Brésil : au milieu d’une sécheresse historique, le barrage hydroélectrique de Belo Monte détourne le fleuve Xingu au détriment des poissons et des pêcheurs


Au Brésil de Jair Bolsonaro, les intérêts économiques passent avant les intérêts écologiques et humains, c’est un fait. C’est ainsi qu’à cause d’un barrage hydroélectrique, des peuples entiers n’ont plus accès à leurs activités de pêcheurs, que leur alimentation se transforme, que les animaux meurent, et que la biodiversité s’appauvrit. Le barrage dont nous parlons ici, c’est celui de Belo Monte et malheureusement nous le connaissons bien. De nombreuses associations se sont battues aux côtés du Cacique Raoni pendant des années contre ce projet. Il a été déclaré anticonstitutionnel au regard des droits des indigènes en 2010, décision annulée le jour-même… Lors de la COP21 en 2015, le Cacique Raoni avait alors réussi à obtenir une décision du Tribunal international des droits de la nature reconnaissant le Brésil coupable d’écocide. Mais le barrage est bel et bien là et les bords du fleuve Xingu souffrent, et en meurent.

La rétention d’un grand volume d’eau par le barrage a causé la mort d’animaux et la misère des communautés riveraines.


Les communautés exigent la suspension immédiate de la licence du barrage hydroélectrique de Belo Monte
© Xingu vivant pour toujours/Reproduction

Le barrage hydroélectrique de Belo Monte a asséché le fleuve Xingu pour les pêcheurs, les riverains, les peuples indigènes et les agriculteurs qui survivent dans la région appelée Volta Grande do Rio Xingu, dans les municipalités d’Altamira, Senador José Porfírio, Brasil Novo, Anapu et Vitória do Xingu, au Pará.

Depuis l’exploitation de la centrale hydroélectrique, les eaux du fleuve ont été détournées et endiguées pour alimenter les turbines énergétiques, ce qui, selon les communautés riveraines, a modifié radicalement le débit d’une extension d’au moins 100 kilomètres. Quelque 1 000 familles y vivent, réparties dans 23 communautés.

La société Norte Energia S.A. est responsable de l’opération ; celle-ci a proposé un « hydrogramme de consensus » qui réduit le volume normal du fleuve dans la région jusqu’à 80 %, toujours selon les populations locales. Bien qu’elle soit en cours, la proposition a été désapprouvée par au moins huit universités brésiliennes, le Ministère public fédéral, l’Ibama (Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables) et la Funai (Fondation nationale de l’indien).

Selon des études, il est nécessaire que la centrale hydroélectrique libère au moins 15 000 mètres cubes d’eau par seconde (m³/s) pour maintenir les animaux en vie et qu’ils se reproduisent dans le fleuve. En octobre, cependant, le volume libéré était de 800 m³/s.

Pour ne rien arranger, la région connaît l’une des plus graves sécheresses des 50 dernières années. Le résultat est évident : les igarapés (gros ruisseaux brésiliens) se sont desséchés, les prés sont pâles, les animaux meurent par centaines, les familles qui vivent de la vie générée par le fleuve s’appauvrissent.

« Je vis ici depuis 64 ans et je n’ai jamais vu une sécheresse pareille, avec les poissons qui meurent. Dans cette zone à débit réduit, il n’y a plus de poissons. C’est une situation d’extrême pauvreté, d’appauvrissement extrême causé par Belo Monte. Les gens n’ont plus de sécurité alimentaire », déplore Antonia Melo, fondatrice du Mouvement Xingu vivant pour toujours (MXVPS : Movimento Xingu Para Sempre), une organisation qui travaille à la protection des communautés de la région depuis 2008.

Selon les riverains, le faible niveau des eaux a empêché l’apparition de la piracema (période de reproduction des poissons) au cours des deux dernières années, ce qui a provoqué un « dépeuplement vertigineux » des espèces et par conséquent une crise de la sécurité alimentaire pour la population environnante.

La vie disparaît donc dans le fleuve Xingu et sur ses rives. « Les pêcheurs qui étaient là, qui ont bâti leur maison en dur, qui ont construit un petit commerce ou qui ont eu leur carriole – parce qu’à cette période il faut porter les provisions au bord du fleuve – se sont débarrassés de tous leurs biens. Tout ce qu’ils ont gagné en 30 ans grâce à la pêche s’est effondré », explique Ana Barbosa, éducatrice sociale au MXVPS.

Selon elle, la société Norte Energia a utilisé la pandémie de COVID-19 comme excuse pour ne pas perturber le plan d’écoulement : « Ils [la société] se cachent derrière la pandémie. ‘Ah, on ne peut pas faire ceci, on ne peut pas faire cela’. Le peuple mourra de la pandémie et de la sécheresse. Ils choisissent juste le type de mort. Donc s’il faut mourir soit à cause de la pandémie, soit à cause de la sécheresse, le peuple mourra en criant ».

 

Des manifestants ferment l’autoroute transamazonienne pour demander de l’eau dans le Xingu
© Xingu vivant pour toujours/Reproduction

L’un de ces cris est lancé depuis lundi (9 novembre), date à laquelle environ 150 habitants ont décidé d’occuper le kilomètre 57 de la BR-230, l’autoroute transamazonienne. Ils demandent à l’Ibama de suspendre la licence d’exploitation de Belo Monte jusqu’à ce que la société Norte Energia garantisse un débit minimum de 16 000 m³/s sur le tronçon de rivière. Il n’y a pas de prévisions pour la fin de la manifestation.

Le site internet d’informations Brasil de Fato a demandé des explications à la société Norte Energia, mais jusqu’à la publication de cet article, il n’a pas reçu de réponse. Il a également contacté l’Ibama pour savoir si la demande de suspension de la licence émanant des manifestants sera satisfaite. Aucune réponse pour l’instant.

 


© Édition Rogério Jordão, Brasil de Fato, par Erick Gimenes, le 12/11/2020, traduit du portugais par Margarida ATAIDE –  Article original



Mis a jour le 2020-12-01 00:13:00

Haut de page

A la une

Privatisation du mot "planèt...
Les associations se mobilise...

Belo Monte
La justice brésilienne recon...

Jaguars
Plus que jamais menacés

Barrage de Belo Monte
Le combat continue

Terres indigènes au Brésil
Victoire pour les Tupi-Guara...

Incendies au Brésil
2020, année catastrophe

Orpaillage illégal
L'armée péruvienne à l'offen...

Déforestation
Des voies pour agir

Polémique au Brésil
Pour Bolsonaro les ONG sont ...

Drame au Brésil
Tué en protégeant un peuple ...

Nouvelle menace pour les ind...
Ces projets ferroviaires qui...

Retour sur deux catastrophes
Barrages miniers : le désast...

Covid-19 : Raoni hors de dan...
Les informations rassurantes

La Chine, meilleure alliée d...
Le géant asiatique prédateur...

L'Europe complice de Bolsona...
Une tribune pour que cela ce...

Covid-19 : protégeons les ga...
Opération 2 : l'Alliance des...

Risque de génocide au Brésil...
Les indigènes abandonnés au ...

CANAL PLUS attaque Planète A...
La "Planète" appartient-elle...

Interview de Valérie Cabanes...
Planète Amazone demande un d...

Attention aux fake news à pr...
Notre rapport à la différenc...

Coronavirus : inquiétude che...
Le cacique Raoni appelle à l...

Les biocarburants contribuen...
Le rapport accablant des ONG...

Le S.O.S.  du peuple Yanomam...
Bolsonaro soutien une nouvel...

BNP Paribas cible de chefs i...
pour son rôle dans la destru...

Les fausses promesses de l’h...
Déclaration conjointe d’orga...

TERRA LIBRE
Regardez toutes les vidéos d...

L'ALLIANCE DES GARDIENS DE M...
Un mouvement mondial pour la...

Connaître Planète Amazone
Lire notre historique

Soutenez Planète Amazone
Faites un don mensuel ou pon...

Actus

Agenda

[Projections - Terra Libre]
02 novembre 2020 - 06 novembre 2020
TERRA LIBRE : avant-premières Grand Est
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
11 octobre 2020 - 15 octobre 2020
TERRA LIBRE : avant-premières ALPES
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
08 février 2020
Avant-première de 'Terra Libre' en Bretagne !
Lire la suite

[Festivals / conférences / colloques]
27 octobre 2019
DROITS DE LA TERRE : LE TEMPS DE L'ACTION - Un après-midi avec l'Alliance des G...
Lire la suite

[Festivals / conférences / colloques]
23 octobre 2019 - 24 octobre 2019
URGENCE PLANÉTAIRE CLIMAT / BIODIVERSITÉ : rebâtir avec les peuples autochtones pour sortir de l’impas...
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
16 octobre 2019
PROJECTION DE ‘TERRA LIBRE’, SUIVIE D’UN DÉBAT à l’occasion du Synode pour l’Amazonie au ...
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

1 December 2020
#Rivers4Recovery : un appel mondial à protéger les rivières

14 October 2020
TERRA LIBRE, débat avec Gert-Peter Bruch au Ciné Actuel, Annemasse

30 September 2020
Le cacique Raoni et Planète Amazone présentent l'Alliance des Gardiens de Mère Nature à Humanis

29 September 2020
Le cacique Raoni lance l'Alliance des Gardiens de Mère Nature à la COP21

28 September 2020
Planète Amazone et Sea Shepherd associés pour la campagne #IamGuaraniKaiowa

27 September 2020
Présentation du film Terra Libre au collège Sonia Delaunay avec la cacique Tanoné

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre