions, 6 langu...
Le DVD de Terra Libre (enfin...

Démarcation des terres indig...
Victoire pour les Nambikwara...

Reconnaissance du crime d'éc...
La Belgique, bon élève europ...

Double meurtre en Amazonie
Justice pour Dom et Bruno

2012 - 2022
Planète Amazone, 10 ans d'ac...

Les 4 épisodes en replay
"Protégeons l'Amazonie"

Signez la pétition
Amazonie : stop au double-je...

TERRA LIBRE
Regardez toutes les vidéos d...

L'ALLIANCE DES GARDIENS DE M...
Un mouvement mondial pour la...

Connaître Planète Amazone
Lire notre historique

Soutenez Planète Amazone
Faites un don mensuel ou pon...

Actus

Agenda

[Agenda]
20 février 2024
Bruxelles : projection en avant-première de “Amazonia, Cœur de la Terre Mère” en résista...
Lire la suite

[Evénements publics]
30 novembre 2023 - 07 décembre 2023
Une délégation de Planète Amazone à la Cop 28 à Dubaï
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
16 novembre 2023
Projection-débat du film Terra Libre et rencontre avec Appolinaire Oussou Lio, chef du peuple T...
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
15 juin 2023
Projection/débat du film Terra Libre au cinéma Sirius
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
05 mai 2023
Projection/débat du film Terra Libre au cinéma Apollo
Lire la suite

[Manifestations]
24 avril 2023 - 28 avril 2023
CAMPEMENT TERRE LIBRE : LE GRAND RASSEMBLEMENT ANNUEL DES PEUPLES INDIGÈNES BRÉSILIENS
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

14 April 2023
L’appel de Pierre Richard en soutien à un grand rassemblement de peuples indigènes au Brésil

9 December 2022
Interview du cacique Kretã, du peuple Kaingang

3 June 2022
Message du cacique Raoni #STOPECOCIDE

9 November 2021
COP26 : Le Cacique Ninawa et Mindahi Bastida dénoncent les fausses solutions de nos dirigeants

9 November 2021
COP26 : Mindahi Bastida appelle à l’action, maintenant !

9 November 2021
Ouverture de la COP26 : l'hommage de Tom Goldtooth à un chef défunt.

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre