Opération Harpie : une lutte difficile contre l’orpaillage clandestin en Guyane Française


C’est avec espoir que nous vous présentons cet article, à la suite de nouvelles mesures de l’État Français pour lutter contre l’orpaillage illégal sur le territoire de la Guyane Française. Les mesures prises auparavant n’ont pas suffi à arrêter l’expansion de cette pratique polluante et destructrice de la forêt, et il est temps que plus d’efforts soient faits dans ce domaine. Planète Amazone soutient la lutte contre l’orpaillage clandestin dans la forêt amazonienne. 

L’orpaillage, recherche artisanale d’or dans les cours d’eau ou bien dans les sols riches en minéraux, est strictement illégale en Guyane Française. Utilisant du mercure, une substance extrêmement nocive, cancérigène et polluante, pour extraire l’or des minéraux, les orpailleurs défrichent des surfaces de forêts importantes en les brûlant afin d’exercer leur activité. Ainsi, de nombreux sites d’orpaillages continuent d’exister, rassemblant quelque 12 000 mineurs qui sont des travailleurs illégaux des pays voisins, dans la grande majorité issus du Brésil, mais aussi du Suriname.


Cours d’eau Guyane Française – Photo de Charlotte Girard

Pour lutter contre l’orpaillage, il y a 14 ans a été lancée  l’opération militaire Harpie qui lutte contre l’orpaillage clandestin en Guyane. L’opération coûte 70 millions d’euros par an à l’État Français, alors que des centaines de sites d’orpaillage continuent à exister, ce qui pose la question de l’efficacité de la mission Harpie. Un récent rapport de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM) revient sur cette difficile opération.

Le terme “Harpie” désigne le nom d’un aigle des forêts tropicales, connu pour sa stature imposante et féroce. L’opération Harpie a vu le jour en 2008, alors que les forces armées de Guyane se sont engagées en soutien de la gendarmerie nationale dans la lutte contre l’orpaillage clandestin. Cette pratique représenterait une exfiltration de 5 à 10 tonnes d’or par an, c’est-à-dire une sortie d’argent du territoire d’outre-mer de 250 à 500 millions d’euros. De plus, selon un rapport du WWF, entre 2001 et 2018, ce seraient 157 000 hectares de forêt qui auraient été détruits par l’orpaillage clandestin. L’IRSEM et l’Institut des Amériques ont ainsi sorti ce mois-ci une étude intitulée : « Avantages et limites de l’utilisation des forces armées dans la répression d’une activité illégale. L’opération Harpie et l’orpaillage clandestin en Guyane française ».

Emplacement de la Guyane française entre le Suriname et le Brésil – Google Maps

Cette étude explique la difficulté des forces françaises à lutter contre l’orpaillage face à des orpailleurs violents, dans un environnement hostile. Pourtant, en 2018, les gendarmes avaient accompli l’exploit de saisir 26 millions d’euros de matériel, de détruire 765 sites d’orpaillage illégal, et de saisir 120 kg de mercure et 5 kg d’or. Mais la lutte est de plus en plus difficile. La forêt amazonienne guyanaise est dense, le climat y est difficile, et de nombreuses espèces dangereuses l’habitent, ce qui rend l’opération Harpie éprouvante pour les hommes déployés sur le terrain. Ainsi, 9 soldats ont perdu la vie entre 2008 et 2021, dont trois au cours d’actions de combat, détaille le rapport. 

Face à ce drame, le rapport propose des interventions directes et  indirectes fondées sur des négociations avec les pays voisins, indiquant la création d’un nouveau corps rattaché à une administration publique qui aurait un véritable pouvoir sur les activités minières illégales. Il suggère aussi une meilleure coopération pour rendre le mercure moins facilement accessible et compliquer la vie des orpailleurs.

 Ce qui est certain, c’est que la lutte contre l’orpaillage en territoire français ne fait que commencer !  

 

Sources : 

Orpaillage clandestin en Guyane : quel avenir pour l’opération Harpie ? | Outremers360

L’opération Harpie, une mission à risques pour les militaires

Pour en savoir plus :

BRÉSIL : Bolsonaro veut développer l’orpaillage en Amazonie – Planète Amazone (planeteamazone.org)


Article rédigé par Charlotte Girard



Mis a jour le 2022-09-05 08:56:00

Haut de page

A la une

Actus

Agenda

[Climat]
06 novembre 2022 - 18 novembre 2022
L’Égypte accueillera la COP27 en novembre
Lire la suite

[Festivals / conférences / colloques]
18 octobre 2022
Ciné-débat "Quel avenir pour l'Amazonie ?" (annulé en raison des grèves)
Lire la suite

[Evénements publics]
15 octobre 2022
Rejoignez les Gardiens à l'occasion de la grande marche pour l'Amazonie à Paris
Lire la suite

[Evénements publics]
05 octobre 2022 - 09 octobre 2022
12ème édition du Festival Atmosphères
Lire la suite

[Evénements publics]
12 septembre 2022
Projection-débat du documentaire “La deuxième rencontre” de Véronique Ballot
Lire la suite

[Festivals / conférences / colloques]
18 août 2022 - 21 août 2022
Camp Climat Toulouse 2022
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

3 June 2022
Message du cacique Raoni #STOPECOCIDE

9 November 2021
COP26 : Le Cacique Ninawa et Mindahi Bastida dénoncent les fausses solutions de nos dirigeants

9 November 2021
COP26 : Mindahi Bastida appelle à l’action, maintenant !

9 November 2021
Ouverture de la COP26 : l'hommage de Tom Goldtooth à un chef défunt.

22 August 2021
[RT France] l'accaparement du mot «planète» par le groupe Canal+

17 June 2021
Brésil : Valdelice Veron dénonce le projet de loi PL 490/2007 menaçant les terres indigènes

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre