Les demandes en eau du barrage de Belo Monte mettent en danger les communautés amazoniennes et l’environnement


 La construction du barrage de Belo Monte est l’une des thématiques principales abordées dans le film Terra Libre réalisé par Gert-Peter Bruch et produit par Planète Amazone. Ce barrage, imaginé dès la dictature militaire et dont la première tentative de construction a été bloquée par les chefs Raoni et Paiakan avec l’aide de Sting dans les années 1980, a débuté en 2011 sous l’égide de la présidente Dilma Rousseff malgré les nombreuses oppositions. Quelques années plus tard, en 2015, la COP21 à peine achevée, le barrage Belo Monte a été mis en activité. Il a été construit sur le fleuve Xingu avec l’aide de compagnies européennes. Ce barrage, présenté comme une solution verte, a en réalité provoqué écocide et ethnocide.  La déforestation liée à la construction du barrage est estimée équivalente aux villes de Londres, New-York, Moscou et São Paulo réunies. Plusieurs milliers d’indigènes se sont vus expulsés de leurs terres, des peuples entiers ont été déplacés. Certaines zones du fleuve Xingu ont été fortement asséchées à la suite de la construction quand d’autres espaces ont été inondés. Ces changements catastrophiques ont également réduit la quantité de poissons dont la survie des indigènes dépend. C’est ce dont il est question ici. 

Norte Energia, le constructeur et l’exploitant du barrage géant controversé de Belo Monte, fait pression pour mettre en œuvre un « hydrogramme de consensus » très contesté. Il s’agit d’un plan visant à manipuler annuellement les libérations d’eau dans la Volta Grande (grand virage) du fleuve Xingu – en avril, le pic des débits d’eau libérée a été estimé à seulement 4 000 à 8 000 m3/s.
Notant que le débit moyen de la Volta Grande en avril avant la construction du barrage était habituellement de 19 985 m3/s, les analystes affirment que cette pénurie d’eau empêchera la reproduction annuelle des poissons et mettra en péril ces espèces. Un expert de la Volta Grande estime que si le plan de l’hydrogramme dit de consensus est suivi, au moins 80 % des poissons de la Volta Grande périront.
Les documents écrits par l’IBAMA, l’agence environnementale brésilienne, qui ont été rendus publics pour la première fois le 3 décembre, reconnaissent les « impacts graves et irréparables » du barrage de Belo Monte, et signalent un besoin urgent de réviser l’hydrogramme de consensus prévu par Norte Energia.
Selon deux études récentes, la quantité de poissons comprise dans les régimes alimentaires des habitants de la zone d’influence de Belo Monte diminue considérablement, ce qui entraîne une insécurité alimentaire. Norte Energia affirme que les quantités de poisson vendues dans la région restent les mêmes, mais leurs données pourraient masquer une augmentation significative de l’effort de pêche, et la nécessité de pêcher à plus grande échelle, au-delà des zones de pêche habituelles.


Lorena Curuaia, cheffe du peuple Curuaia, se tient au confluent du ruisseau Ambê et du fleuve Xingu en novembre, lorsque le débit a atteint un niveau historiquement bas et que des milliers de poissons sont morts. Image reproduite avec l’aimable autorisation de Lilo Clareto.

 

Lorena Curuaia tente de sauver des poissons pris dans la boue au confluent du ruisseau Ambê et du fleuve Xingu sur le réservoir du barrage de Belo Monte. Lorena, cheffe du peuple indigène Curuaia du village d’Iawá sur la Volta Grande du Xingu, qui étudie la médecine à Altamira, ne peut plus atteindre son village en bateau comme elle le faisait autrefois, car les débits des cours d’eau contrôlés par Norte Energia sont trop faibles. Image reproduite avec l’aimable autorisation de Lilo Clareto.

 

ALTAMIRA, ÉTAT DU PARA – Les poissons étouffent ; leurs branchies sont en furie, alors qu’ils sont échoués dans quelques centimètres d’eau boueuse, piégés dans les flaques isolées des affluents du Xingu, dans la zone d’influence du barrage de Belo Monte et de ses réservoirs.

C’est ce qui s’est passé fin octobre et début novembre 2020, lorsque le niveau des ruisseaux de Trindade, Ambê et Altamira a été réduit à un filet d’eau, empêchant les pêcheurs d’amener leurs bateaux sur le Xingu pour pêcher, alors même que des milliers de poissons mourraient.

Lorena Curuaia, du peuple indigène Curuaia, s’est rendue au ruisseau  d’Ambê avec des amis pour tenter de sauver des poissons, en ramassant les poissons échoués et en les déplaçant vers le Xingu. « Mais où était Norte Energia ? », a-t-elle demandé, faisant référence à l’absence du propriétaire et de l’exploitant du barrage. Des équipes de l’IBAMA, l’agence environnementale brésilienne, se sont rendues  à certains tronçons du cours d’eau pour sauver des poissons. « Mais ce n’était pas suffisant. Il y a 130 kilomètres de rivière touchés. Combien de poissons sont morts ? »

Lorena et Bel Juruna, du peuple indigène Juruna (Yudjá), ont toutes les deux déclaré à Mongabay que Norte Energia n’a pas effectué de surveillance écologique en 2020 comme l’exige son permis d’exploitation, malgré les précautions prises contre le coronavirus. Norte Energia n’a pas répondu aux multiples demandes de commentaires concernant cette histoire.

 

Le 2 novembre 2020, alors que le débit du réservoir du barrage de Belo Monte baissait à un niveau historiquement bas et que des poissons étaient échoués de toutes parts, Lorena Curuaia est allée avec des amis sauver des poissons échoués et les remettre dans le fleuve Xingu. Elle tient dans ses mains un poisson acará mort. Image reproduite avec l’aimable autorisation de Lorena Curuaia.

 

Le manque d’eau, un problème permanent à Belo Monte

Depuis 2016, les autorités ont enregistré une mortalité importante chez les poissons du fleuve Xingu près du barrage géant. Les habitants de la région établissent un lien entre les épisodes récurrents de mortalités de poissons et les faibles libérations d’eau de Norte Energia tout au long de l’année. Cette situation a créé des conditions qui, selon les experts, ont empêché la reproduction des poissons, réduit les populations de poissons et de tortues, et eu un impact négatif sur la pêche commerciale et de subsistance, autrefois florissante, dans la Volta Grande (grand virage).

« Norte Energia ne contrôle pas seulement l’eau, mais aussi les populations. Nous sommes les plus touchés. Il n’y a plus de reproduction [des poissons]. Nous nous battons pour rétablir cette situation en 2021 », a déclaré Lorena Curuaia à Mongabay (par téléphone, le 6 décembre).

Les riverains ont réagi aux actions de Norte Energia avec colère et protestation : du 9 au 12 novembre, Lorena et 150 habitants (les peuples indigènes Juruna, Curuaia et Xipaya, ainsi que les pêcheurs traditionnels non indigènes) ont bloqué la Route transamazonienne, vitale pour le pays, près d’Altamira.

Leurs demandes à l’IBAMA comprennent la création d’un comité du bassin du Xingu, composé de scientifiques indépendants et de résidents, pour étudier le rejet des eaux du barrage et prendre des décisions à ce sujet. Ils demandent également « d’établir un “hydrogramme” définitif pour garantir la survie du fleuve, de la faune, de la flore et des riverains ». Ces derniers ont demandé à l’IBAMA de suspendre la licence d’exploitation du barrage en raison de sa « violation des droits de l’homme et de l’environnement ».

Depuis 2015, le fleuve Xingu ne coule plus librement dans la région: il dépend du régime hydrologique artificiel imposé par Norte Energia. Le terme « hydrogramme de consensus » (hidrograma de consenso) fait référence au plan controversé proposé par Norte Energia pour réduire drastiquement le débit du fleuve Xingu (exprimé en mètres cubes par seconde ; m3/s).

Cet hydrogramme artificiel a été conçu par l’Agence nationale de l’eau ; puis Norte Energia l’a adopté, malgré les recommandations de l’équipe technique de l’IBAMA qui s’est prononcée contre sa mise en œuvre en 2009, estimant que l’hydrogramme dit de consensus était incompatible avec le maintien de l’écosystème.

