Colombie : une exportation accrue de charbon vers l’Europe va accroître le risque d’écocide


En 2021 la multinationale Glencore avait annoncé la fermeture de la mine de charbon d’El Cerrejon en Colombie, en raison de la faible demande mondiale en charbon. En avril 2022, face à la crise énergétique en Europe, l’Allemagne a cependant exhorté le gouvernement colombien d’augmenter ses exportations, ce qui pourrait avoir pour conséquence d’augmenter le risque d’écocide pour les communautés indigènes habitant à proximité de la zone d’exploitation.


Légende : La mine de charbon à ciel ouvert El Cerrejón, département de la Guajira, Colombie. Crédits photo : Wikimedia Commons | CC BY-NC 2.0

S’étendant sur une surface de 69 000 hectares, El Cerrejon est la plus grande mine de charbon à ciel ouvert dans le monde. Située dans le département de la Guajira, en Colombie, elle extrait 108 000 tonnes de charbon par jour pour l’exportation et a provoqué le déplacement de plus de 20 000 personnes à travers le territoire.

Alors que son propriétaire avait annoncé la fermeture imminente de la mine, faute de demande, la crise énergétique en Europe et une augmentation de la demande en charbon dans certains pays, la mine n’a finalement pas fermé.

En effet, le 6 avril 2022, peu de temps après l’invasion  de l’Ukraine par la Russie, le chancelier allemand Olaf Schulz a exhorté le président colombien sortant, Iván Duque, qui avait donné le feu vert à El Cerrejón,  de détourner le ruisseau Bruno pour exploiter le charbon présent  dans le lit de la rivière. Pourtant, des experts ont prévenu que le détournement de ce cours d’eau pourrait entraîner son assèchement et la fin de l’accès à l’eau de milliers d’autochtones et de paysans.

 

Une mine de charbon noircie par des violations des droits de l’homme

Les problèmes liés à la mine de charbon d’El Cerrejon ne sont pas nouveaux. En septembre 2020, plusieurs experts des droits de l’homme de l’ONU ont appelé à la suspension des opérations de la mine, suite à une demande d’intervention de la communauté indigène Wayuu et le dépôt de cinq plaintes pour savoir si la mine d’El Cerrejón respectait les conditions environnementales et sociales requises.

Selon Rodrigo Negrete, avocat et consultant juridique en matière d’environnement, Cerrejón n’affecte pas seulement l’environnement et la population :

“Elle exploite une voie ferrée qui traverse le département de la Guajira et divise le territoire Wayuú sur des centaines de kilomètres, de la mine d’El Cerrejón à Puerto Bolívar. Face à cela, on s’attendrait à ce qu’ils agissent de manière responsable, mais ce n’est pas le cas”.

En 2021, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) avait annoncé commencer à enquêter sur Carbones del Cerrejón Ltd, la société mère de la mine, co-détenue à parts égales (33,3%) par BHP, Anglo American et Glencore, à la suite d’une plainte déposée par l’ONG Global Legal Action Network et soutenue par diverses associations, l’accusant de violations des droits de l’homme . Parmi les problèmes éthiques dénoncés : l’activité de la mine qui consomme plus de 30 millions de litres d’eau par jour, alors que la population locale meurt de soif aux alentours. 

United for Peace, un groupe écologiste de défenseur des droits de l’homme affirme :

“L’Allemagne et l’Europe ont arrêté leur consommation de charbon russe en signe de rejet de l’injustice faite au peuple ukrainien. Ils doivent maintenant être cohérents et éviter également le charbon colombien, afin de ne pas financer la souffrance du peuple Wayuu et d’autres communautés malmenées par l’exploitation du charbon”. 

 

5000 enfants affectés par l’industrie du charbon dans La Guajira

Karmen Ramírez, militante écologiste pour la communauté indigène Wayuu dénonce la crise humanitaire que subit sa communauté à cause de l’entreprise exploitante de charbon. Elle explique : 

“El Cerrejón a laissé 5 000 enfants Wayuu, toute une génération, morts de faim, de soif et souffrant de maladies respiratoires à cause de la négligence de l’État et des opérations de la mine […] Les enfants Wayuu ne sont pas morts, ils ont été assassinés  parce que l’eau qui aurait dû être fournie et rendue potable pour la consommation humaine dans la région a été donnée à El Cerrejón pour garantir ses opérations d’extraction de charbon”.

Dans une tribune publiée en décembre 2019, GreenPeace dénonçait déjà les dégâts environnementaux et sociaux causés par la mine  : “Le charbon qui est extrait ici, part pour l’Europe, j’ai vu comment il arrive à Gijón (Espagne). Nous n’avons plus de ferme, et 5000 enfants sont morts de malnutrition” explique Diego Alejandro Rojas, du collectif Arbelaez , au sein de l’enquête menée par l’association environnementale. 

Ramirez raconte comment, au début de sa lutte, il y a un quart de siècle de cela, l’objectif principal était d’éviter l’implantation de la mine sur le territoire, qui est présente depuis plus de dix ans, au fil du temps notre stratégie à évoluer :

“Le défi consiste maintenant à reconnaître le droit au consentement libre, préalable et éclairé, qui va bien au-delà de la consultation préalable des communautés dans les zones où des projets de ce type vont être menés.”

À l’instar du groupe Texaco-Chevron qui a provoqué la condamnation injuste de Steven Donziger, pour avoir dénoncé les exploitants pétroliers en Amazonie équatorienne, Karmen Ramirez a fait face à des menaces de morts contre elle et des membres de sa famille, lorsqu’elle a commencé à alerter sur les méfaits de l’entreprise de charbon. Elle a cependant été élue, en mars 2022 au sein du nouveau gouvernement de gauche, dirigé par le Président Gustavo Petro, dont les bannières sont l’environnement et la justice sociale.

 

Une victoire de courte durée et le lancement d’une campagne contre l’importation du charbon en Europe

En 2021, la multinationale Glencore a fini par annoncer qu’elle fermerait la mine en raison de la faible demande mondiale en charbon. Néanmoins, face à une demande accrue en Allemagne, la mine n’a finalement pas fermé.

Malgré les promesses écologiques du nouveau gouvernement, la vice-présidente et activiste environnementale Francia Marquez, a rappelé :

“Il n’y a pas d’issue qui nous permette de dire que c’est la solution. Ce qui est certain, c’est que le charbon continue d’être exploité et qu’il continue d’avoir des effets néfastes. Et que cela ne peut pas continuer ainsi à cause de la demande de pays comme l’Allemagne”. 

Le charbon est en effet l’un des principaux responsables des émissions de gaz à effet de serre, et donc du réchauffement climatique.

En rejet de la demande du Chancelier Schulz en Colombie, la campagne #VidaNoCarbon a été créée, rassemblant 165 organisations de 28 pays autour de deux bannières : l’arrêt des importations de charbon de Colombie et la réduction de la consommation d’énergie.

Dans une lettre adressée aux gouvernements colombien et allemand, ainsi qu’au Parlement européen, les militants de #VidaNoCarbon demandent l’arrêt des importations de charbon colombiennes, en raison de leur énorme impact social et écologique. Selon Danny Carvajal, un des leaders de la campagne #VidaNoCarbon, basé en Allemagne : “Laisser des villages entiers sans eau et détruire des écosystèmes est un écocide et une violation manifeste des droits de l’homme. 

La  campagne #VidaNoCarbon incite également les gouvernements européens à réduire leur consommation énergétique.  Face à la crise énergétique actuelle, le 10 juin 2022, le ministre de l’économie et du climat allemand a d’ailleurs lancé une campagne nationale en faveur des économies d’énergie. Bien que ce soit un pas dans la bonne direction, le pays a tout de même choisi de ré-ouvrir son industrie du charbon, freinant ainsi les ambitions européennes d’être neutre en carbone d’ici 2050. Cette décision pourrait même avoir des conséquences désastreuses sur la transition énergétique de pays non-européens.

En mai 2022, l’Union européenne a quant à elle proposé un plan nommé “RePowerEU”, dont l’objectif premier est de se passer du charbon, et surtout du gaz et du pétrole en provenance de Russie d’ici à 2027. Pour cela, l’UE veut, certes, réduire la consommation d’énergie, diversifier l’approvisionnement en gaz et miser sur les énergies renouvelables, mais cela pourrait potentiellement avoir des conséquences néfastes dans d’autres zones du globe.

 

Sources  : 

Toute l’Europe : REPowerEU : comment l’Union européenne veut sortir de sa dépendance aux énergies fossiles russes

Energeek : Allemagne : priorité aux économies d’énergie

RFI : Expertos : Exportar más carbón de Colombia a Europa aumentará ecocidio y violaciones a DDHH 

OpenDemocracy : La gigantesca mina de carbón de Cerrejón, denunciada por atentar contra derechos humanos y ambientales. 

Greenpeace Luxembourg : Extraction de charbon et violations des droits humains en Colombie, Indonésie, Russie et Afrique du Sud : une enquête de Greenpeace 

 

À lire aussi sur le site de Planète Amazone :

Libération de Steven Donziger : retour sur un scandale judiciaire 

Colombie : les indigènes campent à Bogotá pour revendiquer leurs droits

 

Article rédigé par Charlotte Girard



Mis a jour le 2022-09-05 08:56:00

Haut de page

A la une

Actus

Agenda

[Climat]
06 novembre 2022 - 18 novembre 2022
L’Égypte accueillera la COP27 en novembre
Lire la suite

[Festivals / conférences / colloques]
18 octobre 2022
Ciné-débat "Quel avenir pour l'Amazonie ?" (annulé en raison des grèves)
Lire la suite

[Evénements publics]
15 octobre 2022
Rejoignez les Gardiens à l'occasion de la grande marche pour l'Amazonie à Paris
Lire la suite

[Evénements publics]
05 octobre 2022 - 09 octobre 2022
12ème édition du Festival Atmosphères
Lire la suite

[Evénements publics]
12 septembre 2022
Projection-débat du documentaire “La deuxième rencontre” de Véronique Ballot
Lire la suite

[Festivals / conférences / colloques]
18 août 2022 - 21 août 2022
Camp Climat Toulouse 2022
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

3 June 2022
Message du cacique Raoni #STOPECOCIDE

9 November 2021
COP26 : Le Cacique Ninawa et Mindahi Bastida dénoncent les fausses solutions de nos dirigeants

9 November 2021
COP26 : Mindahi Bastida appelle à l’action, maintenant !

9 November 2021
Ouverture de la COP26 : l'hommage de Tom Goldtooth à un chef défunt.

22 August 2021
[RT France] l'accaparement du mot «planète» par le groupe Canal+

17 June 2021
Brésil : Valdelice Veron dénonce le projet de loi PL 490/2007 menaçant les terres indigènes

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre