Le président brésilien assimile des ONG à un « cancer »


Suite notamment à la campagne « Defundbolsonaro.org » initiée par les ONG APIB (Articulaçao dos Povos Indigenas do Brasil), Midia India, Observatório do clima et 342 Amazonia, incitant que les engagements financiers au Brésil s’accompagnent d’une garantie de préservation de la forêt amazonienne, le président Jair Bolsonaro a vivement réagi en les qualifiant de « salopards » alors qu’il est tenu pour responsable des départs de feu en Amazonie.


« Vous savez que les ONG n’ont pas voix au chapitre avec moi. Je suis ferme avec ces gens, mais je n’arrive pas à tuer ce cancer que sont la plupart des ONG »1 s’est exprimé le président jeudi 3 septembre lors de son apparition hebdomadaire en vidéo Facebook.

Ce n’est pas la première fois que celui-ci s’en prend aux ONG. L’été 2019, suite à la vague d’indignation mondiale qu’avait suscité la recrudescence des incendies en Amazonie, il avait évoqué la possibilité de leur implication, sans toutefois apporter de preuves2.

« Il pourrait s’agir, oui, il pourrait, mais je ne l’affirme pas, d’actions criminelles de ces « ONGéistes » pour attirer l’attention contre ma personne, contre le gouvernement brésilien. C’est la guerre à laquelle nous sommes confrontés. »

D’après lui, la perte de 40 % de leur financement depuis l’étranger et la fin des aides de l’état les a mis dans une situation critique. Déclencher des feux serait une façon de justifier leur existence et d’obtenir de nouvelles aides financières.

Defundbolsonaro

L’initiative « Defundbolsonaro.org » fait suite à une prise de position de fonds d’investissements par rapport à la cause environnementale. En juin dernier, des sociétés dotées de 4000 milliards de dollars avaient précisé leur volonté de voir une évolution de la politique du gouvernement liée à l’écologie3.

Le ministre du Cabinet de Sécurité institutionnelle appuie le discours du président en précisant que les ONG ne se préoccupent pas seulement de préservation (de la forêt amazonienne) et les accusent de « fabriquer » de l’information.

D’après lui, ce serait une erreur de tenir J. Bolsonaro pour responsable de tous les maux de l’Amazonie.

L’ONG Human Right Watch regrette l’insolence du président face aux ONG tout autant que sa politique écologique.

Le nombre de départs de feux en Amazonie est le deuxième le plus élevé en 10 ans, après 2019, d’après les données satellitaires de l’Institut national des recherches spatiales. Dans la région du Pantanal, caractérisée par un écosystème unique au Brésil, leur nombre s’est envolé depuis l’année dernière.


Notes :
1– Agence France Presse, 5 septembre 2020. Extrait de la transmission facebook hebdomadaire du président. Jeudi 3 septembre 2020
2– France info, 21 août 2019. Brésil : le président Bolsonaro insinue que les ONG sont responsables des incendies en Amazonie
3– Science et avenir, 4 septembre 2020. Brésil : les ONG écologistes un cancer pour Bolsonaro



Mis a jour le 2020-09-06 10:06:23

Haut de page