Le professeur Juarez Pezzuti de l’Université fédérale du Pará se souvient : « L’hydrogramme que la société appelle “hydrogramme de consensus” n’a jamais impliqué de consentement. [L’entreprise] l’a appelé ainsi parce que cela sonnait bien. Mais il n’y a jamais eu de consentement de qui que ce soit – ni du procureur fédéral, ni de la communauté académique qui suit Belo Monte, et encore moins des populations de pêcheurs ».

 

Le panneau indique : « DE L’EAU POUR LA VOLTA GRANDE !!! #PIRACEMA2021. » Le terme Piracema désigne la migration annuelle des poissons dans les forêts qui se trouvent  le long de la Volta Grande (Grand virage) du Xingu et qui sont inondées en saison. À la mi-novembre, 150 habitants – des indigènes Juruna, Curuaia et Xipaya et des pêcheurs non indigènes – ont bloqué la Route transamazonienne près d’Altamira pour demander à Norte Energia de libérer suffisamment d’eau pour que les poissons puissent se reproduire en mars-mai 2021. Image reproduite avec l’aimable autorisation de Xingu Vivo Para Sempre.

 

#Piracema2021

Le mois dernier, des manifestants ont bloqué la Route transamazonienne et ont défilé en brandissant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : « Depuis deux ans, les poissons n’ont pas fait le PIRACEMA », un mot qui fait référence à la période annuelle pendant laquelle les poissons migrent. Il s’agit d’une période saisonnière pendant laquelle le fleuve Xingu déborde dans la forêt alluviale, riche en goyaves, figues et autres fruits à peine mûrs, fournissant des calories essentielles qui aident les poissons à frayer et à élever leurs alevins à l’abri de la forêt inondée.

En utilisant le hashtag #Piracema2021, les manifestants ont exigé que Norte Energia libère des débits d’au moins 16 000 m3/s de novembre à avril de chaque année afin d’assurer la survie des poissons et des tortues. Dans un article scientifique publié en novembre 2019, l’auteur principal Jansen Zuanon et son équipe, de l’Institut national de recherche sur l’Amazonie au Brésil, ont conclu qu’un débit d’au moins 15 000 m3/s est nécessaire entre  mars et mai pour maintenir le stock de poissons et de tortues dans le cours d’eau. Mais Norte Energia veut libérer beaucoup moins d’eau, à peine  4 000 à 8 000 m3/s.

 

Les manifestants locaux bloquent la Route transamazonienne près d’Altamira. Ils rejettent le soi-disant « hydrogramme de consensus » de Norte Energia et demandent un nouveau régime hydrologique pour les 130 kilomètres de la Volta Grande sur le fleuve Xingu, qui garantira la vie « de la faune, de la flore et des riverains ». Image reproduite avec l’aimable autorisation de Xingu Vivo Para Sempre.

 

En octobre, Bel Juruna a envoyé un message audio à Mongabay, demandant : « Comment pouvez-vous vivre pendant la saison des basses eaux alors que le fleuve est dévié ? » Le barrage géant de Belo Monte dévie l’eau qui, autrement, se dirigerait vers la Volta Grande (Grand virage) qui s’étend sur 130 kilomètres du fleuve Xingu, le long duquel elle vit. En conséquence, les débits relâchés le 6 novembre par Norte Energia dans la Volta Grande sont tombés à 643 m3/s, restant en dessous des 700 m3/s prescrits par l’Agence nationale de l’eau pour la période du 4 au 9 novembre.

« Nous subissons de nombreuses conséquences négatives. Dans [l’hydrogramme de Norte Energia] tel qu’il est proposé, les conditions n’existent pas pour avoir de la vie sur la Volta Grande. C’est une violation de [nos] droits. C’est une extermination de la Volta Grande par Norte Energia », a déclaré Bel Juruna.

Le groupe indigène Juruna demande une consultation sur le régime des eaux du barrage dans les deux territoires indigènes de la Volta Grande et pour les communautés riveraines, comme l’exige, selon eux, la Convention 169 de l’Organisation internationale du travail, un accord international dont le Brésil est signataire.

« C’est notre eau. Nous devons être consultés », explique Bel Juruna, qui ajoute que les populations indigènes n’ont jamais été consultées au préalable sur la construction du barrage, comme l’exigeait également l’OIT 169.

 

Poissons morts en octobre 2020 sur le cours d’eau Trindade, un affluent du Xingu, où ils se sont échoués à cause des faibles débits du réservoir du barrage de Belo Monte. Bel Juruna a déclaré : « Nous avons besoin du fleuve Xingu. Mais le Xingu a aussi besoin de nous ». Image reproduite avec l’aimable autorisation de Raimunda Gomes da Silva.

 

Le Belo Monte menace déjà de décimer les populations de poissons

Entre-temps, Norte Energia a intenté un procès à l’IBAMA pour être autorisée à réduire le débit du Xingu encore plus que les niveaux actuels et pour mettre en œuvre l’hydrogramme de consensus, en détournant 80 % du cours d’eau pour alimenter les turbines de Belo Monte, afin de répondre aux besoins énergétiques contractuels des clients et de dégager un bénéfice pour l’entreprise.

L’exploitant du barrage a fait valoir que sans cela, Norte Energia perdrait de l’argent et « effraierait les investisseurs ». Les actionnaires, dont l’actionnaire majoritaire Eletrobras, ont réagi avec anxiété face à l’incertitude sur les débits des barrages. Norte Energia aurait apparemment subi des pertes financières et a envoyé une lettre à l’Agence nationale de l’énergie électrique le 2 décembre, pointant du doigt une « frustration des revenus » d’un montant total de 168 millions BRL (33,5 millions USD) sur une ligne de transmission manquante, indiquant que les problèmes « pourraient même rendre l’équilibre économico-financier de Belo Monte inviable ».

Dans le cadre du procès,  Norte Energia revendique le droit de tester l’hydrogramme pendant six ans, en affirmant que les populations de poissons de la Volta Grande sont stables.

Cependant, l’IBAMA a soumis au tribunal des rapports techniques montrant que le barrage a eu de graves impacts, qui existaient avant l’hydrogramme de consensus et subsisteraient même s’il n’était pas adopté. Le 25 novembre, l’action en justice de Norte Energia a été rejetée pour la deuxième fois. Un juge fédéral a rappelé à l’entreprise que, lorsqu’elle avait reçu sa licence d’exploitation, l’IBAMA s’était réservé le droit de modifier les conditions en cas d’impacts environnementaux ou sociaux inattendus.

Ces impacts se sont avérés : le rapport publié en octobre par l’IBAMA décrit « une réduction quantitative des échantillons de poissons en 2018 ; une modification significative de l’abondance, de la richesse, de la composition, de la taille, des activités de reproduction, de la structure trophique, etc., des espèces de l’ichtyofaune dans la zone d’influence de l’UHE Belo Monte (usine hydroélectrique de Belo Monte) en 2018 [et, de manière significative, au-delà] ; une diminution de la taille et du poids du pacu », un poisson qui était la principale source de protéines des riverains.

Le tribunal a estimé que « les procédures d’atténuation [menées par Norte Energia] pour la pêche ne réduisent pas les impacts comme il se doit, et les compensent encore moins ».

Des documents internes de l’IBAMA, qui ont fait surface le 3 décembre, font état d’ « impacts graves et irréversibles » sur l’écosystème du Xingu, le pire étant en cours. La direction de l’IBAMA a signalé que Norte Energia devrait réviser l’hydrogramme de consensus, sans toutefois donner de détails.

 

Graphique de Tiffany Higgins ; données de l’IBAMA et de Norte Energia.

 

Le document de l’IBAMA indique : « La survie et le maintien de l’ensemble de l’écosystème de la Volta Grande et de tous les modes  de vie des communautés ne peuvent pas faire l’objet de tests lorsqu’il existe des preuves et des indications claires et accablantes d’impacts graves et irréversibles qui se sont déjà produits et se poursuivent actuellement ».

 

Au moins 80 % des poissons pourraient périr

Le chercheur Zuanon étudie la Volta Grande depuis 1996, bien avant la construction du barrage. Il a écrit à Mongabay en indiquant que l’hydrogramme proposé par Norte Energia serait une catastrophe écologique : « [L]e volume d’eau reflète la quantité d’habitats disponibles pour les poissons, [ainsi] la réduction prévue [de l’hydrogramme] d’environ 80 % de la quantité d’eau dans la Volta Grande pendant la période de basses eaux entraîne forcément une réduction proportionnelle des populations de poissons, soit une réduction de 80 % de la population. »

Il n’est même pas certain que les 20 % de volume d’eau restants puissent garantir la survie de 20 % de l’habitat aquatique. Il précise que, sans la végétation actuelle qui offre un abri aux poissons, la Volta Grande pourrait connaître « des pertes de population bien plus importantes que celles prévues par la réduction du volume d’eau ». De même, la forêt riveraine, qui n’est plus inondée à chaque saison, connaîtrait sa « mort fonctionnelle », explique Zuanon.

En décembre 2019, lorsque l’hydrogramme de consensus de Norte Energia devait initialement entrer en vigueur, l’IBAMA l’a suspendu. Constatant un manque de preuves scientifiques pour soutenir l’affirmation de l’entreprise selon laquelle une réduction du débit de 80 % pourrait maintenir les populations animales, l’IBAMA a ordonné à Norte Energia de réaliser davantage d’études. L’IBAMA a autorisé l’hydrogramme B (8 000 m3/s en mars 2020), puis a donné un hydrogramme provisoire, dont le pic est de 13 400 m3/s en avril, en attendant  que des études supplémentaires soient soumises.

Selon Zuanon, l’hydrogramme de consensus de Norte Energia « signifie le passage d’un volume d’eau sur la Volta Grande bien moindre à celui normalement observé dans cette région.[…] L’hydrogramme A est particulièrement dangereux, car la quantité d’eau prévue pour passer à travers ce tronçon [de la rivière] pourrait alors être beaucoup plus faible que les niveaux d’étiage les plus bas enregistrés jusque-là. Le niveau annuel le plus élevé de l’hydrogramme est de 4 000 m3/s pendant la période de reproduction d’avril, soit une réduction à 1/5 des débits moyens habituels de 19 985 m3/s. En décembre 2019, l’IBAMA a déclaré l’hydrogramme A inviable.

Selon Juarez Pezzuti, la survie des poissons et des tortues nécessite des niveaux de débit adéquats et des périodes d’inondation continues, deux éléments essentiels pour la reproduction. Les débits historiques ont constamment enregistré un minimum moyen de 15 500 m3/s de mars à mai. Mais l’hydrogramme B de Norte Energia, le plus élevé, prévoit un pic de seulement 8 000 m3/s en avril, et descend à 4 000 m3/s en mars et à 5 200 m3/s en mai. Sous ce régime d’écoulement, les tortues et les poissons ne pourraient pas entrer dans les forêts pour frayer ou se nourrir, car elles ne seraient pas inondées. Les fruits tomberaient alors sur un sol sec, comme cela s’est produit en 2016, une année particulièrement sèche en raison d’El Niño.

Selon Bel Juruna, ce que les populations riveraines vivent actuellement à cause du barrage «est déjà un changement très drastique de notre environnement, dans notre écosystème ici. Et avec cette proposition d’hydrogramme, ce sera l’extermination complète de la Volta Grande ».

« Qui parlera au nom du fleuve ? Qui parlera au nom des poissons, sinon nous ? »

 

Bel Juruna et son frère, Giliarde Juruna, lors d’une rencontre en mars 2016 avec la Rapporteuse spéciale des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, Victoria Tauli-Corpuz. Bel déclare que l’hydrogramme de consensus (le régime hydrologique de basses eaux proposé par l’opérateur du barrage de Belo Monte, Norte Energia) est une violation des droits de l’homme. Image reproduite avec l’aimable autorisation de Todd Southgate.

 

2016 : L’hydrogramme de consensus, un test sur la nature

À partir de 2014, avant que le barrage ne soit opérationnel, l’Institut socio-environnemental (ISA), organisation à but non lucratif, a collaboré à un projet indépendant de suivi de la pêche avec les Juruna du village de Mïratu, dans le territoire indigène de Paquiçamba. Dans le cadre de cette étude, Bel et d’autres villageois ont compté toutes les protéines animales consommées lors des repas, les heures passées à pêcher, les outils de pêche utilisés et les espèces de poissons capturées.

Les résultats : en 2014, 53 % du régime alimentaire des Juruna provenait du poisson, et 26 % venait de produits à base de viande achetés dans le commerce. En 2017, après la mise en service du barrage, ces pourcentages se sont presque inversés, avec seulement 32 % de l’alimentation indigène provenant du poisson et 60 % de la viande achetée. Bel Juruna, qui est infirmière, rapporte que les changements de régime alimentaire ont entraîné une augmentation des maladies et de la prise de médicaments.

Juarez Pezzuti, auteur principal de « XINGU, o rio que pulsa em nós » (littéralement : « Xingu, le fleuve qui bat en nous »), un rapport résumant la surveillance des poissons par le peuple Juruna, rappelle comment le grave phénomène El Niño a affecté les débits des cours d’eau en 2016, les faisant tomber « d’une moyenne de 20 000 m3/s en avril au cours des 89 dernières années, à seulement 10 000 m3/s », mais toujours au-dessus des niveaux proposés par l’hydrogramme. Incapables de pénétrer dans la forêt inondée pour manger des fruits, les poissons sont devenus malades et plus petits, et dans certains cas, non comestibles. Des poissons comme le curimatã ont été découverts avec « des œufs réabsorbés dans leur corps ».

Spécialiste des tortues, Pezzuti note qu’en 2016, le peuple Juruna a constaté « beaucoup de tracajás morts, très malades, maigres ». Les tracajás, ou tortues de rivière à points jaunes (Podocnemis unifilis) sont classées comme espèce vulnérable. « La plupart des tracajás ne se sont pas reproduites parce qu’elles n’avaient pas assez d’énergie » en raison du manque d’accès à la nourriture.

« C’était comme un message de la nature montrant ce que serait Belo Monte à l’avenir », une simulation dévastatrice des débits de « l’hydrogramme de consensus », qui seraient bien plus faibles qu’en 2016. C’était « une tragédie, et avec 8 000 m3/s, ce serait encore plus tragique. La déforestation du cours supérieur du Xingu dans le Cerrado [biome de la savane] a déjà des effets négatifs sur les niveaux d’eau. À 10 000m3/s en 2016, le faible débit n’a pas pu déborder dans les plaines inondables, ce qui  a provoqué une énorme dystopie pour la faune aquatique et les personnes qui vivent de ces animaux comme source d’alimentation et de revenus », a conclu Juarez Pezzuti.

Les effets du barrage sur les poissons se sont étendus après 2016. Priscila Lopes, professeur à l’université fédérale de Rio Grande do Norte, a analysé les données relatives aux quelque 22 000 repas consommés par les pêcheurs vivant sur les rives des réservoirs du Belo Monte entre 2012 et 2019 et a constaté que l’insécurité alimentaire y était également présente. Les chiffres reflètent une baisse spectaculaire de la consommation de poisson. En 2019, le poisson ne représentait plus que 34 % de l’alimentation des ribeirinhos (peuple riverain),alors qu’en 2012, avant le barrage, leur régime alimentaire était composé à 62 % de poisson. La consommation de pacu et de tucanaré pêchés en rivière a diminué, tandis que la quantité de pescada, prédominante dans les réservoirs des barrages, a augmenté.

Le nombre moyen de personnes mangeant à chaque repas a également diminué, passant de 4,8 en 2012 à 4,2 en 2019. « Nous ne savons pas exactement pourquoi », a déclaré Priscila Lopes. « Les études sur la pénurie alimentaire suggèrent qu’une réponse à un stade avancé [aux pénuries alimentaires] consiste à envoyer ailleurs les membres de la famille moins productifs, comme les enfants ou les adultes qui ne travaillent pas ».

 

Observé ici en octobre 2020, le faible débit du cours d’eau d’Altamira, dans le réservoir du barrage de Belo Monte, est tombé à un point tel que les pêcheurs n’ont pas pu sortir et utiliser leurs bateaux pour pêcher sur le Xingu, ce qui a aggravé l’insécurité alimentaire. Image reproduite avec l’aimable autorisation de Rodolfo Salm.

 

Les études erronées de Norte Energia sur la pêche dans la Volta Grande

Les consultants de Norte Energia ont étudié la vente de poisson, et non la pêche, ce qui a donné des résultats que certains scientifiques indépendants considèrent comme erronés. Un rapport publié en mars 2020 par des consultants de Norte Energia, Victoria Isaac et Tommaso Giarrizzo, affirme que les débarquements de poissons sont restés stables.

Juarez Pezzuti conteste ces méthodes d’étude, « basées sur les débarquements de poissons, où les pêcheurs prennent du poisson pour le vendre dans certains ports. Habituellement, une étude travaille sur les rendements de poisson en étudiant les prises par unité d’effort (CPUE). Les consultants de Norte Energia adoptent comme indicateur de capture par unité d’effort (CPUE) des kilogrammes de poissons en les divisant par les jours que chaque pêcheur a passés à pêcher, plutôt qu’en les divisant par les heures passées à pêcher ».

Le problème, explique M. Pezzuti, est que « la méthode masque l’effort réel des pêcheurs. Les consultants ne tiennent pas compte du fait que la pêche a duré 12 ou 14 heures. Ils ne savent pas combien d’heures il a fallu, ils ne se réfèrent pas à la méthode de pêche. Ainsi, si un pêcheur utilise une petite canne à pêche ou s’il a utilisé vingt filets pour obtenir un kilogramme de poisson, s’il a passé une heure à pêcher, ou toute la journée, c’est la même chose à leurs yeux. »

« La méthodologie limite la capacité de surveillance de Norte Energia à la détection de toute baisse de rendement des poissons », note M. Pezzuti. « Les pêcheurs pourraient utiliser de plus en plus de filets pour obtenir la même quantité de poissons, ce que les données [des consultants] ne montreront pas ». Lorsqu’il a été contacté pour réagir, Isaac n’a pas répondu. Giarrizzo a répondu que seul Norte Energia peut parler pour lui.

Alors que les pêcheurs, autrefois habitués à utiliser des cannes à pêche, constatent que les poissons disparaissent, ils doivent maintenant se déplacer plus loin, en utilisant des bateaux et des filets dans une recherche désespérée de nourriture, ce qui a pour effet de répartir les impacts environnementaux sur une plus grande zone géographique. La professeur Lopes développe : « Norte Energia donne aux pêcheurs du carburant, des bateaux à moteur et des centaines de filets de pêche pour qu’ils puissent pêcher plus loin de leur lieu de travail habituel. Cela ne résout pas le problème et  ne fera en fait qu’aggraver les impacts sur l’écosystème à long terme ».

Juarez Pezzuti précise qu’aucun port des territoires indigènes n’a été inclus dans l’étude menée par Norte Energia et « il n’y a aucune précision sur les zones exploitées pour la pêche ». Cependant, les mémoires écrits par les étudiants des consultants, qui utilisent les données des consultants, montrent que les pêcheurs « vendent maintenant des poissons de moindre valeur ».

  1. Pezzuti demande pourquoi les consultants de l’entreprise n’étudient que le poisson vendu, car les pêcheurs qui luttent pour trouver suffisamment de poisson pour leur consommation personnelle risquent de ne jamais en vendre dans les ports.

Ces roches exposées (photo prise le 7 novembre 2020) illustrent les débits historiquement faibles et les niveaux de basses eaux sur la Volta Grande du Xingu. Ce jour-là, les débits libérés par Norte Energia dans la Volta Grande sont tombés à 650,1 m3/s et sont restés en dessous des 700 m3/s prescrits par les autorités pour la période du 4 au 9 novembre. Image reproduite avec l’aimable autorisation de Lafayette Nunes.

 

Déclin de poissons uniques, adaptés aux rapides et qui enrichissent la biodiversité

Le bassin inférieur du Xingu compte 367 espèces de poissons, comme l’a confirmé par courriel Fernando Dagosta de l’Université fédérale de Grande Dourados. Cette extraordinaire biodiversité, ainsi que les eaux chaudes et cristallines de la rivière, ont fait de l’observation des poissons sur la Volta Grande une expérience enchanteresse, comparable aux seuls récifs coralliens, explique Zuanon.

Mais la situation a changé. Les poissons adaptés aux rapides sont ceux qui sont le plus touchés par la surinondation ou la sous-inondation d’un habitat étendu. Zuanon a envoyé à Mongabay une liste de quinze espèces de poissons menacées sur la Volta Grande, dont cinq espèces en danger critique d’extinction – Hypancistrus zebra, Paratrygon aiereba, Pituna xinguensis, Plesiolebias altamira et Simpsonichthys reticulatus ; ainsi que les espèces menacées Rhynchodoras xingui et Teleocichla centisquama.

« Les espèces les plus menacées sont celles qui dépendent des rapides et des environnements rocheux submergés pour survivre », explique Zuanon. Les poissons endémiques de la Volta Grande comprennent l’acari zébré impérial (Hypancistrus zebra ; beau et vulnérable à la contrebande du commerce des aquariums), l’acari zébré brun (Hypancistrus sp. L 174), le pleco à trois cornes à points blancs (Hypancistrus sp. L 17) et trois poissons-couteaux électriques vulnérables, Sternarchogiton zuanoni, Sternarchorhynchus kokraimoro et Sternarchorhynchus villasboasi, uniquement enregistrés dans les rapides et les chutes de la Volta Grande, et qui sont en grave danger d’extinction.

Si Norte Energia met en œuvre son hydrogramme de consensus, « les effets [environnementaux] au niveau local et régional dans l’ensemble du bassin du Xingu seront dramatiques, car ils brisent la structure des relations écologiques pour les organismes qui dépendent de cette interface entre les environnements terrestres et aquatiques », déclare Zuanon. « Nous risquons de perdre une zone exceptionnelle de rapides continus, d’environnements rocheux fluviaux et de végétation présents dans la Volta Grande qui n’a d’équivalent nulle part ailleurs sur la planète ».

« Les plantes n’ont aucun de moyen de parler, les poissons n’ont aucun de moyen de parler. L’eau n’a pas de moyen de parler », a déclaré Bel Juruna.

« Mais nous pouvons parler pour eux. »


© Mongabay, par Tiffany Higgins, le 16 décembre 2020 – Traduit de l’anglais par Catherine Meunier – Article original



Mis a jour le 2021-11-19 10:57:55

Haut de page

A la une

Actus

Agenda

[Agenda]
23 novembre 2021
Projection Terra Libre à Saint-Pierre-d'Oléron
Lire la suite

[Agenda]
22 novembre 2021
Projection Terra Libre à Marennes
Lire la suite

[Evénements publics]
18 novembre 2021
Projection/débat : Rendez-vous au cinéma l'Épée de bois à Paris
Lire la suite

[Evénements publics]
11 novembre 2021
Bruxelles : Mobilisation pour faire face à l'Accord UE-Mercosur
Lire la suite

[Evénements publics]
09 novembre 2021
ASSEMBLÉE DU MOUVEMENT INDIGÈNE
Lire la suite

[Evénements publics]
08 novembre 2021
Table ronde : « La protection de la planète : Garde sacrée et la loi d’écocide...
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

9 November 2021
COP26 : Le Cacique Ninawa et Mindahi Bastida dénoncent les fausses solutions de nos dirigeants

9 November 2021
COP26 : Mindahi Bastida appelle à l’action, maintenant !

9 November 2021
Ouverture de la COP26 : l'hommage de Tom Goldtooth à un chef défunt.

22 August 2021
[RT France] l'accaparement du mot «planète» par le groupe Canal+

17 June 2021
Brésil : Valdelice Veron dénonce le projet de loi PL 490/2007 menaçant les terres indigènes

5 April 2021
PETIÇÃO: JUVENTUDE CONVOCA A EUROPA PARA MOBILIZAR PELA AMAZÔNIA

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre