Un appel du Chef Raoni pour lancer la campagne “Covid-19 : protégeons les gardiens de l’Amazonie !”


Par une première opération avec le cacique Raoni Metuktire, Planète Amazone lance la campagne “Covid-19 : protégeons les Gardiens de l’Amazonie”, pour permettre aux peuples indigènes bénéficiaires de se protéger, alors que la négligence coupable des autorités dont ils dépendent les mettent en risque de génocide.


Visuel conçu et réalisé par Anthony Retière


Face au risque de leur génocide, Planète Amazone lance une campagne d’appels aux dons au long cours, en lien et solidarité avec les peuples indigènes d’Amazonie

 

Les fonds recueillis dans le cadre de la campagne “Covid-19 : protégeons les Gardiens de l’Amazonie” doivent permettre aux peuples ou communautés concernées par nos opérations de sécuriser leur auto-confinement. Le respect strict de cet isolement est d’autant plus vital que les indigènes, en raison de leur fragilité immunitaire et de leur précarité extrême en matière d’accès aux soins, sont des victimes idéales pour le Covid-19. Comme si cela ne suffisait pas, la négligence coupable ou l’inconséquence des politiques gouvernementales des pays du bassin amazonien mettent ses peuples en position de haut risque de génocide.

L’urgence est donc absolue ! Étant donné que l’on s’achemine vers une crise sanitaire internationale de longue durée et que les pays d’Amazonie n’ont pas même atteint le pic de la pandémie, la campagne sera constituée de plusieurs opérations, qui pourront même, si la première est un succès, se tenir simultanément.

 

Message du cacique Raoni Metuktire filmé le 24 avril 2020 et transmis à Planète Amazone.

 

L’appel du cacique Raoni pour son peuple Kayapo-Metuktire (Brésil)

L’ “Opération Kayapo-Metuktire” est la première phase de la campagne “Covid-19 : protégeons les Gardiens de l’Amazonie”. Elle est lancée à partir d’un appel du cacique Raoni Metuktire, chef du peuple Kayapo, notre partenaire historique et potentiel prix Nobel de la paix 2020.

Connu dans le monde entier, reçu en France comme un chef d’Etat, le cacique Raoni a chargé Planète Amazone d’alerter, à travers cette opération, sur l’immense danger encouru par son peuple et tous les autres peuples indigènes du Brésil, dont il a réuni de nombreux représentants lors d’une réunion très médiatisée en janvier 2020.

Par un courrier que nous reproduisons ci-dessous et un message vidéo tous deux adressés à Gert-Peter Bruch, président de Planète Amazone, le cacique appelle ses amis français et internationaux à se mobiliser pour son peuple en finançant des produits de première nécessité alimentaire et sanitaire, du matériel de pêche, des médicaments et du carburant pour les acheminer dans les villages confinés accessibles uniquement par voie fluviale.

Sans ravitaillement, le confinement du peuple Kayapo-Metuktire ne peut pas tenir. Et si le confinement cède, c’est le désastre assuré.

Les achats seront directement réalisés par Planète Amazone par transfert d’argent aux vendeurs au Brésil. Ils seront récupérés et acheminés par des auxiliaires de santé respectant de strictes mesures de protection.

 

Avant la crise du coronavirus, le cacique Raoni visite un dispensaire pour indigènes à l’hygiène très douteuse par faute de moyens. Le personnel, sous pression et doté d’équipements vétustes, n’est pas du tout prêt à accueillir des malades du Covid-19.

Lettre du cacique Raoni Metuktire à Planète Amazone

Autorisation pour une campagne de levée de fonds d’urgence, en soutien au confinement du peuple Mebengokrê (Kayapo) face à la pandémie du Covid-19

Mes amis,

 

malheureusement, le monde entier souffre aujourd’hui à cause de cette terrible maladie.

 

En tant que leader, responsable de mon peuple Mebengokrê, j’ai demandé à tous les indigènes d’éviter de se rendre en ville et de rester dans leurs villages pour se protéger. Ils m’ont écouté, mais nous avons maintenant besoin d’aide pour leur permettre de rester en sécurité.

 

Pour cette raison, j’autorise Gert-Peter Bruch dans le cadre de l’association Planète Amazone à réaliser une campagne dans le but de lever 10 000 euros pour l’acquisition de matériel de pêche, de combustible, et de quelques produits basiques pour notre subsistance.

 

Une fois de plus, le gouvernement brésilien tourne le dos aux peuples indigènes. Pour affronter un ennemi inconnu, nous voilà à devoir compter sur la chance pour ne pas rencontrer la mort par les conséquences d’un nouveau virus (le Covid-19).

 

Nous craignons pour nos vies car par le passé, d’autres épidémies ont emporté des centaines d’entre nous. S’il vous plaît, aidez-nous à éviter un génocide dans nos villages.

 

Nos besoins d’urgence sont :

 

– Carburant : 4 000 €
– Matériel de pêche : 2 000 €
– Produits basiques (alimentation, matériel d’hygiène, santé) : 4 000 €

 

Total 10 000 €

 

Merci à vous tous,

 

Village de Metuktire, le 16 avril 2020
Cacique Raoni Metuktire

IMPORTANT

Les 10.000 € demandés par le cacique Raoni pour faire face à l’urgence immédiate ayant été récoltés en moins de 24 h, Planète Amazone, en accord avec lui, poursuit l’opération en relevant le plafond à 30.000 €.

Les fonds additionnels vont pouvoir permettre à son peuple de maintenir un confinement strict dans de bonnes conditions dans les semaines qui viennent.

Si le nouveau plafond de 30.000 € est lui aussi dépassé, les fonds supplémentaires iront à notre deuxième opération en faveur des peuples indigènes pour la campagne “Covid-19 : protégeons les gardiens de l’Amazonie !”, qui est déjà en préparation.

Merci à vous tous pour votre phénoménale solidarité !


Ils en parlent…


Présentation de la campagne de Planète Amazone sur la chaîne RT France, le 25/04/2020.

 


Sujet vidéo sur les peuples amazoniens, par Le Média, le 29/04/2020.

 


Sujet vidéo sur les indigènes du Brésil, par France24, le 29/04/2020.

 

La campagne “Covid-19 – Protégeons les Gardiens de l’Amazonie !”

Planète Amazone lance la campagne d’urgence “Covid-19 – Protégeons les Gardiens de l’Amazonie !” pour apporter son soutien à des peuples ou communauté indigènes. Plus grand sera le succès de cette campagne, plus nombreux seront les peuples que nous pourrons soutenir.

Le défi est immense, les peuples indigènes en situation critique sont nombreux, nous ne prétendons en aucun cas pouvoir les aider tous et pouvoir faire face à tous les fronts simultanément. Nous appelons donc tout un chacun à pratiquer l’esprit d’union sacrée pour porter assistance aux Gardiens de l’Amazonie, du Cerrado, du Pantanal et de tous les magnifiques écosystèmes qu’ils défendent.

Nous souhaitons que cette campagne puisse bénéficier d’un soutien populaire et médiatique massif, afin qu’elle contribue à mettre en lumière la situation et puisse permettre également à de nombreux autres appels à soutien de se faire entendre.

Ainsi, nous appelons dès maintenant à soutenir sans condition d’autres appels similaires à celui de Planète Amazone, aidant également des communautés ou peuples indigènes démunis face à la crise du Covid-19, à partir du moment où ils émanent soit des indigènes eux-mêmes par le biais de leurs organisation, soit d’ONG ou organismes reconnus d’intérêt général ou public.

Les modalités d’achat ou de transmission des fonds des opérations d’assistance lancées dans le cadre de la campagne de Planète Amazone “Covid-19 – Protégeons les Gardiens de l’Amazonie !” seront systématiquement portées à la connaissance du public. Les donateurs recevront un récapitulatif des dépenses et un compte rendu de l’opération à laquelle ils ont participé.

 

CONTEXTE DE LA CAMPAGNE

Menacés en temps ordinaire par l’exploitation de l’Amazonie, les peuples indigènes qui y vivent affrontent la crise du Covid-19 dans un dénuement presque total, alors que le coronavirus peut potentiellement entraîner leur disparition brutale.

Les pouvoirs publics des pays amazoniens ne considérant pas comme une priorité de protéger leurs habitants traditionnels, les peuples indigènes sont donc livrés à eux-mêmes, parfois sans information, alors que l’ONU reconnaît la valeur inestimable de leurs cultures et le rôle de Gardiens qu’ils tiennent pour l’humanité toute entière.

Cet abandon est criminel, et si des voix chaque jour plus nombreuses accusent les principaux pays amazoniens de mettre leur peuples indigènes en situation de risque de génocide, c’est qu’ils ont la responsabilité de les protéger, les sachant particulièrement vulnérables aux maladies “venues de l’extérieur”. Les faits soulignent cette fragilité : un des premiers morts indigènes des suites du Covid-19 était un adolescent du peuple Yanomami âgé de 15 ans, alors que les morts aussi jeunes sont extrêmement rares dans le reste du monde.

Que les sceptiques gardent à l’esprit que la terrible histoire du lent génocide des peuples indigènes entamée avec Christophe Colomb est liée depuis toujours aux maladies transmises par leurs envahisseurs.

 

PEUPLES INDIGÈNES : UN DRAME BRÉSILIEN

Lire aussi notre dossier, pour en savoir plus sur la situation au Brésil

Au Brésil, pays où l’on compte 305 peuples indigènes (le plus grand nombre dans un pays amazonien), le président Bolsonaro a volontairement fragilisé les structures gouvernementales ou étatiques chargées de veiller sur leurs droits territoriaux et leur santé.

Sa volonté affichée d’ouvrir les territoires indigènes à l’industrialisation massive (agriculture transgénique, mines, grands barrages…), en contradiction avec la constitution de son propre pays et la Convention 169 de l’OIT, a créé un appel d’air pour les envahisseurs rêvant de s’emparer des richesses de leur sol. Rien qu’en territoire Yanomami, on estime à plus de 20 000 les chercheurs opérant actuellement de façon illégale. Partout ailleurs, les envahisseurs cherchent des minerais, prélèvent du bois précieux. Sans aucun doute, certains sont déjà infectées par le covid-19 et risquent de contaminer et donc de décimer les indigènes retranchés.

Ce serait une hécatombe. D’une part l’évacuation de malades depuis les zones les plus reculées du pays est extrêmement complexe, lente et demande des moyens colossaux, que l’on à peine à croire que le gouvernement en place puisse engager au constat de la somme dérisoire allouée à la sécurisation des indigènes depuis  le début de cette crise. D’autre part,  ni les dispensaires indigènes délabrés, ni les hôpitaux saturés, ne seraient en mesure de les accueillir.

Face à cette apocalypse en gestation, les mesurettes prises par l’administration Bolsonaro soulèvent l’indignation internationale. Certaines de ses décisions aggravent à tel point le danger en cours que le Ministère Public Fédéral les a qualifié de “politique génocidaire”.

Jair Bolsonaro vaut aussi envoyer des missionnaires pour forcer le contact avec les derniers peuples en isolement volontaire de la planète, encore bien plus vulnérables que les peuples indigènes déjà contactés.

Dans ce contexte, votre aide est bien plus qu’essentielle : elle est vitale !
Merci à vous tous par avance pour votre générosité.

 

Faire un don sécurisé directement

(vous pouvez aussi donner depuis notre formulaire sécurisé HelloAsso)

 

Propulsé par HelloAsso



Mis a jour le 2020-04-11 16:23:56

Haut de page