1988-2018 : 30 ANS DE (DÉ)CONSTITUTION AU BRÉSIL, PAYS AU BORD DU GOUFFRE


Le trentième anniversaire de l’actuelle Constitution brésilienne, adoptée le 5 octobre 1988, est marqué par une dégradation sans précédent du climat politique et un risque de retour à la dictature militaire, alors que la déforestation repart à la hausse.


La leader indigène Sonia Guajajara en lisse pour la vice-présidence du Brésil

Ce vendredi 5 octobre le Brésil fête les 30 ans de sa Constitution Fédérale, communément appelée « A Carta Magna ». En 1988, l’Assemblée Nationale Constitutive définit le rôle des pouvoirs publics, les devoirs de ses citoyens ainsi que les principes de dignité de l’être humain, d’égalité entre tous les brésiliens sans distinction de quelconque nature et de préjugés d’origine. S’ajoute à ceux-là, le droit d’expression, la liberté religieuse et celle de se déplacer au sein du territoire. Un texte innovateur puisqu’il donne la possibilité aux groupes du peuple d’apporter une « contribution participative » lors des changements du texte. Symbole d’un présent et futur nouveau, la Constitution a mis en place et proclamé une nouvelle démocratie qui a mis fin à une dictature et à la censure, mais 30 ans plus tard, les inégalités d’autrefois peinent à disparaître.

Plusieurs changements dans le texte – 90 amendements et 116 articles sans réglementations en 30 ans selon em.com.br – apportés depuis 1988 ont notamment conduit à la crise constitutionnelle d’aujourd’hui. Un appauvrissement et un irrespect des libertés et droits de l’Homme crées par la Constitution. Le Brésil d’après Lula da Silva et Dilma Rousseff (2004 – 2016) se retrouve au cœur d’une crise qu’on appelle de « déconstitution » et les prochaines élections présidentielles, qui annoncent un premier tour remporté haut la main par le fasciste Jiar Bolsonaro, ne sont pas prêtes d’améliorer la situation du pays, encore mois celle des peuples indigènes.

Même si le texte a représenté une avancée pour la reconnaissance des peuples indigènes en tant que citoyens intégrés à la société brésilienne, ces derniers voient leurs droits de plus en plus bafoués notamment en matière de droit à la terre. Encore aujourd’hui, la question de la démarcation de la terre, qui garantit une meilleure préservation des environnements naturels menacés, reste un des problèmes majeurs et l’inclusion de celle-ci dans les programmes électoraux est quasiment inexistante. Le leader indigène Marcos Terena, raconte au journal Ponte, que nous sommes dans une « démocratie où encore une fois l’indien n’a pas accès aux instances de pouvoir. C’est le moment de voter (…) cependant, même avec le droit d’avoir une candidature indigène, le système électoral corrompu rend cette élection difficile. » Victime de lois et textes bafoués, de l’augmentation de la discrimination institutionnelle et des violences, du non-respect des répartitions des terres ainsi que de la mauvaise gestion de FUNAI, la voix des indigènes peine à se faire entendre dans une situation où leur avenir est de plus en plus incertain.

L’unique candidate donnant de l’espoir est Sonia Bone Guajajara, co-listière du candidat du partie de gauche radicale PSOL à la présidentielle de 2018 en tant que vice-présidente, qui porte des revendications fortes pour les indigènes : renforcement du budget de la FUNAI (Fondation Nationale de l’Indien), construction de la première université indigène, homologation des terres déjà identifiés et « pardon aux indigènes pour l’ethnocide ». Un programme à l’opposé de celui proposé par Jiar Bolsonaro, qui ne rêve que de les rayer de la carte■

– par Cristiana Esteves Lima –



Mis a jour le 2024-04-15 09:50:03

Haut de page

A la une

en nouvelle-calédonie
la répression et le mépris p...

CAMPEMENT TERRE LIBRE 2024
LES RAISONS DE LA COLÈRE

Au Brésil, Ailton Krenak dev...
le premier membre indigène d...

La Suisse reconnue coupable
de violations des droits hum...

QUAND NOTRE PROCHAIN FILM re...
la lutte contre le traité UE...

Entre soja et savane brésili...
que choisira l’Europe ?

à la COP 28 et à l'ONU, Plan...
pour faire résonner la voix ...

Au Brésil, CONTRE UN PROJET ...
action commune des INDIGèNES...

Bilan de l'année 2023 au Bré...
Victoires et défaites des pe...

Rencontre avec Appolinaire O...
Gardien des forêts sacrées a...

Nouveau roman d'Arkan Simaan
En soutien aux indigènes d'A...

Avant-première spéciale à Br...
Découvrez 'Amazonia, Cœur de...

Démarcation de la terre de R...
La bataille juridique contin...

Au Congrès brésilien
Les droits des indigènes sab...

Sécheresse catastrophique au...
Le nord du pays ravagé

Forum mondial Normandie pour...
Retrouvez l'intervention de ...

Territoire du Kapot-Nhinore
Les agriculteurs contre la d...

Hommage à Rosita Watkins
L'amie des peuples indigènes...

Arrestation du cacique Valdi...
Les Guarani-Kaiowás sont att...

Crise humanitaire au Brésil
Les Yanomamis continuent de ...

Grande Assemblée du cacique ...
Planète Amazone en terre kay...

London Climate Action Week
Notre nouveau film en avant-...

Déforestation au Cerrado
Les ravages de la multinatio...

Planète Amazone au Brésil
Notre mission Terre Libre 20...

L'ancien président condamné...
Bolsonaro : toujours dangere...

Collecte de fonds pour ATL 2...
Rassemblement fin avril à Br...

La démarcation : une nécessi...
Pour les peuples et la natur...

Nouveau rapport du GIEC
l’humanité au bord du précip...

Planète Amazone à la COP15
Quelles actions face à la 6 ...

#CarrefourNousEnfume
Le message filmé de Kretã Ka...

Changement climatique
Notre COP27

Un film, 3 versions, 6 langu...
Le DVD de Terra Libre (enfin...

Démarcation des terres indig...
Victoire pour les Nambikwara...

Reconnaissance du crime d'éc...
La Belgique, bon élève europ...

Double meurtre en Amazonie
Justice pour Dom et Bruno

2012 - 2022
Planète Amazone, 10 ans d'ac...

Les 4 épisodes en replay
"Protégeons l'Amazonie"

Signez la pétition
Amazonie : stop au double-je...

TERRA LIBRE
Regardez toutes les vidéos d...

Connaître Planète Amazone
Lire notre historique

Soutenez Planète Amazone
Faites un don mensuel ou pon...

Actus

Agenda

[Agenda]
06 juin 2024
6 juin 2024 > Projection – débat du film Terra Libre au Café Théodore à Trédrez Locquémeau...
Lire la suite

[Agenda]
20 février 2024
Bruxelles : projection en avant-première de “Amazonia, Cœur de la Terre Mère” en résista...
Lire la suite

[Festivals / conférences / colloques]
23 janvier 2024 - 11 juin 2024
Les peuples autochtones et l'anthropocène : cycle de conférences
Lire la suite

[Evénements publics]
30 novembre 2023 - 07 décembre 2023
Une délégation de Planète Amazone à la Cop 28 à Dubaï
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
16 novembre 2023
Projection-débat du film Terra Libre et rencontre avec Appolinaire Oussou Lio, chef du peuple T...
Lire la suite

[Evénements publics]
14 octobre 2023 - 21 avril 2024
L'art brésilien mis en lumière par l'exposition "Brésil, identités"
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

14 April 2023
L’appel de Pierre Richard en soutien à un grand rassemblement de peuples indigènes au Brésil

9 December 2022
Interview du cacique Kretã, du peuple Kaingang

3 June 2022
Message du cacique Raoni #STOPECOCIDE

9 November 2021
COP26 : Le Cacique Ninawa et Mindahi Bastida dénoncent les fausses solutions de nos dirigeants

9 November 2021
COP26 : Mindahi Bastida appelle à l’action, maintenant !

9 November 2021
Ouverture de la COP26 : l'hommage de Tom Goldtooth à un chef défunt.

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre