Le chef d’un village indigène de l’État de Rio de Janeiro meurt du Covid-19


Domingos Venite, 68 ans, était le chef de la plus grande tribu indigène de l’État.


Le cacique Domingos Venite
© Reprodução / TV Rio Sul

par Waleska Borges

Domingos Venite, 68 ans, chef de la tribu Guarani à Sapukai, localité d’Angra dos Reis, sur la côte de l’État de Rio de Janeiro, est mort à l’aube du mardi 21 juillet. Le chef, atteint du nouveau coronavirus, avait été admis au Centre de Traitement de Référence du Covid-19 (Santa Casa) dès le 23 juin. Domingos était le chef de la plus grande tribu indigène de l’État de Rio.
La ville d’Angra dos Reis a décrété un deuil officiel de trois jours en mémoire du cacique. Le gouvernement municipal a déclaré que l’indigène “avait reçu tous les soins nécessaires”.

Le village était isolé depuis le début de la pandémie. Selon la ville, le village de Sapukai compte 340 indigènes de la tribu Guarani. Au sein de cette dernière, 85 personnes ont été infectées par le coronavirus, 84 sont à présent guéries. Il y a actuellement 15 nouvelles suspicions de cas.

L’écologiste Sérgio Ricardo Verde Potiguara, membre du Conseil d’État pour les droits des indigènes (CEDIND-RJ), a déploré la mort du chef. Selon lui, l’État de Rio compte huit villages répartis dans trois municipalités (Maricá, Angra et Paraty). En 2010, l’IBGE (l’Institut brésilien de géographie et de statistiques) a recensé 15 865 indigènes dans l’État.

Selon le ministère de la santé de l’État, 147 cas de Covid-19 ont été rapportés depuis le début de la pandémie chez les indigènes vivant dans l’État de Rio de Janeiro, dont 88 à Angra dos Reis et 59 à Paraty. Un décès a été enregistré à Angra dos Reis.


© Folha De S. Paulo, 27/07/2020, traduit de l’anglais par Estelle Granié – Article original



Mis a jour le 2020-07-25 17:35:48

Haut de page