Processus constituant et violence en Araucanie : deux faces d’une même pièce


Jusqu’au 4 juillet 2021, le dialogue entre l’État chilien et les peuples indigènes était totalement rompu. En effet, au lieu de faire appliquer la loi en aidant les Mapuches à garder leurs terres ancestrales, depuis les années 1980, l’État a militarisé l’Araucanie, territoire mapuche, pour y punir l’activisme mapuche. Les militants mapuche sont qualifiés médiatiquement de « terroristes. » et leur militantisme va jusqu’à leur coûter la vie. Cependant l’élection à l’Assemblée Constituante d’Elisa Loncón, femme et Mapuche, ouvre une nouvelle ère pour le pays et devrait totalement changer la donne. Elle a d’ailleurs affirmé lors de son discours vouloir « transformer le Chili en un pays plurinational, interculturel. »

“Nous les peuples indigènes, nous sommes actuellement les protagonistes. On entend le mapudungun (langue amérindienne parlée par la communauté Mapuche au Chili) dans les espaces publics, durant les prises de décisions.”


Photo : Anton

Les fondements de l’État-nation qui ont servi à légitimer l’exclusion des peuples indigènes et leur incorporation forcée dans ses institutions sont aujourd’hui remis en cause alors que des concepts tels que la plurinationalité, l’interculturalité, l’autonomie et l’autodétermination sont en train d’émerger en tant que droits fondamentaux. Et ce, afin de refonder et établir un nouvel accord de coexistence. Cette diversité n’est pas le fruit de notre imagination. Même lorsque le peuple Mapuche a signé plus de vingt traités et parlements avec la Couronne espagnole entre 1641 et 1803, cela n’a pas fait partie de nos processus éducatifs. Même lorsque l’État naissant du Chili a signé le Traité de Tapihue en 1825, dans lequel il s’engageait à respecter la souveraineté du Wallmapu, il n’a jamais tenu parole. Et il ne l’a pas fait jusqu’à présent. Qui plus est, la représentation indigène dans l’Assemblée plurinationale est le résultat d’une lutte ancestrale, d’une lutte permanente. 

 

Les institutions de l’État-nation chilien ont été utilisées pour légitimer son projet politique, mais aussi culturel et économique. Le 25 juin 1859, le journal El Mercurio de Valparaíso affirmait que « les Araucans ne sont ni plus ni moins qu’une horde de bêtes sauvages qu’il faut à tout prix enchaîner ou détruire dans l’intérêt de l’humanité et pour le bien de la civilisation ». Plus de 160 ans plus tard, alors que les discours racistes sont toujours d’actualité, que les préjugés ont la peau dure et que le dialogue est asymétrique, nous devons comprendre qu’il s’agit d’une dimension qui est profondément ancrée dans l’imaginaire collectif. 

 

Depuis le milieu des années 1800, un colonialisme interne, où le contrôle territorial est un axe structurant, est légitimé et se poursuit de nos jours. La promulgation de lois de colonisation, de réduction des communautés, de « blanchiment » de titres fonciers, d’octroi de « titres de faveur » (Títulos de merced), sont tout autant de stratégies mises en œuvre en vue d’occuper et d’utiliser les terres indigènes avec une visée extractiviste. Sur les 5 millions d’hectares qui faisaient partie du territoire ancestral Mapuche, il n’en reste plus aujourd’hui que 500 000. La majorité du territoire revendiqué par les communautés Mapuche se trouve aujourd’hui entre les mains d’entreprises forestières qui possèdent presque 300 000 hectares, en grande partie obtenus par le biais du décret 701 de 1975 visant à promouvoir le développement forestier et industriel par l’installation d’entreprises papetières. Grâce à ce décret, les entreprises recevaient un bonus de 75 % pour les plantations de pins et d’eucalyptus instaurant ainsi une monoculture et mettant en danger les forêts natives.   

 

« Le meurtre du lamngen Pablo Marchant n’est donc qu’un élément d’un tissu beaucoup plus complexe, d’une histoire non racontée, d’une stratégie devenue naturelle et ancrée, de la vie quotidienne des enfants Mapuche en territoire ancestral. Un grand nombre de ces Weichafes (guerriers) sont assassinés par l’État. Cependant, l’histoire nous offre l’opportunité d’emprunter une nouvelle voie, une voie refondatrice. Dix-sept frères et sœurs indigènes risquent leur vie pour engager le dialogue, participer, avoir un impact. »

 

Le territoire est la subsistance matérielle et immatérielle du peuple Mapuche, la base même de son existence, cela implique non seulement de le défendre, mais aussi d’exiger de l’État chilien sa restitution légitime dans le cadre de l’exercice de l’autonomie et de l’autodétermination, reconnues dans les articles 4 et 5 de la Déclaration des Nations unies sur les peuples autochtones de 2007.

 

Face au manque de volonté d’établir un dialogue symétrique entre le peuple Mapuche et l’État chilien, depuis le milieu des années 90 les stratégies visant à obtenir le contrôle territorial se sont intensifiées et diversifiées, notamment avec l’émergence de nouveaux mouvements qui clament que la seule voie possible est l’occupation de parcelles et terres revendiquées comme ancestrales. Bon nombre d’entre elles sont situées dans le Gulumapu, et notamment dans les zones de l’Araucanie et du Biobío. La réponse de l’État n’a pas été de promouvoir un dialogue politique, mais plutôt de traiter ces actions comme une affaire de sécurité intérieure, en favorisant l’augmentation des ressources et des pouvoirs des services de renseignement ou des Carabiniers du Chili, initiant ainsi un processus soutenu de militarisation. 

 

Des concepts tels que « zone rouge » (zona roja) ou « macrozone sud » (macrozona sur) sont ainsi devenus normaux dans les médias et les discours officiels. L’application de lois spéciales telles que la loi antiterroriste (Ley antiterrorista) ou la loi de sécurité de l’État (Ley de Seguridad del Estado) est une autre stratégie largement critiquée par des organismes internationaux et par la Cour interaméricaine des droits de l’homme elle-même. Le meurtre de Camilo Catrillanca commis par des Carabiniers en novembre 2018 marque une étape importante, car il expose à la lumière du jour une opération de dissimulation et de déformation des preuves par cette institution.

 

Par conséquent, depuis plus de 30 ans en Araucanie l’« État » est synonyme de militarisation, car tout en étant inexistant dans d’autres domaines, il encourage l’apparition de gardes privés pour protéger le capital, l’affectation de Carabiniers pour protéger les investissements des entreprises, l’émergence d’un marché dédié au vol de bois, entre autres incitations perverses. 

 

Le meurtre du lamngen Pablo Marchant n’est donc qu’un élément d’un tissu beaucoup plus complexe, d’une histoire non racontée, d’une stratégie devenue naturelle et ancrée, de la vie quotidienne des enfants mapuches en territoire ancestral. Un grand nombre de ces Weichafes sont assassinés par l’État. Cependant, l’histoire nous offre l’opportunité d’emprunter une nouvelle voie, une voie refondatrice. Dix-sept frères et sœurs indigènes risquent leur vie pour engager le dialogue, participer, avoir un impact. Il existe une large majorité de Chiliens qui soutiennent, comprennent et promeuvent le dialogue interculturel, qui ont confiance dans un projet plurinational, qui rêvent d’un accord qui assure le bien-être des générations futures. Le processus constituant et la violence de l’État en Araucanie sont les deux faces d’une même pièce. C’est à nous de décider sur laquelle des deux nous misons.

 


©elmostrador, le 15/07/2021, traduit de l’espagnol par Luisa CORREA, Article original par Verónica Figueroa Huencho



Mis a jour le 2021-09-01 18:20:26

Haut de page

A la une

Congrès Mondial de la Nature...
Les Gardiens de la Terre à M...

Les 4 épisodes en replay
"Protégeons l'Amazonie"

Nouvelle Constitution au Chi...
La renaissance du peuple Map...

Mobilisation à Brasilia
Les indigènes résistent à Bo...

Signez la pétition
Amazonie : stop au double-je...

Protégeons l'Amazonie
Découvrez notre mini-série

LIVE LE 18/02 à 20h
Mobilisation mondiale pour l...

Territoires indigènes en dan...
UN LIVE MONDIAL AU SECOURS D...

Privatisation du mot "planèt...
Les associations se mobilise...

Belo Monte
La justice brésilienne recon...

Jaguars
Plus que jamais menacés

Barrage de Belo Monte
Le combat continue

Terres indigènes au Brésil
Victoire pour les Tupi-Guara...

Incendies au Brésil
2020, année catastrophe

Orpaillage illégal
L'armée péruvienne à l'offen...

Déforestation
Des voies pour agir

Polémique au Brésil
Pour Bolsonaro les ONG sont ...

Drame au Brésil
Tué en protégeant un peuple ...

Nouvelle menace pour les ind...
Ces projets ferroviaires qui...

Retour sur deux catastrophes
Barrages miniers : le désast...

Covid-19 : Raoni hors de dan...
Les informations rassurantes

La Chine, meilleure alliée d...
Le géant asiatique prédateur...

L'Europe complice de Bolsona...
Une tribune pour que cela ce...

Covid-19 : protégeons les ga...
Opération 2 : l'Alliance des...

Risque de génocide au Brésil...
Les indigènes abandonnés au ...

CANAL PLUS attaque Planète A...
La "Planète" appartient-elle...

Interview de Valérie Cabanes...
Planète Amazone demande un d...

Attention aux fake news à pr...
Notre rapport à la différenc...

Coronavirus : inquiétude che...
Le cacique Raoni appelle à l...

Les biocarburants contribuen...
Le rapport accablant des ONG...

Le S.O.S.  du peuple Yanomam...
Bolsonaro soutien une nouvel...

BNP Paribas cible de chefs i...
pour son rôle dans la destru...

Les fausses promesses de l’h...
Déclaration conjointe d’orga...

TERRA LIBRE
Regardez toutes les vidéos d...

L'ALLIANCE DES GARDIENS DE M...
Un mouvement mondial pour la...

Connaître Planète Amazone
Lire notre historique

Soutenez Planète Amazone
Faites un don mensuel ou pon...

Actus

Agenda

[Evénements publics]
19 septembre 2021
Planète Amazone à GoodPlanet dimanche 19/09
Lire la suite

[Evénements publics]
18 septembre 2021
Planète Amazone à GoodPlanet samedi 18/09
Lire la suite

[Evénements publics]
07 septembre 2021
Projection exceptionnelle d'un extrait du film inédit "Gardiens"
Lire la suite

[Evénements publics]
06 septembre 2021
Conférence “Comment combattre le colonialisme vert ?” : Session 1 “Marchandisation de la nature: une fausse solution pour la...
Lire la suite

[Evénements publics]
06 septembre 2021
Conférence “Comment combattre le colonialisme vert ?” : Session 4 "Biodiversité, climat : l’imposture des énergies “vertes”"
Lire la suite

[Evénements publics]
06 septembre 2021
Conférence “Comment combattre le colonialisme vert ?” : Session 3 "Reconnaître le caractère sacré de la natur...
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

22 August 2021
[RT France] l'accaparement du mot «planète» par le groupe Canal+

17 June 2021
Brésil : Valdelice Veron dénonce le projet de loi PL 490/2007 menaçant les terres indigènes

5 April 2021
PETIÇÃO: JUVENTUDE CONVOCA A EUROPA PARA MOBILIZAR PELA AMAZÔNIA

4 April 2021
PETICIÓN: LA JUVENTUD LLAMA A EUROPA A MOVILIZARSE POR LA AMAZONÍA

4 April 2021
PETITION: YOUTH CALLS ON EUROPE TO MOBILIZE FOR THE AMAZONIA

4 April 2021
PÉTITION: LA JEUNESSE APPELLE L'EUROPE À SE MOBILISER POUR L’AMAZONIE

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre