Carnaval de Rio 2022 : des défilés marqués par les revendications des peuples indigènes


Si le Carnaval de Rio de Janeiro est surtout connu pour ses rythmes de samba endiablés et ses chars colorés, il a aussi été marqué cette année par des mises en scène qui ont critiqué ouvertement le gouvernement de Jair Bolsonaro, notamment pour sa gestion de la crise sanitaire mais aussi pour sa politique anti-environnementale et répressive à l’égard des minorités ethniques. Planète Amazone apporte son soutien à tous les peuples indigènes du Brésil. Leurs revendications doivent être entendues et leurs droits respectés.

Les festivités du Carnaval de 2022 (du 20 au 30 avril) se sont achevées et certaines écoles de samba se sont faites remarquer pour avoir exprimé leur mécontentement envers le gouvernement de Jair Bolsonaro. La lutte des peuples indigènes s’est aussi immiscée au cœur des festivités au travers des défilés de plusieurs écoles de samba, dont Unidos da Tijuca, à Rio, ou encore Gaviões da Fiel, à São Paulo.


Danseuse du carnaval de Rio. © Photo de 489327 récupérée sur Canva pro.

Plusieurs écoles de samba, dont Unidos da Tijuca ou Gavioes da Fiel ont profité de leur défilé afin de dénoncer les violences que subissent quotidiennement les peuples indigènes et le non-respect de leurs droits. Une pancarte tenue par des danseurs, où était écrit “Brésil, terre indigène” a même été brandit symboliquement afin de rappeler aux spectateurs la légitimité de la lutte de ces peuples. 

 

Dénonciation d’un projet de loi autorisant l’exploitation minière sur les terres indigènes lors du défilé de l’école Unidos da Tijuca

La célèbre école de samba Unidos da Tijuca a profité de son défilé afin de critiquer le projet de loi PL 191/2020, qui prévoit d’autoriser l’exploitation minière sur des terres indigènes démarquées (voir notre article afin d’en savoir plus sur ce sujet). 

Ce projet de loi a déjà été transmis au Congrès brésilien et risque d’être adopté incessamment sous peu. La guerre en Ukraine a été l’occasion pour le gouvernement de Bolsonaro de décréter un régime d’urgence pour accélérer l’adoption de cette loi, prétextant la nécessité d’explorer les réserves de potassium utilisées dans la fabrication d’engrais, pour pallier une éventuelle pénurie du minerai. 

Une étude réalisée par l’Université Fédérale du Minas Gerais (UFMG) a pourtant démenti cette soi-disant “nécessité” d’exploiter les réserves se trouvant sur des terres appartenant aux peuples indigènes. En effet, seulement 11% des gisements de potassium se trouveraient actuellement sur ces terres, soit un chiffre minime qui ne risquera pas de rendre le Brésil autosuffisant dans la fabrication d’engrais mais qui risque surtout de fragiliser davantage les peuples indigènes, qui souffrent déjà de nombreux préjudices sur leurs territoires (déforestation, orpaillage illégal …).

Au-delà de la dénonciation, les chars de l’école Unidos da Tijuca ont aussi rendu hommage aux peuples indigènes, notamment au peuple Satéré-Mawé, en mettant en scène une légende dont le personnage principal est un enfant.

 

À Sao Paulo, les revendications des peuples indigènes se sont invitées dans la mise en scène de l’école des Gaviões da Fiel

À São Paulo, l’école des Gaviões da Fiel a marqué le coup en faisant un défilé basé sur la protestation sociale, dénonçant les diverses inégalités sociales qui touchent le Brésil. Les peuples indigènes ont eux aussi été représentés, ainsi que leur lutte constante pour la défense de leurs droits. L’un des chars de l’école a notamment simulé l’incendie d’une forêt, montrant ainsi le désastre environnemental qui se passe actuellement au Brésil. Le défilé a également rendu hommage au cacique Raoni, qui n’a pas pu être présent lors du carnaval. Plusieurs autres chefs indigènes s’y sont néanmoins rendus, ainsi que Sonia Guajajara, activiste et coordinatrice exécutive de l’Articulation des Peuples Indigènes au Brésil (voir notre article à ce propos).

Sonia Guajajara, cheffe de file de l’Articulation des Peuples Indigènes au Brésil, a participé au défilé de l’école Gaviões da Fiel

 


Sources :

G1 Globo : “Último carro da Unidos da Tijuca trouxe crítica a projeto do governo Bolsonaro que autoriza mineração em terras indígenas”

Twitter : Sonia Guajajara

G1 Globo : “Escola de samba retrata fila dos ossinhos de Cuiabá e homenageia cacique Raoni em carnaval de SP”

 

À lire aussi sur Planète Amazone :

Campement Terre Libre : clôture d’un rassemblement indigène historique au Brésil

L’exploitation minière illégale est devenue une «épidémie» dans 7 zones protégées, selon l’alliance Xingu+

 

Article rédigé par Maud Laurent



Mis a jour le 2023-01-14 14:12:08

Haut de page

A la une

Actus

Agenda

[Festivals / conférences / colloques]
01 mars 2023 - 02 mars 2023
ONE FOREST SUMMIT : POUR ALLER PLUS LOINS QUE LES COP
Lire la suite

[Evénements publics]
18 mars 2023 - 26 mars 2023
JOURNÉE INTERNATIONALE DES FORÊTS 2023 : FORÊTS EN SCÈNE !
Lire la suite

[Parutions]
20 mars 2023
Publication du 6e rapport d’évaluation du GIEC
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

9 December 2022
Interview du cacique Kretã, du peuple Kaingang

3 June 2022
Message du cacique Raoni #STOPECOCIDE

9 November 2021
COP26 : Le Cacique Ninawa et Mindahi Bastida dénoncent les fausses solutions de nos dirigeants

9 November 2021
COP26 : Mindahi Bastida appelle à l’action, maintenant !

9 November 2021
Ouverture de la COP26 : l'hommage de Tom Goldtooth à un chef défunt.

22 August 2021
[RT France] l'accaparement du mot «planète» par le groupe Canal+

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre