Qui protège les défenseuses et défenseurs indigènes?


Le système de corruption qui promeut l’existence de ces activités illégales a une incidence directe sur la précarisation des droits collectifs des peuples indigènes et installe une situation de risque permanent pour les membres de ces communautés.


par Bruce Barnaby Rubio*

 

Idehpucp, le 28 octobre 2020. 

Le 6 octobre, dans le cadre de la 176è période de sessions de la Commission Interaméricaine des Droits Humains (CIDH), une audience thématique a été mise en place sur la situation des défenseurs indigènes de l’Amazonie péruvienne.

Les dirigeantes et les dirigeants des communautés de l’Alto Tamaya Saweto, Unipacuyacu, Santa Clara de Uchunya et Nuevo Amanecer Hawaii  conjointement avec les dirigeants des fédérations indigènes de la région Ucayali, l’Institut de Défense Légale et Proéthique, ont expliqué le contexte dans lequel les dirigeants indigènes comme Gonzalo Pio, Arbildo Melendez, Edwin Chota, et de nombreux autres, ont été tués.

En outre, ils ont mis en évidence que les personnes comme elles vivent constamment sous la menace de la part de ceux qui sont impliqués dans des activités illégales.

Ces faits délétères se déroulent dans le cadre du conflit qui oppose les communautés indigènes de l’Amazonie, qui cherchent à protéger leur territoire et ses ressources pour survivre, et les criminels et tueurs à gage qui envahissent la région.  Cependant, c’est une situation qui est du ressort de l’Etat, absent dans beaucoup de ces territoires, et de ses responsabilités essentielles.

D’un côté en effet, une fois les faits constatés, il est évident qu’il manque des moyens efficaces qui permettent l’enquête, la sanction et la réparation des délits commis, en faveur des victimes et de leurs proches. Jusqu’à ce jour, les personnes qui ont commis de tels délits n’ont pas été sanctionnés. Selon un reportage de Cuarto Poder*, un groupe d’individus accusés d’avoir assassiné un défenseur environnemental dans la région de Madre de Dios a notamment été laissé en liberté. 

D’un autre côté, il n’existe pas de moyens de protection adaptés et rapides qui protègent les dirigeantes et dirigeants indigènes avant que ces événements ne se produisent. Dans de nombreuses situations, les crimes contre les défenseuses et défenseurs de l’environnement ne sont pas perpétrés de manière intempestive, mais sont le résultat de menaces continuelles. Il est impératif de prendre les moyens nécessaires qui garantissent une protection réelle de ces personnes. 

 

« Une entreprise qui consomme des produits obtenus de manière illégale pourrait détenir un certain niveau de responsabilité dans la précarisation des droits des défenseurs de l’environnement. »

 

Ainsi, le système de corruption qui promeut l’existence de ces activités illégales a une incidence directe sur la précarisation des droits collectifs des peuples indigènes et installe une situation de risque permanent pour les membres de ces communautés. Ceci implique, dans de nombreux cas, la possession illégale de terrains individuels de la part d’entrepreneurs corrompus, au détriment des territoires des communautés indigènes. 

Face à ce problème, l’Etat a adopté le Protocole visant à la garantie de la protection des défenseurs des droits humains, lequel rassemble une série de recommandations facilitant la création de registres de dénonciation, ou qui mettent en place des mécanismes de coordination entre les entités de l’Etat pour s’occuper de la protection de ce groupe, entre autres. 

Toutefois, ces dispositions sont loin de générer des mécanismes de protection opérationnels, concrets et immédiats, nécessaires dans cette situation de vulnérabilité actuelle.

Il y a également deux autres points qui méritent d’être commentés. D’un côté, le processus d’élaboration du Plan national d’action «Entreprises et droits de l’homme »  que met en oeuvre l’Exécutif a inclus la situation des défenseurs des droits humains comme une des thématiques à traiter. 

Ceci est fondamental, étant donné que, dans le cadre de la diligence due par les entreprises, celles-ci doivent fiscaliser leurs chaînes de production et garantir qu’elles remplissent les conditions des normes environnementales et des droits humains. A cet égard, une entreprise qui consomme des produits obtenus de manière illégale pourrait détenir un certain niveau de responsabilité dans la précarisation des droits des défenseurs de l’environnement. 

Un second point concerne le classement sans suite de l’Accord d’Escazú effectué par la commission des affaires étrangères du Congrès de la République du Pérou. Il est important de souligner que cet Accord est le premier qui reconnaît et génère des obligations générales pour les États qui le ratifient en matière de protection des défenseurs environnementaux.

Le refus du Congrès amène à se demander si les partis politiques ici représentés ont la volonté délibérée de ne pas protéger un groupe socialement fragile, ou s’il s’agit d’une décision adoptée sans connaissances suffisantes pour apprécier réellement ce qui est en jeu.

 


 * Bruce Barnaby Rubio est titulaire d’une maîtrise en politiques publiques de la Hertie School of Governance, en Allemagne, et d’une licence en droit de la Pontificia Universidad Católica, au Pérou. Il est spécialiste des projets de politiques publiques, de leur mise en oeuvre et et de leur suivi, particulièrement en termes de droits humains et d’interculturalité. Il a auparavant travaillé au sein du Bureau du Médiateur (Defensoria del Pueblo), de l’agence allemande de coopération internationale pour le développement (GIZ), du Ministère de la Culture et du Congrès de la République.

 

Source : Institut des droits de l’homme de la Pontificia Universidad Católica (Idehpucp), Pérou

 


© Servindi, le 28 octobre 2020, traduit de l’espagnol par Sandrine Garrigos – Article original



Mis a jour le 2020-12-15 15:50:59

Haut de page

A la une

Territoires indigènes en dan...
UN LIVE MONDIAL AU SECOURS D...

LIVE LE 18/02 à 20h
Mobilisation mondiale pour l...

Privatisation du mot "planèt...
Les associations se mobilise...

Belo Monte
La justice brésilienne recon...

Jaguars
Plus que jamais menacés

Barrage de Belo Monte
Le combat continue

Terres indigènes au Brésil
Victoire pour les Tupi-Guara...

Incendies au Brésil
2020, année catastrophe

Orpaillage illégal
L'armée péruvienne à l'offen...

Déforestation
Des voies pour agir

Polémique au Brésil
Pour Bolsonaro les ONG sont ...

Drame au Brésil
Tué en protégeant un peuple ...

Nouvelle menace pour les ind...
Ces projets ferroviaires qui...

Retour sur deux catastrophes
Barrages miniers : le désast...

Covid-19 : Raoni hors de dan...
Les informations rassurantes

La Chine, meilleure alliée d...
Le géant asiatique prédateur...

L'Europe complice de Bolsona...
Une tribune pour que cela ce...

Covid-19 : protégeons les ga...
Opération 2 : l'Alliance des...

Risque de génocide au Brésil...
Les indigènes abandonnés au ...

CANAL PLUS attaque Planète A...
La "Planète" appartient-elle...

Interview de Valérie Cabanes...
Planète Amazone demande un d...

Attention aux fake news à pr...
Notre rapport à la différenc...

Coronavirus : inquiétude che...
Le cacique Raoni appelle à l...

Les biocarburants contribuen...
Le rapport accablant des ONG...

Le S.O.S.  du peuple Yanomam...
Bolsonaro soutien une nouvel...

BNP Paribas cible de chefs i...
pour son rôle dans la destru...

Les fausses promesses de l’h...
Déclaration conjointe d’orga...

TERRA LIBRE
Regardez toutes les vidéos d...

L'ALLIANCE DES GARDIENS DE M...
Un mouvement mondial pour la...

Connaître Planète Amazone
Lire notre historique

Soutenez Planète Amazone
Faites un don mensuel ou pon...

Actus

Agenda

[Evénements publics]
18 février 2021
LIVE MONDIAL "PROTÉGEONS L’AMAZONIE”: RAONI, GOODALL, WATSON, HULOT ET BIEN D’AUTRES
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
02 novembre 2020 - 06 novembre 2020
TERRA LIBRE : avant-premières Grand Est
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
11 octobre 2020 - 15 octobre 2020
TERRA LIBRE : avant-premières ALPES
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
08 février 2020
Avant-première de 'Terra Libre' en Bretagne !
Lire la suite

[Festivals / conférences / colloques]
27 octobre 2019
DROITS DE LA TERRE : LE TEMPS DE L'ACTION - Un après-midi avec l'Alliance des G...
Lire la suite

[Festivals / conférences / colloques]
23 octobre 2019 - 24 octobre 2019
URGENCE PLANÉTAIRE CLIMAT / BIODIVERSITÉ : rebâtir avec les peuples autochtones pour sortir de l’impas...
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

17 February 2021
Protégeons l'Amazonie : Valdelice VERON, le cri du peuple Guarani-Kaïowa

15 February 2021
NICOLAS HULOT : Depuis la COP21, quels progrès pour les revendications des peuples indigènes ?

15 February 2021
“Il est important de reconnaître la Terre Mère comme sujet de droit” - Cacique NINAWA (Brésil)

3 February 2021
LIVE MONDIAL LE 18.02 : "PROTÉGEONS L’AMAZONIE MAINTENANT !" AVEC RAONI, WATSON, GOODALL...

1 December 2020
#Rivers4Recovery : un appel mondial à protéger les rivières

14 October 2020
TERRA LIBRE, débat avec Gert-Peter Bruch au Ciné Actuel, Annemasse

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre