Lutte contre la dévastation : les indigènes réclament une loi pour la protection de la Mata Atlântica à São Paulo.


Le projet de loi #CinturãoVerdeGuarani (ceinture verte Guarani), encore en attente de validation par la mairie, a été élaboré par les Guarani qui vivent à la périphérie de São Paulo.


Indigènes Guarani Mbya de la Terre indigène Jaraguá lors d’une manifestation pour la démarcation à Brasilia.
© Crédit photo : Tiago Miotto/Cimi

Alors que le Brésil assiste au déni du gouvernement face à la dévastation causée par les incendies dans le Pantanal et en Amazonie, les communautés du peuple Guarani qui vivent à São Paulo proposent des solutions face à la crise environnementale et renforcent leurs propres moyens de protection de la Mata Atlântica.

Grâce au projet de loi du #CintrurãoVerdeGuarani (PL 181/2016), actuellement en cours de traitement à la mairie de São Paulo, les habitants Guarani des Terres indigènes Jaraguá, au nord-ouest de la ville, et Tenondé Porã, à l’extrême sud, demandent l’aide de la municipalité pour la protection, la réhabilitation et la protection des forêts et des ressources hydriques dont ils sont responsables.

S’il est approuvé, il permettra la mise en place d’une politique municipale pour le renforcement environnemental, culturel et social des Terres indigènes. Ces zones sont reconnues par le Plano Director de São Paulo (plan directeur de São Paulo) et travaillent à la protection de certains des principaux restes de forêts de la ville. Selon les données datant d’avril 2020, plus de 7 millions de mètres carrés de la Mata Atlântica de la ville ont été détruits ces cinq dernières années.

Le PL 181 a été voté à l’unanimité lors du premier tour de scrutin par la municipalité. Les leaders indigènes et leurs partenaires luttent maintenant pour qu’il soit également approuvé lors du second tour, toujours en 2020, et qu’il soit approuvé par Bruno Covas (Parti de la social-démocratie brésilienne). La proposition, déposée en 2016, a reçu l’appui de dix parlementaires de différents partis, comme le parti des travailleurs (PT), le parti socialisme et liberté (PSOL), le parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB), le parti socialiste brésilien (PSB) et le parti social démocratique (PSD).

 

Nous vivons dans la forêt

Une ceinture verte existe déjà à São Paulo, grâce au nhandereko, nom donné au mode de vie des Guarani. Cette population rassemble plus de 2 300 personnes dans la ville et utilise ses savoirs traditionnels, transmis de génération en génération, pour préserver la nature et prendre soin de la terre et de la forêt.

« Nous ne sommes pas seulement consommateurs de la nature, nous sommes également facilitateurs du développement et de la protection pour la pérennité de la nature », explique Jera Pires de Lima, un des leaders responsables du retour de la culture des « aliments véritables », comme les appellent les Guarani de la Terre indigène Tenondé Porã.

Au total, plus de 50 variétés de patates douces, 16 variétés de maïs, 14 variétés de manioc, 10 variétés de haricots, et 11 variétés de courges, entre autres, sont de nouveau cultivées, grâce à une série d’actions de protection environnementale et culturelle, qui implique notamment la réhabilitation de zones dégradées à l’aide de semis de la Mata Atlântica, de la gestion des abeilles natives, des plans de visites, de nouvelles solutions d’assainissement et de protection des sources et des cours d’eau, comme le fleuve Capivar – le dernier cours d’eau propre, au sud de la ville.

Depuis 2014, ces actions sont réalisées grâce au Programa Aldeias, une politique publique mise en place grâce aux Guarani et au Secrétariat de la culture. Dorénavant, il faut non seulement garantir de façon légale la continuité des initiatives à long terme, mais également les développer avec une politique publique de plus grande envergure. Outre la continuité du Programa Aldeia, la politique doit permettre aux agents des services publics de travailler avec les Terres indigènes et d’assurer la mise en place des Plans de gestion territoriale et environnementale et la consolidation des initiatives.

Elle prévoit notamment, entre autres, l’inscription de la culture Guarani au patrimoine de la ville de São Paulo, le renforcement de la gestion des zones indigènes en coopération avec les unités de préservation, le soutien aux pôles d’écotourisme, la mise en place d’un plan de développement rural durable, et l’entretien des maisons d’agriculture écologique et des centres d’éducation et de culture indigène (Ceci) dans les villages. 


© Cimi, le 24/09/2020, traduit du portugais par Joana Ferreira Pires – Article original



Mis a jour le 2021-02-01 16:23:26

Haut de page

A la une

Signez la pétition
Amazonie : stop au double-je...

Protégeons l'Amazonie
Découvrez notre mini-série

LIVE LE 18/02 à 20h
Mobilisation mondiale pour l...

Territoires indigènes en dan...
UN LIVE MONDIAL AU SECOURS D...

Privatisation du mot "planèt...
Les associations se mobilise...

Belo Monte
La justice brésilienne recon...

Jaguars
Plus que jamais menacés

Barrage de Belo Monte
Le combat continue

Terres indigènes au Brésil
Victoire pour les Tupi-Guara...

Incendies au Brésil
2020, année catastrophe

Orpaillage illégal
L'armée péruvienne à l'offen...

Déforestation
Des voies pour agir

Polémique au Brésil
Pour Bolsonaro les ONG sont ...

Drame au Brésil
Tué en protégeant un peuple ...

Nouvelle menace pour les ind...
Ces projets ferroviaires qui...

Retour sur deux catastrophes
Barrages miniers : le désast...

Covid-19 : Raoni hors de dan...
Les informations rassurantes

La Chine, meilleure alliée d...
Le géant asiatique prédateur...

L'Europe complice de Bolsona...
Une tribune pour que cela ce...

Covid-19 : protégeons les ga...
Opération 2 : l'Alliance des...

Risque de génocide au Brésil...
Les indigènes abandonnés au ...

CANAL PLUS attaque Planète A...
La "Planète" appartient-elle...

Interview de Valérie Cabanes...
Planète Amazone demande un d...

Attention aux fake news à pr...
Notre rapport à la différenc...

Coronavirus : inquiétude che...
Le cacique Raoni appelle à l...

Les biocarburants contribuen...
Le rapport accablant des ONG...

Le S.O.S.  du peuple Yanomam...
Bolsonaro soutien une nouvel...

BNP Paribas cible de chefs i...
pour son rôle dans la destru...

Les fausses promesses de l’h...
Déclaration conjointe d’orga...

TERRA LIBRE
Regardez toutes les vidéos d...

L'ALLIANCE DES GARDIENS DE M...
Un mouvement mondial pour la...

Connaître Planète Amazone
Lire notre historique

Soutenez Planète Amazone
Faites un don mensuel ou pon...

Actus

Agenda

[Evénements publics]
18 février 2021
LIVE MONDIAL "PROTÉGEONS L’AMAZONIE”: RAONI, GOODALL, WATSON, HULOT ET BIEN D’AUTRES
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
02 novembre 2020 - 06 novembre 2020
TERRA LIBRE : avant-premières Grand Est
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
11 octobre 2020 - 15 octobre 2020
TERRA LIBRE : avant-premières ALPES
Lire la suite

[Projections - Terra Libre]
08 février 2020
Avant-première de 'Terra Libre' en Bretagne !
Lire la suite

[Festivals / conférences / colloques]
27 octobre 2019
DROITS DE LA TERRE : LE TEMPS DE L'ACTION - Un après-midi avec l'Alliance des G...
Lire la suite

[Festivals / conférences / colloques]
23 octobre 2019 - 24 octobre 2019
URGENCE PLANÉTAIRE CLIMAT / BIODIVERSITÉ : rebâtir avec les peuples autochtones pour sortir de l’impas...
Lire la suite

Tout l'agenda

Vidéos récentes

5 April 2021
PETIÇÃO: JUVENTUDE CONVOCA A EUROPA PARA MOBILIZAR PELA AMAZÔNIA

4 April 2021
PETICIÓN: LA JUVENTUD LLAMA A EUROPA A MOVILIZARSE POR LA AMAZONÍA

4 April 2021
PETITION: YOUTH CALLS ON EUROPE TO MOBILIZE FOR THE AMAZONIA

4 April 2021
PÉTITION: LA JEUNESSE APPELLE L'EUROPE À SE MOBILISER POUR L’AMAZONIE

17 February 2021
Protégeons l'Amazonie : Valdelice VERON, le cri du peuple Guarani-Kaïowa

15 February 2021
NICOLAS HULOT : Depuis la COP21, quels progrès pour les revendications des peuples indigènes ?

  Accéder à la chaine vidéo

Newsletter

Rejoignez les Gardiens de la Terre