Brésil : la justice reconnaît l’ethnocide causé aux indigènes par la centrale hydroélectrique de Belo Monte et ordonne des changements


Nous n’avons malheureusement pas fini d’entendre parler des dégâts causés par la centrale hydroélectrique et le barrage de Belo Monte au Brésil. Cela fait des années que Planète Amazone se bat contre ce type de projets de barrages qui ne prennent pas en compte les paramètres humains et environnementaux et finissent par avoir des conséquences irréparables ! Le Cacique Raoni s’oppose depuis le début au projet de Belo Monte, en vain, car aujourd’hui la justice brésilienne reconnaît qu’il a effectivement causé un ethnocide…  Reste à voir à présent comment la justice va obliger les coupables à prendre leurs responsabilités.

Selon la décision, il y a eu des changements drastiques « dans les traits culturels, le mode de vie et l’utilisation des terres par les peuples indigènes ».


La justice reconnaît que les travaux de Belo Monte ont occasionné d’importants dégâts sur la culture indigène
Photo : Roberto Stuckert

La Cour fédérale d’Altamira, dans l’État du Pará, a reconnu que la centrale de Belo Monte avait causé des perturbations considérables  « dans les traits culturels, le mode de vie et l’utilisation des terres par les peuples indigènes, provoquant une instabilité significative dans les relations intra- et interethniques ».

L’action, initiée en 2015 par le ministère public fédéral, indique que Norte Energia, l’entreprise responsable du projet de centrale hydroélectrique, a provoqué un ethnocide chez les peuples indigènes de la Volta Grande do Xingu dû aux travaux du complexe hydroélectrique.

Sur la base de ces constats, la décision, encore provisoire, ordonne des changements concernant la mise en œuvre du Plan environnemental de base des indigènes de Belo Monte. En outre, elle exige que l’Union et la Fondation nationale de l’indien (FUNAI) présentent dans les 90 jours un calendrier pour l’achèvement des processus de régularisation foncière des terres indigènes Paquiçamba, du peuple Juruna Yudjá, et Cachoeira Seca, du peuple Arara.

L’injonction détermine également que Norte Energia devienne responsable de la mise en œuvre du Programme du Moyen Xingu et mette en place un Conseil délibératif, un Comité indigène et un Plan de gestion, avec la présence de représentants des neuf peuples indigènes concernés et de la FUNAI.

Par ailleurs, une Commission externe de suivi et d’évaluation sera créée, composée du ministère public fédéral (MPF), de représentants de la Coordination des organisations indigènes de l’Amazonie brésilienne (COIAB) et d’organisations non-indigènes de la société civile travaillant dans la région du Moyen Xingu.

La décision cite une série de préjudices, dont la fragmentation des peuples indigènes dans de nombreux villages, afin d’obtenir la somme d’un peu plus de 4 500 euros (30 000 R$) par mois à verser par village, la précarité sanitaire, alimentaire et sociale, l’augmentation de la consommation de boissons alcoolisées et de drogues illicites et l’augmentation des produits industrialisés.

Pour le chef Mobu Odo, du peuple Arara de la Terre indigène (TI) Cachoeira Seca do Iriri, les dégâts causés par la centrale à la culture des peuples indigènes de la région sont irréparables. « Cela a beaucoup interféré avec notre culture. De nombreux jeunes du village ne veulent plus respecter notre culture. La culture de l’homme blanc est devenue très forte à l’arrivée de ces entreprises », dit-il.

Selon lui, depuis l’invasion blanche, les jeunes Arara ont remplacé les divertissements traditionnels, tels que les peintures corporelles, les danses et les fêtes traditionnelles, par le forró et des boissons alcoolisées en excès : « La culture, les gens ne la respectent plus, ils ne veulent plus s’amuser comme des Indiens, se peindre, notre culture normale. Ils ne veulent plus de cela pour eux ».

Le chef dit que les invasions, principalement de bûcherons, ont augmenté de façon étonnante depuis le début des travaux. « Je ne pense pas que cela reviendra un jour à la normale. La tendance n’est ici qu’à la hausse. Augmenter l’exploitation forestière, augmenter ces mauvaises choses. Nous sommes très préoccupés par la présence de mauvaises choses dans notre culture, dans nos coutumes. C’est trop de “blanc” qui entre ».

Rafaela Xipaia, de la communauté Tukamá, affirme que la centrale a changé la façon dont les indigènes qui vivent près de la cascade de Jericoá se nourrissent. Elle rapporte que la sécheresse du fleuve Xingu a modifié le régime alimentaire traditionnel des habitants, qui était basé sur les ressources naturelles telles que le poisson et les fruits.

Avec des animaux maigres, morts ou inexistants, l’alternative est d’aller au marché, loin de la communauté. « Pour l’instant, nous achetons de la petite friture. Nous achetons de la viande, du poulet. À la fin du mois, quand vous faites les comptes, vous y laissez vos 200 réaux », dit-elle.

Pour Rafaela, la centrale a également divisé les populations indigènes, créant des conflits entre les peuples en quête de terres et de nourriture. « Belo Monte a réussi à diviser les peuples, à diviser les familles. Avant, nous étions tous ensemble. Aujourd’hui, il y a des indigènes riverains, des indigènes pêcheurs, des indigènes hors du territoire. Alors que ce peuple n’est qu’un seul peuple, un peuple indigène ».

Résidant à proximité d’un barrage hydroélectrique, elle dit craindre que les dégâts soient encore plus importants.

« Rien de ce qu’elle donne ne compensera ce qu’elle a détruit. Je ne parle pas seulement de la vie humaine, mais aussi de l’environnement. Elle a mis fin à l’environnement, elle a mis fin aux poissons, elle a mis fin à nos vies. Elle a mis fin à notre paix. Je ne sais pas si je vais dormir et me réveiller vivante ou si je vais pouvoir poser la tête sur mon oreiller et me relever. Nous sommes sous un barrage. »

 


© Brasil de Fato, Erick Gimenes, édition Rogério Jordão, le 18/11/2020, traduit du portugais par Margarida ATAIDE – Article original



Mis a jour le 2021-11-19 10:57:55

Haut de page

A la une

Actus

Agenda

[Agenda]
23 novembre 2021
Projection Terra Libre à Saint-Pierre-d'Oléron
Lire la suite

[Agenda]
22 novembre 2021
Projection Terra Libre à Marennes
Lire la suite

[Evénements publics]
18 novembre 2021
Projection/débat : Rendez-vous au cinéma l'Épée de bois à Paris
Lire la suite

[Evénements publics]
11 novembre 2021
Bruxelles : Mobilisation pour faire face à l'Accord UE-Mercosur
Lire la suite

[Evénements publics]
09 novembre 2021
ASSEMBLÉE DU MOUVEMENT INDIGÈNE
Lire la suite

[Evénements publics]
08 novembre 2021
Table ronde : « La protection de la planète : Garde sacrée et la loi d’écocide...
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

9 November 2021
COP26 : Le Cacique Ninawa et Mindahi Bastida dénoncent les fausses solutions de nos dirigeants

9 November 2021
COP26 : Mindahi Bastida appelle à l’action, maintenant !

9 November 2021
Ouverture de la COP26 : l'hommage de Tom Goldtooth à un chef défunt.

22 August 2021
[RT France] l'accaparement du mot «planète» par le groupe Canal+

17 June 2021
Brésil : Valdelice Veron dénonce le projet de loi PL 490/2007 menaçant les terres indigènes

5 April 2021
PETIÇÃO: JUVENTUDE CONVOCA A EUROPA PARA MOBILIZAR PELA AMAZÔNIA

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre