Alors que la saison des incendies se termine, le Brésil est montré du doigt pour ses politiques inefficaces en Amazonie et au Pantanal.


Cette année, deux joyaux verts du Brésil, l’Amazonie et le Pantanal, ont subi des pertes dévastatrices. Si la saison des feux touche à sa fin, ce n’est que pour mieux constater l’ampleur des dégâts. Cette année, le Brésil a dû faire face à une sécheresse, à la déforestation et à des incendies de plus en plus nombreux. Mais le gouvernement brésilien ne semble pas avoir pris conscience de ce qui se joue sur son territoire. Le président Jair Bolsonaro alterne entre politiques inefficaces et coupes budgétaires, tandis que les experts demandent de faire de la protection de l’environnement une priorité.

L’Amazonie brésilienne a connu des incendies dévastateurs d’août à octobre 2020, tandis que le Pantanal a subi des pertes de 28 % de l’ensemble du biome des zones humides.


Les montagnes d’Amolar du biome du Pantanal revendiquent la deuxième plus grande densité de jaguars au monde. Les incendies catastrophiques de cette année pourraient changer cela. © André Zumak/IHP

Les critiques affirment que le Conseil de l’Amazonie de Jair Bolsonaro et les forces armées brésiliennes, envoyées en Amazonie pour lutter contre la déforestation et les incendies de cette année, n’ont pas réussi à accomplir efficacement l’une ou l’autre de ces tâches.

Pendant ce temps, le président brésilien Bolsonaro a procédé à des coupes budgétaires plus importantes dans l’IBAMA (Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables) et l’ICMBio (Institut Chico Mendes de conservation de la biodiversité), les deux principales agences environnementales du pays qui manquent de fonds, tandis que le ministre de l’environnement Ricardo Salles a retenu la grande majorité du budget des politiques environnementales du ministère cette année.

Des millions de dollars américains de financement destinés à l’opération Brésil Vert 2 de l’armée cette année auraient été dépensés non pas pour contrôler la déforestation ou les incendies en Amazonie, mais pour rénover des casernes de militaires au sein de bases situées bien en dehors de la région amazonienne. D’autres opérations en Amazonie ont été retardées et/ou mal coordonnées et mal exécutées.

Les critiques font également valoir que les ressources de l’IBAMA pour la lutte contre les incendies sont arrivées beaucoup trop tard au Pantanal, ou ont été mal dirigées par l’armée en Amazonie. L’armée prétend cependant avoir infligé des amendes importantes pour des crimes environnementaux ; mais les amendes environnementales au Brésil sont rarement, voire jamais, payées.

 

Les pompiers (« Prevfogo ») de l’IBAMA et les volontaires du groupe indigène Terena  combattent les points chauds des incendies dans les montagnes Amolar, à la frontière du Brésil et de la Bolivie, dans le biome du Pantanal.
© Reinaldo Nogales/Ecoa

L’arrivée des pluies dans les zones humides du Pantanal au Brésil en octobre contribue à l’extinction des incendies, mais les destructions cette année ont été immenses. Selon le Laboratoire des applications satellites environnementales de l’Université fédérale de Rio de Janeiro, 28 % du biome a été consumé par le feu, tuant et blessant des milliers d’animaux, dont probablement des animaux emblématiques comme les jaguars et les tapirs.

Selon Alcides Faria, directeur exécutif de l’ONG Ecoa (Ecologie et Action) qui s’est entretenu avec Mongabay, ainsi que d’autres experts, bien que ces dommages soient en partie dus à une grave sécheresse dans la première partie de l’année, peut-être intensifiée par le changement climatique grandissant, d’autres facteurs étaient tout aussi importants, voire plus, et notamment la déforestation illégale, les incendies criminels présumés provoqués par les éleveurs de bétail et le manque de planification pour lutter contre les incendies.

Pendant ce temps, dans le biome amazonien, situé au nord du Pantanal, le Conseil amazonien récemment formé au Brésil (dirigé par le Général et Vice-président Hamilton Mourão), a été accusé de manque de préparation dans la coordination des opérations contre la destruction de l’environnement, en particulier la déforestation, et dans la lutte contre les incendies records de cette année, selon un agent de l’IBAMA qui a participé aux opérations menées par les forces armées en Amazonie et qui s’est entretenu avec Mongabay sous le couvert de l’anonymat.

Dans le même temps, les agences environnementales IBAMA et ICMBio ont subi des pertes successives de ressources financières – le gouvernement fédéral a déjà réduit pour 2021 les budgets très amoindris des agences de 4 % et 12,8 %, respectivement. Le ministre de l’environnement, Ricardo Salles, a en outre mis un terme à la spirale du financement en ne dépensant que 0,4 % du budget des politiques environnementales du ministère entre janvier et août 2020.

Simultanément, il s’est avéré que les forces armées brésiliennes, qui ont été déployées en Amazonie au mois de mai par le président Jair Bolsonaro pour lutter contre les crimes environnementaux dans le cadre de l’opération Brésil Vert 2 (GBO2), ont utilisé une partie de l’argent initialement destiné à la lutte contre la déforestation de l’Amazonie pour moderniser leurs unités.

Jusqu’au 24 septembre, le 47e Bataillon d’infanterie a dépensé 2,1 millions BRL (375 000 USD) du budget total du GBO2 (418,6 millions BRL ; 74,7 millions USD) – pour l’amélioration de l’unité à Coxim, dans le Mato Grosso do Sul, une région très éloignée de l’Amazonie, selon des documents enregistrés par le Trésor national. L’argent a servi, entre autres, à rénover les toits, les sols et les portes des bâtiments de l’unité. D’autres bases militaires auraient connu des améliorations similaires.

Avec les abondantes ressources de l’opération GBO2, l’armée a également dépensé 8,9 millions BRL (1,5 million USD) pour un exercice militaire « jeu de guerre » de deux semaines dans l’État d’Amazonas, près de la frontière avec le Venezuela, exercice au cours duquel un pays « rouge » a envahi un pays « bleu ». Plus de 3 500 militaires y ont participé, et le montant dépensé – en munitions, carburant, heures de vol et transport – a été sans précédent par rapport aux exercices passés des forces armées brésiliennes.

« La pression économique internationale [due à] la question environnementale a forcé le gouvernement Bolsonaro à agir, et [il] a posé l’armée en sauveur de l’Amazonie. Mais les agences environnementales restent démunies », a déclaré Alexandre Gontijo à Mongabay ; il est chercheur à l’IBAMA et président de l’association des fonctionnaires spécialistes de l’environnement.

« Rien contre les forces armées ; parfois, elles travaillent en tant que partenaires assurant la sécurité et la logistique dans des zones critiques », a ajouté M. Gontijo. « Cependant, en termes de surveillance et de renseignement par l’utilisation d’images satellites, ils n’ont pas montré d’efficacité dans la réduction de la déforestation et des incendies ».

 

Zone brûlée dans le Pantanal – Brésil 2020
Données sur les zones brûlées du système ALARMES
© LASA 

 

L’aide est arrivée trop tard

Dans une région comme le Pantanal, où la logistique est compliquée en raison des longues distances et du peu de routes existantes, le Prevfogo de l’IBAMA, un programme environnemental fédéral, n’a commencé à engager des pompiers temporaires qu’en avril, alors que le biome était déjà en proie à de graves difficultés. Ce mois-là, les incendies ont rasé 2 500 hectares de la zone de protection environnementale de Baía Negra (APA), qui ne représente que 5 400 hectares dans l’État du Mato Grosso do Sul.

« Il est surprenant que le gouvernement fédéral n’ait pas agi selon un plan de lutte contre les incendies organisé auparavant. Tout le monde savait que 2020 serait une année de désastre environnemental, car il n’a que très peu plu à la fin de l’année dernière. Prevfogo aurait dû se charger de la coordination, avec l’aide des administrations municipales (qui ont très peu fait cette année), et des gouvernements des États. Au lieu de cela, il a agi de manière désorganisée et ce fut un énorme désastre », a déclaré Faria, d’Ecoa, à Mongabay. Créée en 1989 dans le Mato Grosso do Sul, l’ONG forme des pompiers volontaires et mène des campagnes annuelles contre les incendies dans le Pantanal.

« Davantage de brigadiers [chefs] auraient dû être engagés cette année, et les équipements tels que les tuyaux, les pompes à eau et les bateaux manquaient. Les forces armées auraient également dû mieux soutenir les pompiers dans le domaine de la logistique. Quand les ressources sont arrivées, elles sont arrivées en retard », a déclaré Faria.

Sur les 135 membres de la brigade qui ont travaillé dans le Mato Grosso do Sul cette saison, seuls 45 sont arrivés pour combattre les incendies de septembre. Dans l’État voisin du Mato Grosso, 116 brigadiers ont dirigé les efforts de lutte contre les incendies, dix de cet État et 106 d’autres régions du pays.

Selon Faria, fondateur d’Ecoa, les brigadiers auraient dû être engagés en janvier 2020 afin de former de nouveaux pompiers avant la saison sèche du Pantanal, et d’assurer également la prévention des incendies, en éliminant les sous-bois potentiellement inflammables. Une fois sec, ils sont  plus susceptibles de prendre feu.

« Les pompiers sont des héros, et ils ne gagnent qu’un salaire mensuel de 1 045 BRL  [186 USD] en exerçant un emploi temporaire. Ils devraient être engagés sur une base permanente, tout comme les postes de brigade municipale doivent être créés, surtout maintenant que les phénomènes météorologiques extrêmes se multiplient », a-t-il déclaré.

 

Des milliers d’animaux sont morts brûlés vifs cette année dans les incendies du Pantanal, dont ce singe hurleur.
© Rafael Chiaravalotti/Ecoa

 

Le rôle de l’armée en Amazonie

Selon les critiques, la justification du gouvernement au sujet de la diminution du rôle environnemental clé de l’IBAMA et le déploiement des forces armées pour lutter contre la déforestation et les incendies en Amazonie reste inconnue.

« L’armée et la marine sont formées pour la guerre, pas pour inspecter et surveiller l’environnement », a déclaré à Mongabay un inspecteur de l’IBAMA, qui a préféré garder l’anonymat. « Pendant les opérations [environnementales], nous avons dû former quelques militaires parce que très peu d’entre eux savent comment utiliser les informations provenant de la télédétection par satellite ». Sous le gouvernement Bolsonaro, les postes de direction de l’IBAMA sont maintenant occupés par des policiers militaires, également sans expertise environnementale.

Avant que le Conseil de l’Amazonie ne commence à commander les opérations en mai 2020, l’IBAMA a défini ses objectifs d’opérations environnementales en se basant sur l’analyse des données du système de surveillance par satellite « Deter » de l’INPE (Institut National pour la Recherche Spatiale). « Nous avions l’habitude de trouver les endroits les plus déboisés et nous leur donnions la priorité, en profilant toutes leurs caractéristiques et occurrences possibles. Maintenant, personne ne sait quelles sont les priorités », a déclaré l’agent anonyme de l’IBAMA.

Après avoir travaillé avec l’armée en Amazonie, l’agent de l’IBAMA a conclu que l’armée ne tient pas compte des points clés où la déforestation et les incendies majeurs ont lieu, et ne concentre pas son action sur ces points. « Je ne comprends pas pourquoi ils choisissent un endroit particulier plutôt que les zones les plus touchées, et pourquoi ils ne cessent de les modifier », a-t-il déclaré.

Lors d’une opération, par exemple, les dirigeants militaires de l’IBAMA basés à Brasília ont changé six fois d’avis sur l’objectif proposé pour une opération environnementale, hésitant sans cesse entre deux États amazoniens. Finalement, des inspections ont été menées dans deux municipalités. Entre les deux actions, l’équipe de sept inspecteurs de l’IBAMA a été retardée de trois jours dans un hôtel, tandis que 70 militaires ont installé une base de dernière minute, avec cuisine, lits et machine à laver, pour une opération de 15 jours.

« Toutes les informations spatiales [par satellite] sur la déforestation et les données du CAR [Cadastre Environnemental Rural] des propriétaires d’une zone donnée ont été gaspillées chaque fois qu’il y a eu un changement », a déclaré l’inspecteur de l’IBAMA.

 

Les pompiers de l’IBAMA ont marché 17 kilomètres en tirant un chariot d’équipements à travers le lit d’un lac asséché pour atteindre un site d’incendie du Pantanal. Bien qu’ils aient été héroïques dans leurs efforts de lutte contre les incendies, les critiques disent que le gouvernement n’a pris des mesures que trop tardivement.
© Reinaldo Nogales/Ecoa.

 

Bolsonaro donne l’exemple

Comme le président brésilien, qui a déclaré en septembre dernier lors d’une réunion virtuelle des Nations unies que les indigènes du Brésil étaient responsables de la propagation des incendies en Amazonie, le gouvernement du Mato Grosso do Sul a récemment accusé les riverains locaux d’être à l’origine des incendies du Pantanal. Lorsque Ecoa a rejeté cette accusation et a déclaré que le gouvernement de l’État n’avait pas agi de manière préventive contre la destruction, de nombreuses attaques contre l’ONG ont été menées sur des sites web et des réseaux sociaux.

« Fondamentalement, il y a un manque d’intérêt [de ces gouvernements] pour notre nature et notre peuple. Et quand la situation [environnementale] empire, ils essaient de montrer qu’ils sont concernés », a déclaré Faria.

« Le gouvernement fédéral devrait profiter de l’expertise et de l’expérience des agences environnementales en les mettant dans de bonnes conditions pour leur permettre d’appliquer ces connaissances à la lutte contre la destruction du biome. Et [le gouvernement] devrait se préparer pour 2021, au lieu de s’autoproclamer, en s’appropriant les quelques résultats [positifs] que nous avons obtenus lors des opérations de cette année, » a déclaré l’agent de l’IBAMA.

Dans un communiqué publié en septembre, le gouvernement a écrit : « L’opération Brésil Vert 2, [menée par] le ministère de la Défense, qui travaille à combattre et à supprimer les crimes environnementaux en Amazonie légale, a permis d’intensifier l’application d’amendes pour les crimes environnementaux dans la région. Ces derniers jours, le nombre d’amendes a augmenté de 15 %, pour atteindre 520 millions BRL [92,9 millions USD] encaissés. Ce montant dépasse les résultats obtenus dans le cadre de l’opération Brésil Vert 1 qui s’est tenue en 2019 ». Cependant, les amendes environnementales au Brésil sont rarement, voire jamais, perçues.

Selon la loi fédérale brésilienne, les seuls organismes qui peuvent infliger des amendes environnementales sont ceux liés au Sisnama (le Système National de l’Environnement du Brésil), notamment : l’IBAMA, l’ICMbio, ainsi que les secrétariats d’État à l’environnement et les administrations municipales qui font partie de ce système. L’armée n’est pas incluse dans cette désignation.

Contactée par Mongabay par e-mail et par téléphone, la Vice-présidence de la République n’a pas répondu à une demande d’interview.

 

par Jenny Gonzales

 


© Mongabay, le 09/11/2020, traduit de l’anglais par Marti AZONHOTODE Article original



Mis a jour le 2020-12-01 00:13:00

Haut de page

A la une

Privatisation du mot "planèt...
Les associations se mobilise...

Belo Monte
La justice brésilienne recon...

Jaguars
Plus que jamais menacés

Barrage de Belo Monte
Le combat continue

Terres indigènes au Brésil
Victoire pour les Tupi-Guara...

Incendies au Brésil
2020, année catastrophe

Orpaillage illégal
L'armée péruvienne à l'offen...

Déforestation
Des voies pour agir

Polémique au Brésil
Pour Bolsonaro les ONG sont ...

Drame au Brésil
Tué en protégeant un peuple ...

Nouvelle menace pour les ind...
Ces projets ferroviaires qui...

Retour sur deux catastrophes
Barrages miniers : le désast...

Covid-19 : Raoni hors de dan...
Les informations rassurantes

La Chine, meilleure alliée d...
Le géant asiatique prédateur...

L'Europe complice de Bolsona...
Une tribune pour que cela ce...

Covid-19 : protégeons les ga...
Opération 2 : l'Alliance des...

Risque de génocide au Brésil...
Les indigènes abandonnés au ...

CANAL PLUS attaque Planète A...
La "Planète" appartient-elle...

Interview de Valérie Cabanes...
Planète Amazone demande un d...

Attention aux fake news à pr...
Notre rapport à la différenc...

Coronavirus : inquiétude che...
Le cacique Raoni appelle à l...

Les biocarburants contribuen...
Le rapport accablant des ONG...

Le S.O.S.  du peuple Yanomam...
Bolsonaro soutien une nouvel...

BNP Paribas cible de chefs i...
pour son rôle dans la destru...

Les fausses promesses de l’h...
Déclaration conjointe d’orga...

TERRA LIBRE
Regardez toutes les vidéos d...

L'ALLIANCE DES GARDIENS DE M...
Un mouvement mondial pour la...

Connaître Planète Amazone
Lire notre historique

Soutenez Planète Amazone
Faites un don mensuel ou pon...

Actus

Agenda

[Projections - Terra Libre]
02 novembre 2020 - 06 novembre 2020
TERRA LIBRE : avant-premières Grand Est
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
11 octobre 2020 - 15 octobre 2020
TERRA LIBRE : avant-premières ALPES
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
08 février 2020
Avant-première de 'Terra Libre' en Bretagne !
Lire la suite

[Festivals / conférences / colloques]
27 octobre 2019
DROITS DE LA TERRE : LE TEMPS DE L'ACTION - Un après-midi avec l'Alliance des G...
Lire la suite

[Festivals / conférences / colloques]
23 octobre 2019 - 24 octobre 2019
URGENCE PLANÉTAIRE CLIMAT / BIODIVERSITÉ : rebâtir avec les peuples autochtones pour sortir de l’impas...
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
16 octobre 2019
PROJECTION DE ‘TERRA LIBRE’, SUIVIE D’UN DÉBAT à l’occasion du Synode pour l’Amazonie au ...
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

1 December 2020
#Rivers4Recovery : un appel mondial à protéger les rivières

14 October 2020
TERRA LIBRE, débat avec Gert-Peter Bruch au Ciné Actuel, Annemasse

30 September 2020
Le cacique Raoni et Planète Amazone présentent l'Alliance des Gardiens de Mère Nature à Humanis

29 September 2020
Le cacique Raoni lance l'Alliance des Gardiens de Mère Nature à la COP21

28 September 2020
Planète Amazone et Sea Shepherd associés pour la campagne #IamGuaraniKaiowa

27 September 2020
Présentation du film Terra Libre au collège Sonia Delaunay avec la cacique Tanoné

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre