Tous les articles par Mathieu bonnet

Ce chef indigène adresse un message à Bolsonaro, candidat d’extrême-droite aux portes du pouvoir au Brésil

M. Jair bolsonaro, candidat à la présidence de la république, le projet de gouvernement que vous présentez se prétend le défenseur de la démocratie, mais il porte en attendant atteinte à la liberté des peuples indigènes lorsque vous dites que vous ne démarquerez aucune parcelle de terre pour les Indiens.

Bolsonaro, les démarcations de nos terres indigènes sont le fruit de nos conquêtes, de nos luttes et de nos efforts pour la défense de ce qui, de droit traditionnel, nous appartient.

Bolsonaro, de nombreuses nations indigènes continuent de se battre contre les puissants (agriculteurs et autres grands propriétaires terriens) pour la démarcation de leurs terres.

Bolsonaro, si vous remportez cette élection pour la présidence, vous devez respecter les terres des indigènes qui, de par leur droit traditionnel et constitutionnel, leur appartiennent.

Bolsonaro, le peuple brésilien à qui vous dites également appartenir, doit encore beaucoup aux peuples indigènes pour toute l’exploitation illégale des richesses naturelles qui ont été faites durant notre Histoire commune, sur des terres qui nous appartiennent traditionnellement ; cela a commencé dès la découverte du Brésil par l’extraction de bois, divers minerais de valeur, de diverses plantes médicinales ayant causé l’extermination d’indigènes et la disparition de nombreux peuples indigènes.

Bolsonaro, les terres, les forêts, les rivières, les plantes et les animaux que nous, peuples indigènes, préservons nous le faisons pas seulement pour nous, mais pour le bien de tout le Brésil et du monde entier.

Bolsonaro, nous les peuples indigènes, sommes les gardiens de toute cette richesse qui appartient au Brésil. Vous avez dit que vous allez changer le Brésil. vous ne changerez pas le Brésil. Si vous le souhaitez, vous pouvez vous déplacer en Europe, aux États-Unis d’Amérique ou dans tout autre lieu que le Brésil, qui est le nôtre et qui restera tel quel, pour toujours.

Bolsonaro, nous, les peuples indigènes, nous aimons la paix, nous voulons le respect et la liberté sur notre terre. MEBÊNGÔKRE NHO PYKA

Le 19 octobre 2018,
BEPKOROROTI alias Paulinho Paiakan Kayapo

Mis a jour le 2018-10-09 22:04:32

Haut de page