Résumé de l’année 2015


Cette année, Planète Amazone a posé les premières pierres concrètes de ses grands projets, avec notamment l’accompagnement de la création de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature, et la diffusion d’un avant-projet du film.


Email to someonePrint this pageShare on FacebookTweet about this on Twitter
  • Décembre : 1er et 2, tenue du Sommet de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature à la mairie du VIè arrondissement de Paris, un cycle exceptionnel de tables rondes réparties sur 2 après-midis, présidé par le Cacique Raoni, organisé par Planète Amazone, en partenariat avec End Ecocide on Earth, ATIX, Nature Rights, Amazon Watch & Xingu Vivo Para Sempre. Une brochure est distribuée à tous les participants. Sommet réalisé avec le soutien et en présence de Pierre Richard.

    Le 2, Planète Amazone intègre et aide à composer la délégation de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature menée par le Cacique Raoni Metuktire et conduite par Nicolas Hulot au palais de l’Elysée pour remettre au Président François Hollande les 17 propositions de l’AGMN.

    Le 5 au matin, Gert-Peter Bruch présente le cas Belo Monte au Tribunal International des Droits de la Nature (organisé par la GARN), avec le Cacique Raoni Metuktire et la militante Antonia Melo comme témoins.

    Le 5 au soir, Gert-Peter Bruch anime la table ronde « Comment apprendre de l’autre » à l’UNESCO, dans le cadre de l’Université de la Terre, avec le Cacique Raoni Metuktire, Mundiya Kepanga et George Nuku.

    Le 6, projection au Musée du Quai Branly du montage de 52 minutes des premières images de « Terra Libre », renommé pour l’occasion « PEC 215, sentence de mort des peuples indigènes du Brésil ». Projection suivie d’un débat avec le Cacique Raoni Metuktire, Sonia Guajajara (APIB) et le député brésilien (PSOL) Ivan Valente (film projeté également le 2 décembre pendant le sommet de l’alliance).

    Le 10, organisation d’un side-event officiel intitulé « Océans et forêt au bord de l’asphyxie : agir pour redonner de l’air à la planète » dans l’espace « Générations Climat », avec Paul Watson, Raoni Metuktire, Pierre Richard, Gert-Peter Bruch et Valérie Cabanes. Le 12, vente d’artisanat kayapo et Yawalapiti en présence du cacique Raoni au profit de 22 communautés indigènes du Brésil. Malgré une forte médiatisation des événements organisés par Planète Amazone, la COP 21 se conclut par une déception prévisible, les chefs d’Etats n’ayant pas tenus compte des propositions de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature dans la version finale de l’accord de Paris pour le Climat.

    Organisation, après la COP 21, du voyage de Bernard Lavilliers et de son épouse Sophie en territoire Kayapo (Piaraçu, Metuktire, Terre Indigène Kapot-Jarina) en vue de la préparation d’une campagne destinée à financer la tenue d’une Grande Assemblée, au Brésil, de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature. Des images sont divulguées dans un spot de l’appel au financement participatif « Rejoignez les Gardiens de la Terre » lancé en juin 2016 par Planète Amazone sur la plateforme HelloAsso.

  • Novembre : lancement international de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature à Paris, à l’occasion de la COP 21 (30 novembre – 12 décembre). Le 28 novembre 2015 au Théâtre de la Reine Blanche, à Paris, une soixantaine de représentants autochtones, de personnalités, d’environnementalistes et de représentants d’organisations venus du monde entier, se réunissent en Assemblée Constitutive de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature sur l’invitation du Cacique Raoni Metuktire et de Planète Amazone. Une déclaration intitulée « Propositions et recommandations de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature aux États et à la communauté internationale pour la préservation du climat et des générations futures » est validé collectivement, officialisant la naissance de l’Alliance. 26 et 27, Participation aux Colloques à l’UNESCO et au Musée de l’Homme « Temps d’incertitude et de résilience : les peuples autochtones et les changements climatiques », en amont de la COP 21, aux côtés de nombreuses personnalités dont Nicolas Hulot, qui annonce rejoindre l’Alliance.

    Le 29, remise au Secrétaire Général de l’ONU, Ban Ki-moon, des 17 propositions de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature, à l’occasion de l’inauguration du projet « 1 Heart 1 Tree » qui illumine la Tour Eiffel lors de la COP 21.

  • Septembre : le 19, diffusion au Festival Atmosphères en avant-première d’un montage spécial de 52 minutes, premières images du film de long métrage de Gert-Peter Bruch, produit par Planète Amazone (futur « Terra Libre »), présenté sous le titre “Le cacique Raoni et les Gardiens du climat ». ’La projection est suivie d’un débat filmé avec Pierre Richard, Gert-Peter Bruch et Valérie Cabanes

  • Juillet : du 20 au 26 juillet, organisation de la visite exceptionnelle en France de Valdelice Veron, représentante menacée de mort du peuple Guarani-Kaiowa (Etat du Mato Grosso do Sul, Brésil) et de Natanael Vilharva-Cáceres, avec le soutien de Nicolas Hulot et Stéphanie Lux. Un programme intense est mis en place : participation au Sommet des Consciences en amont de la COP 21 pour annoncer à travers le discours de Valdelice Veron la naissance de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature et demander la reconnaissance du crime d’écocide, rencontre avec le Président de la République Française, rencontre avec SAS le Prince Albert II de Monaco, conférence de presse à la Mairie du VIè arrondissement de Paris, débat à l’Assemblée Nationale et soutien de l’acteur-réalisateur Pierre Richard. Dans la foulée du succès médiatique de ce déplacement (reportage sur TF1, article dans le journal Le Monde, etc…) certaines terres du peuple Guarani-Kaiowa ont pu être démarquées. La rencontre organisée à l’ONU de Genève avec la rapporteure spéciale sur les droits des peuples autochtones Victoria Tauli-Corpuz débouchera sur sa visite au peuple Guarani-Kaiowa et la publication d’un rapport détaillé de la situation, diffusé de façon internationale.

    Le 27, avec le soutien de personnalités (Paul Watson, Pierce Brosnan, Pierre Richard…), Planète Amazone lance une cyberaction internationale d’urgence et appelle les internautes du monde entier à se mobiliser par milliers pour sauver le peuple Guarani-Kaiowá en se mettant en scène avec le hashtag #IamGuaraniKaiowa. Postés sur une page dédiée, les centaines de photos sont transmises à la Présidente du Brésil, afin de l’exhorter à signer prestement le décret d’homologation de 22 terres indigènes Guarani-Kaiowá, comme l’y oblige la Constitution de 1988.

  • Juin : co-organisation de rendez-vous et événement du 23 au 25 à l’occasion du déplacement en Europe de deux figures emblématiques de la lutte contre les grands barrages hydroélectriques au Brésil : Ademir Kaba, représentant du peuple Munduruku, en lutte contre la construction du complexe Tapajós et Felicio Pontes, procureur du Ministère public fédéral, qui a instruit la plupart des procès contre le barrage de Belo Monte. Le 23 juin, accueil à l’Assemblée Nationale, du député de l’Hérault, Jean-Louis Roumégas, pour une rencontre avec la direction d’EDF. Le 25 juin, participation à à la soirée  » Grands barrages et climat : les peuples autochtones résistent  » co-organisée par Planète Amazone, Amazon Watch, France Libertés et Autres Brésils au Bateau Daphné.

  • Avril : le 14 à Brasilia, en marge d’une grande mobilisation indigène liée à la tenue du Campement Terre Libre, Planète Amazone favorise la signature d’un pacte entre le Cacique Raoni Metuktire (peuple Kayapo), le Cacique Davi Kopenawa (peuple Yanomami), les Caciques Aritana et Pirakuman (peuple Yawalapiti), les Caciques Afukaka et Tabata (peuple Kuikuru), chefs traditionnels d’Amazonie, détenteurs de grands savoirs, gardiens du plus grand « poumon vert » de la planète. C’est le premier acte officiel d’un nouveau mouvement désigné en tant qu’Alliance des Gardiens de Mère Nature, dont la stratégie est imaginée autour de quatre axes : le combat pour le renforcement culturel, le combat politique, le combat juridique et le combat médiatique. Il doit permettre le rassemblement spontané de représentants indigènes de tous les continents, avec le soutien d’alliés œuvrant pour la nature et de personnalités internationales. Unis par une Alliance inédite, à laquelle seront associées des figures mondialement reconnues pour leur engagement en faveur de la protection de la planète, ces gardiens de la Terre-mère porteront conjointement des propositions fortes pour l’avenir.

    De nombreux tournages (reportages, interviews) sont réalisés par Gert-Peter Bruch, fondateur, dans le cadre de la préparation du premier long-métrage produit par Planète Amazone, avec le concours de professionnels de l’audiovisuel et du graphisme bénévoles.

    Poursuite en parallèle du projet de captation des récits biographiques et mythologiques du cacique Raoni Metuktire.

  • Mars : opération de collecte et livraison de médicaments en territoire Kayapo jusqu’en avril pour faire face à une dangereuse pénurie. Une grande quantité de médicaments est livrée aux dispensaires de trois villages Kayapo : Piaraçu, Metuktire (village du Cacique Raoni) et Kapot (Capoto) et disséminée aux 17 communautés en dépendant. Opération organisée en coordination avec l’Instituto Raoni, avec le soutien financier de la Croix Rouge Monégasque en plus de dons collectés sur la plateforme HelloAsso.

  • Janvier : lancement d’une action citoyenne à l’occasion de l’Assemblée Générale du constructeur allemand Siemens et de la livraison de la première turbine conçue par la firme Voith sur le chantier du barrage de Belo Monte. Les participants sont appelés à transmettre aux PDG des deux compagnies un courrier statuant que c’est en toute connaissance qu’ils violent les lois du Brésil, les conventions internationales, les principes directeurs de l’ONU et leurs propres chartes éthiques et environnementales, permettant ainsi la détérioration massive des écosystèmes dont dépendent notre avenir, nos vies, et en premier lieu la vie des peuples indigènes et riverains du Xingu.

 

 

Mis a jour le 2018-10-10 20:20:54

Haut de page