1988-2018 : 30 ANS DE (DÉ)CONSTITUTION AU BRÉSIL, PAYS AU BORD DU GOUFFRE


Le trentième anniversaire de l’actuelle Constitution brésilienne, adoptée le 5 octobre 1988, est marqué par une dégradation sans précédent du climat politique et un risque de retour à la dictature militaire, alors que la déforestation repart à la hausse.


La leader indigène Sonia Guajajara en lisse pour la vice-présidence du Brésil

Ce vendredi 5 octobre le Brésil fête les 30 ans de sa Constitution Fédérale, communément appelée « A Carta Magna ». En 1988, l’Assemblée Nationale Constitutive définit le rôle des pouvoirs publics, les devoirs de ses citoyens ainsi que les principes de dignité de l’être humain, d’égalité entre tous les brésiliens sans distinction de quelconque nature et de préjugés d’origine. S’ajoute à ceux-là, le droit d’expression, la liberté religieuse et celle de se déplacer au sein du territoire. Un texte innovateur puisqu’il donne la possibilité aux groupes du peuple d’apporter une « contribution participative » lors des changements du texte. Symbole d’un présent et futur nouveau, la Constitution a mis en place et proclamé une nouvelle démocratie qui a mis fin à une dictature et à la censure, mais 30 ans plus tard, les inégalités d’autrefois peinent à disparaître.

Plusieurs changements dans le texte – 90 amendements et 116 articles sans réglementations en 30 ans selon em.com.br – apportés depuis 1988 ont notamment conduit à la crise constitutionnelle d’aujourd’hui. Un appauvrissement et un irrespect des libertés et droits de l’Homme crées par la Constitution. Le Brésil d’après Lula da Silva et Dilma Rousseff (2004 – 2016) se retrouve au cœur d’une crise qu’on appelle de « déconstitution » et les prochaines élections présidentielles, qui annoncent un premier tour remporté haut la main par le fasciste Jiar Bolsonaro, ne sont pas prêtes d’améliorer la situation du pays, encore mois celle des peuples indigènes.

Même si le texte a représenté une avancée pour la reconnaissance des peuples indigènes en tant que citoyens intégrés à la société brésilienne, ces derniers voient leurs droits de plus en plus bafoués notamment en matière de droit à la terre. Encore aujourd’hui, la question de la démarcation de la terre, qui garantit une meilleure préservation des environnements naturels menacés, reste un des problèmes majeurs et l’inclusion de celle-ci dans les programmes électoraux est quasiment inexistante. Le leader indigène Marcos Terena, raconte au journal Ponte, que nous sommes dans une « démocratie où encore une fois l’indien n’a pas accès aux instances de pouvoir. C’est le moment de voter (…) cependant, même avec le droit d’avoir une candidature indigène, le système électoral corrompu rend cette élection difficile. » Victime de lois et textes bafoués, de l’augmentation de la discrimination institutionnelle et des violences, du non-respect des répartitions des terres ainsi que de la mauvaise gestion de FUNAI, la voix des indigènes peine à se faire entendre dans une situation où leur avenir est de plus en plus incertain.

L’unique candidate donnant de l’espoir est Sonia Bone Guajajara, co-listière du candidat du partie de gauche radicale PSOL à la présidentielle de 2018 en tant que vice-présidente, qui porte des revendications fortes pour les indigènes : renforcement du budget de la FUNAI (Fondation Nationale de l’Indien), construction de la première université indigène, homologation des terres déjà identifiés et « pardon aux indigènes pour l’ethnocide ». Un programme à l’opposé de celui proposé par Jiar Bolsonaro, qui ne rêve que de les rayer de la carte■

– par Cristiana Esteves Lima –



Mis a jour le 2021-02-01 16:23:26

Haut de page

A la une

Signez la pétition
Amazonie : stop au double-je...

Protégeons l'Amazonie
Découvrez notre mini-série

LIVE LE 18/02 à 20h
Mobilisation mondiale pour l...

Territoires indigènes en dan...
UN LIVE MONDIAL AU SECOURS D...

Privatisation du mot "planèt...
Les associations se mobilise...

Belo Monte
La justice brésilienne recon...

Jaguars
Plus que jamais menacés

Barrage de Belo Monte
Le combat continue

Terres indigènes au Brésil
Victoire pour les Tupi-Guara...

Incendies au Brésil
2020, année catastrophe

Orpaillage illégal
L'armée péruvienne à l'offen...

Déforestation
Des voies pour agir

Polémique au Brésil
Pour Bolsonaro les ONG sont ...

Drame au Brésil
Tué en protégeant un peuple ...

Nouvelle menace pour les ind...
Ces projets ferroviaires qui...

Retour sur deux catastrophes
Barrages miniers : le désast...

Covid-19 : Raoni hors de dan...
Les informations rassurantes

La Chine, meilleure alliée d...
Le géant asiatique prédateur...

L'Europe complice de Bolsona...
Une tribune pour que cela ce...

Covid-19 : protégeons les ga...
Opération 2 : l'Alliance des...

Risque de génocide au Brésil...
Les indigènes abandonnés au ...

CANAL PLUS attaque Planète A...
La "Planète" appartient-elle...

Interview de Valérie Cabanes...
Planète Amazone demande un d...

Attention aux fake news à pr...
Notre rapport à la différenc...

Coronavirus : inquiétude che...
Le cacique Raoni appelle à l...

Les biocarburants contribuen...
Le rapport accablant des ONG...

Le S.O.S.  du peuple Yanomam...
Bolsonaro soutien une nouvel...

BNP Paribas cible de chefs i...
pour son rôle dans la destru...

Les fausses promesses de l’h...
Déclaration conjointe d’orga...

TERRA LIBRE
Regardez toutes les vidéos d...

L'ALLIANCE DES GARDIENS DE M...
Un mouvement mondial pour la...

Connaître Planète Amazone
Lire notre historique

Soutenez Planète Amazone
Faites un don mensuel ou pon...

Actus

Agenda

[Evénements publics]
18 février 2021
LIVE MONDIAL "PROTÉGEONS L’AMAZONIE”: RAONI, GOODALL, WATSON, HULOT ET BIEN D’AUTRES
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
02 novembre 2020 - 06 novembre 2020
TERRA LIBRE : avant-premières Grand Est
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
11 octobre 2020 - 15 octobre 2020
TERRA LIBRE : avant-premières ALPES
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
08 février 2020
Avant-première de 'Terra Libre' en Bretagne !
Lire la suite

[Festivals / conférences / colloques]
27 octobre 2019
DROITS DE LA TERRE : LE TEMPS DE L'ACTION - Un après-midi avec l'Alliance des G...
Lire la suite

[Festivals / conférences / colloques]
23 octobre 2019 - 24 octobre 2019
URGENCE PLANÉTAIRE CLIMAT / BIODIVERSITÉ : rebâtir avec les peuples autochtones pour sortir de l’impas...
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

5 April 2021
PETIÇÃO: JUVENTUDE CONVOCA A EUROPA PARA MOBILIZAR PELA AMAZÔNIA

4 April 2021
PETICIÓN: LA JUVENTUD LLAMA A EUROPA A MOVILIZARSE POR LA AMAZONÍA

4 April 2021
PETITION: YOUTH CALLS ON EUROPE TO MOBILIZE FOR THE AMAZONIA

4 April 2021
PÉTITION: LA JEUNESSE APPELLE L'EUROPE À SE MOBILISER POUR L’AMAZONIE

17 February 2021
Protégeons l'Amazonie : Valdelice VERON, le cri du peuple Guarani-Kaïowa

15 February 2021
NICOLAS HULOT : Depuis la COP21, quels progrès pour les revendications des peuples indigènes ?

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre