Élections présidentielles au Brésil : Bolsonaro, La haine en étendard


Lundi 8 octobre 2018, le monde s’est endormi en état de choc. Le Brésil a choisi Jair Bolsonaro a plus de 46% pour le premier tour de sa présidentielle et les défenseurs de l’environnement tremblent. Homophobe, raciste, misogyne, ouvertement anti écologie, cet homme est censé incarner le changement réclamé par les brésiliens. Au second tour il sera face à Fernando Haddad, a recueilli un petit 29,3%. A moins d’un sursaut démocratique, le plus grand pays d’Amérique du sud vient de perdre son statut de paradis pour basculer en enfer.


La une du journal Libération, vendredi 5 octobre 2018.

Les yeux du monde entier sont tournés vers le Brésil, dont la campagne présidentielle réveille des démons que l’on croyait disparus. La situation émeut tous les médias européens, unanimement inquiets devant la candidature de Jair Bolsonaro (PSL).

Au lieu de débattre (il se dit lui même ignare en économie), il provoque : son discours politique est placé sous le signe d’une profonde intolérance envers toutes les minorités. A cause de lui, les appels à la haine et les dérives religieuses se multiplient sur les réseaux sociaux, à un niveau jamais atteint au Brésil. Les « cibles », c’est lui qui les désigne : les femmes, les homosexuels, les indiens et les noirs. Ses propos déshumanisants évoquent l’époque de l’esclavage et les heures les plus sombres de l’histoire mondiale.

Dès 1985, Bolsonaro affirmait que le pays était « en train de perdre la région du nord au profit de personnes qui ne veulent pas savoir le risque que représentent les présidents indiens avec une frontière entre leurs mains ». Il explique volontiers que l’attribution de zones aux communautés autochtones est un préjudice causé à l’industrie agroalimentaire et à d’autres intérêts commerciaux : « Si vous souhaitez construire une centrale hydroélectrique, à Roraima ou à Valdo Ribeiro par exemple, c’est impossible, compte tenu de l’étendue des terres autochtones, des quilombolas, d’une station écologique et des parcs nationaux. Il est temps de mettre fin à cette politique qui étouffe le Brésil ». Son colistier, le général Antonio Hamilton Mourao, a déclaré que « le Brésil a hérité des indiens son indolence et des africains sa roublardise ». Le décor est planté…

Après la poussée du lobby agricole (bacada ruralista), c’est donc une nouvelle menace encore plus grave qui pèse sur l’écologie et les populations autochtones du Brésil. En un siècle, les indigènes sont passés de 4% de la population à moins de 0,4%. Avec Bolsonaro, ils pourraient facilement disparaître.

#EleNao (pas lui)

– par Dom Isolinde –



Mis a jour le 2020-12-15 15:50:59

Haut de page

A la une

Territoires indigènes en dan...
UN LIVE MONDIAL AU SECOURS D...

LIVE LE 18/02 à 20h
Mobilisation mondiale pour l...

Privatisation du mot "planèt...
Les associations se mobilise...

Belo Monte
La justice brésilienne recon...

Jaguars
Plus que jamais menacés

Barrage de Belo Monte
Le combat continue

Terres indigènes au Brésil
Victoire pour les Tupi-Guara...

Incendies au Brésil
2020, année catastrophe

Orpaillage illégal
L'armée péruvienne à l'offen...

Déforestation
Des voies pour agir

Polémique au Brésil
Pour Bolsonaro les ONG sont ...

Drame au Brésil
Tué en protégeant un peuple ...

Nouvelle menace pour les ind...
Ces projets ferroviaires qui...

Retour sur deux catastrophes
Barrages miniers : le désast...

Covid-19 : Raoni hors de dan...
Les informations rassurantes

La Chine, meilleure alliée d...
Le géant asiatique prédateur...

L'Europe complice de Bolsona...
Une tribune pour que cela ce...

Covid-19 : protégeons les ga...
Opération 2 : l'Alliance des...

Risque de génocide au Brésil...
Les indigènes abandonnés au ...

CANAL PLUS attaque Planète A...
La "Planète" appartient-elle...

Interview de Valérie Cabanes...
Planète Amazone demande un d...

Attention aux fake news à pr...
Notre rapport à la différenc...

Coronavirus : inquiétude che...
Le cacique Raoni appelle à l...

Les biocarburants contribuen...
Le rapport accablant des ONG...

Le S.O.S.  du peuple Yanomam...
Bolsonaro soutien une nouvel...

BNP Paribas cible de chefs i...
pour son rôle dans la destru...

Les fausses promesses de l’h...
Déclaration conjointe d’orga...

TERRA LIBRE
Regardez toutes les vidéos d...

L'ALLIANCE DES GARDIENS DE M...
Un mouvement mondial pour la...

Connaître Planète Amazone
Lire notre historique

Soutenez Planète Amazone
Faites un don mensuel ou pon...

Actus

Agenda

[Evénements publics]
18 février 2021
LIVE MONDIAL "PROTÉGEONS L’AMAZONIE”: RAONI, GOODALL, WATSON, HULOT ET BIEN D’AUTRES
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
02 novembre 2020 - 06 novembre 2020
TERRA LIBRE : avant-premières Grand Est
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
11 octobre 2020 - 15 octobre 2020
TERRA LIBRE : avant-premières ALPES
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
08 février 2020
Avant-première de 'Terra Libre' en Bretagne !
Lire la suite

[Festivals / conférences / colloques]
27 octobre 2019
DROITS DE LA TERRE : LE TEMPS DE L'ACTION - Un après-midi avec l'Alliance des G...
Lire la suite

[Festivals / conférences / colloques]
23 octobre 2019 - 24 octobre 2019
URGENCE PLANÉTAIRE CLIMAT / BIODIVERSITÉ : rebâtir avec les peuples autochtones pour sortir de l’impas...
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

17 February 2021
Protégeons l'Amazonie : Valdelice VERON, le cri du peuple Guarani-Kaïowa

15 February 2021
NICOLAS HULOT : Depuis la COP21, quels progrès pour les revendications des peuples indigènes ?

15 February 2021
“Il est important de reconnaître la Terre Mère comme sujet de droit” - Cacique NINAWA (Brésil)

3 February 2021
LIVE MONDIAL LE 18.02 : "PROTÉGEONS L’AMAZONIE MAINTENANT !" AVEC RAONI, WATSON, GOODALL...

1 December 2020
#Rivers4Recovery : un appel mondial à protéger les rivières

14 October 2020
TERRA LIBRE, débat avec Gert-Peter Bruch au Ciné Actuel, Annemasse

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre