Femme et mapuche : Elisa Loncón présidera la rédaction de la nouvelle Constitution du Chili


Planète Amazone se réjouit de la nouvelle ! Le dimanche 4 juillet est désormais un jour historique pour le Chili. Elisa Loncón, femme du peuple Mapuche, a été désignée par l’Assemblée constituante pour présider l’écriture de la nouvelle Constitution chilienne. Si le Chili est l’un des rares pays d’Amérique latine à ne pas reconnaître les peuples indigènes, c’est aujourd’hui une page qui se tourne, laissant place à une nouvelle ère pour le pays. La nouvelle Constitution mettra fin à celle entrée en vigueur en 1980, héritière de la dictature d’Augusto Pinochet (1973 – 1990). Cette élection hautement symbolique présage de beaux jours pour le Chili et les peuples originels. 

Elisa Loncón, professeure et activiste Mapuche a été élue présidente de l’Assemblée chargée de rédiger la nouvelle Grande Charte du Chili.


Image : Reuters / Ivan Alvarado

 

La première session de l’Assemblée constituante a mis en évidence le caractère progressiste de ses membres, qui se sont joints aux manifestants pour protester contre l’intervention policière qui se produisait aux abords de l’ancien siège du Congrès du Chili. La session a été interrompue pendant une heure, mais finalement c’est Elisa Loncón qui a été choisie, au deuxième tour, en tant que présidente de l’Assemblée qui doit rédiger la nouvelle Grande Charte du Chili.

 

Les changements se poursuivent au Chili. Les peuples autochtones qui encore ce dimanche n’apparaissaient pas dans la Constitution, auront désormais une femme mapuche comme présidente de l’organe qui créera la nouvelle loi fondamentale.

 

Ce dimanche, durant l’inauguration de l’Assemblée constituante, Elisa Loncón, docteure en linguistique et professeure à l’Université de Santiago, a été élue présidente après deux votes. C’est à l’occasion du deuxième tour qu’elle a pu dépasser la majorité simple, avec 96 votes.

 

Au cours d’un discours émouvant, Loncón a parlé de refonder le Chili et d’établir un nouvel État plurinational, où les femmes doivent aussi jouer un rôle central : « Nous avons toujours été les laissées pour compte de l’histoire, aujourd’hui nous renaissons. Merci aux femmes de tous les peuples », écrit-elle sur Twitter.

 

 

Parmi ses fonctions de présidente, Loncón se chargera de définir l’ordre des débats, de programmer les discussions et de répartir le travail. Elle devra aussi réussir à articuler un dialogue au sein d’une assemblée qui se caractérise par sa diversité politique.

 

 

Une première session qui a débuté avec du retard et des incidents

 

Le Chili a vécu une journée historique, au cours de laquelle les constituants, peuples indigènes et manifestants ont revendiqué au cours de marches pacifiques dans les rues, la première étape vers la rédaction de la nouvelle Grande Charte.

 

Cependant, aux abords du bâtiment de l’ancien Congrès chilien, où les constituants prenaient possession de leurs fonctions, des affrontements ont eu lieu entre les manifestants et la police.

 

Les manifestations et l’intervention policière qui s’en est suivie ont provoqué la suspension de la session d’inauguration de l’Assemblée constituante. © Martin Bernetti / AFP

 

Cet événement a été accueilli par une grande partie des constituants au cri de « Plus de répression ! », alors que d’autres abandonnaient la session. Une interruption qui s’est prolongée durant une heure.

 

Certains élus, comme Vale Miranda, qui à 20 ans est la plus jeune déléguée, ont protesté contre l’intervention de la police qu’ils ont tenté de freiner lors de l’interruption de la session.

 

« Avec d’autres constituants, nous avons décidé de bloquer les voitures des Carabiniers qui venaient réprimer nos peuples sur la Plaza de Armas. Maintenant ils sont en train de nous frapper et ils viennent de m’ouvrir la lèvre ! Que le monde entier sache qu’il n’y a pas de démocratie au Chili ! »

 

Une constitution pionnière dans le monde

 

Malgré l’interruption, rien n’a pu éviter l’investiture d’Elisa Loncón en tant que présidente de l’Assemblée constituante. Ce sera la première Constitution au monde rédigée par un organe paritaire et la première de l’histoire du Chili qui inclura les indigènes, groupe qui représente 12,8 % de la population.

 

La nouvelle Grande Charte remplacera celle en vigueur depuis 1980, héritière de la dictature d’Augusto Pinochet (1973-1990).

 

C’est précisément contre cet ordre que s’est produite l’explosion sociale d’octobre 2019, au cours de laquelle eurent lieu des manifestations pour un modèle socio-économique plus juste et qui ont fait plus de 30 morts et des milliers de blessés et de détenus.

 

C’est sous la forme d’une proposition de nouvelle Constitution que le Gouvernement de Sebastián Piñera a tenté d’apaiser les manifestations. Cette forme de Constitution a été approuvée par référendum en octobre 2020 par plus de 80 % des Chiliens, qui ensuite, en mai de cette année, ont voté pour élire les délégués chargés de la rédiger.

 

Les membres de l’Assemblée constituante réunis lors de la première session pour rédiger une nouvelle Constitution. © Ivan Alvarado / Reuters

 

L’Assemblée constituante est composée de 77 femmes et 78 hommes ; de ces 155 délégués, 48 sont indépendants, 37 de la coalition des droites et proches du gouvernement de Piñera, 17 appartiennent aux peuples indigènes et le reste à la gauche et au centre gauche.

 

Après l’élection d’Elisa Loncón, les constituants auront 9 mois qui pourront être prorogés jusqu’à un an pour rédiger la nouvelle Constitution historique du Chili.

 

Parmi les thèmes qui seront abordés, on trouve l’eau, le droit à la propriété, l’indépendance de la banque centrale, mais aussi le droit du travail.

 

Des thèmes qui recoupent la plurinationalité que revendiquent les indigènes aymaras et mapuches, qui avant la cérémonie ont réalisé des chants et des danses spirituelles dans les rues avoisinantes de l’ancien siège du Congrès chilien.

 

Avec EFE et Reuters

 


©France24.com, le 05/07/2021, traduit de l’espagnol par Georges POYARD, Article original par Lluís Muñoz Pandiella



Mis a jour le 2021-11-19 10:57:55

Haut de page

A la une

Actus

Agenda

[Agenda]
23 novembre 2021
Projection Terra Libre à Saint-Pierre-d'Oléron
Lire la suite

[Agenda]
22 novembre 2021
Projection Terra Libre à Marennes
Lire la suite

[Evénements publics]
18 novembre 2021
Projection/débat : Rendez-vous au cinéma l'Épée de bois à Paris
Lire la suite

[Evénements publics]
11 novembre 2021
Bruxelles : Mobilisation pour faire face à l'Accord UE-Mercosur
Lire la suite

[Evénements publics]
09 novembre 2021
ASSEMBLÉE DU MOUVEMENT INDIGÈNE
Lire la suite

[Evénements publics]
08 novembre 2021
Table ronde : « La protection de la planète : Garde sacrée et la loi d’écocide...
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

9 November 2021
COP26 : Le Cacique Ninawa et Mindahi Bastida dénoncent les fausses solutions de nos dirigeants

9 November 2021
COP26 : Mindahi Bastida appelle à l’action, maintenant !

9 November 2021
Ouverture de la COP26 : l'hommage de Tom Goldtooth à un chef défunt.

22 August 2021
[RT France] l'accaparement du mot «planète» par le groupe Canal+

17 June 2021
Brésil : Valdelice Veron dénonce le projet de loi PL 490/2007 menaçant les terres indigènes

5 April 2021
PETIÇÃO: JUVENTUDE CONVOCA A EUROPA PARA MOBILIZAR PELA AMAZÔNIA

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre