« FORÊT VIERGE » INSTRUMENTALISE UNE NOUVELLE FOIS LE CACIQUE RAONI DANS UNE VIDÉO


Si vous êtes tombés sur une vidéo postée par l’Association Forêt Vierge le 20 mai 2019, vous êtes sans doute choqués des reproches que le cacique Raoni a émis à l’encontre du fondateur de Planète Amazone, Gert-Peter Bruch, également membre du comité exécutif de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature. Nous le sommes aussi, mais nous ne sommes pas surpris. Avant de vous expliquer pourquoi, répondons immédiatement.


| Mise à jour du 12 septembre 2019 |

 

Les 22 et 23 août 2019, soit 3 mois après la publication de la vidéo ayant motivé le communiqué ci-dessous, Gert-Peter Bruch, fondateur de Planète Amazone, a retrouvé le cacique Raoni à Lindau, en Allemagne. Les retrouvailles ont été émouvantes et chaleureuses. Tous les documents mentionnés ci-dessous lui ont été remis en main propre et le cacique Raoni a confirmé qu’ils n’avaient pas été portés à sa connaissance auparavant. Le 23 août, Gert-Peter Bruch a filmé un message du cacique Raoni rapidement diffusé dans le monde entier et organisé sa participation au G7 ainsi qu’une interview avec l’AFP, qui, elle aussi, à eu un impact planétaire.

 

Les deux amis se sont revus quinze jours plus tard à Bordeaux, en marge du Festival Climax, pour une longue entrevue incluant l’équipe de Planète Amazone. Le cacique Raoni a remercié chaleureusement notre équipe pour nos éclairages quant aux démarches que nous avons entreprises pour protéger notre réputation et la sienne. Comme nous l’avons fait par le passé, nous continuerons à l’avenir à promouvoir sa lutte et ses engagements en faveur de la forêt et de ses peuples, avec tout le respect et l’amitié que nous lui portons.

Paris, le 22 mai 2019

Chers amis et soutiens,

si vous êtes tombés sur une vidéo postée par l’Association Forêt Vierge le 20 mai 2019 sur sa chaine youtube, vous êtes sans doute choqués des reproches que le cacique Raoni a émis à l’encontre du fondateur de Planète Amazone, Gert-Peter Bruch, également membre du comité exécutif de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature. Nous sommes nous aussi choqués, tristes surtout, mais pas surpris. Cette nouvelle instrumentalisation du cacique Raoni par l’Association Forêt Vierge est une tentative de se soustraire aux questions posées par notre récente enquête.

 

En ce qui nous concerne, nous ne fuirons pas nos responsabilités
et allons répondre immédiatement.

 

Très mal traduit, le cacique Raoni explique dans cette vidéo qu’il était venu demander en France à ses amis de l’aider à collecter des fonds pour rassembler des indigènes à Brasília. Le cacique Raoni mentionne ici sa venue en 2015 pour la COP21, organisée par Planète Amazone pour lancer l’Alliance des Gardiens de Mère Nature ( http://allianceofguardians.org/fr/ ), un mouvement pour la paix et les générations futures réunissant représentants indigènes et écologistes du monde entier. Planète Amazone travaille bénévolement depuis 2013 à la création de ce mouvement et l’accompagne encore (voir la visite récente de la cacique Tanoné en France dans ce cadre). Quant aux amis dont le cacique Raoni indique qu’ils ont à travers Planète Amazone et pour l’Alliance aidé à collecter les fonds nécessaires à l’organisation de la Grande Assemblée de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature (ayant réuni à Brasília, en octobre 2017, 200 représentants indigènes et écologistes venus de près de 30 pays), il s’agit des deux parrains de Planète Amazone, Pierre Richard et Bernard Lavilliers, ainsi que Nicolas Hulot, Paul Watson, Hugues Aufray et accessoirement de nous, Planète Amazone, qui avons mis toute notre énergie à l’élaboration de cette campagne.

Les reproches du cacique Raoni sont les suivants: il affirme que Gert-Peter Bruch, fondateur de Planète Amazone ne lui a pas montré de document indiquant la somme d’argent collectée à travers l’appel au financement participatif « Rejoignez les gardiens de la Terre » (sur la plateforme HelloAsso) et en conclut que « Gert ne travaillait pas correctement », semblant vouloir justifier ainsi pourquoi la collaboration aurait été interrompue.

L’AFV fait délibérément preuve de malveillance en postant cette vidéo préjudiciable sans faire au préalable de vérifications sur les faits reprochés. D’autant qu’elle sait que le cacique Raoni ne sait pas écrire et qu’il parle et comprend difficilement le portugais. L’AFV, dont des images sur internet prouvent qu’elle continue à ne pas assurer de traduction en direct au cacique Raoni dans certain rendez-vous diplomatique, s’est d’ailleurs vue rappeler à l’ordre par le cacique Megaron, neveu et successeur annoncé du cacique Raoni, pour n’avoir pas tenue ses engagements de faire voyager le cacique Raoni avec son traducteur officiel, ce qui le rend très vulnérable. L’AFV affirme dans la description de sa vidéo de dénonciation postée sur youtube avoir fait appel à un huissier, cela ne garantit aucunement que ce que dit le cacique Raoni soit vrai.

Le cacique Raoni a-t-il été manipulé et tenu volontairement dans l’ignorance par son entourage ? Voici les éléments qui tendent à le démontrer :

1- La somme en question levée par Planète Amazone a toujours été visible et le reste à ce jour sur la page de collecte de la plateforme HelloAsso, que les intermédiaires du cacique Raoni connaissent (l’Instituto Raoni a autorisé l’utilisation de son nom et de son image pour cette collecte spécifique) :

https://www.helloasso.com/associations/planete-amazone/collectes/les-gardiens-de-la-terre

2- Un « état des lieux financier » a été envoyé à quatre intermédiaires du cacique Raoni dont le directeur de l’Instituto Raoni début août 2017, avec copie aux membres du comité exécutif de l’Alliance, lorsqu’il s’est agit de prendre une décision majeure pour la tenue de l’évènement. Il est à noter que les quatre délégués désignés par le cacique Raoni Metuktire n’ont participé à aucune des réunions préparatoires auxquels ils ont été convoqués par e-mail.

Version française du document :
http://planeteamazone.org/documents/AGMN/2017_08_05_AGMN_comite_directeur_ordre.pdf

Le document suivant émane de l’Instituto Raoni et prouve que l' »état des lieux financier » a servi au cacique Raoni a arrêter son choix définitif à partir de 3 options proposées pour la tenue de la Grande Assemblée de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature: http://planeteamazone.org/documents/AGMN/2017-08-09_IR_decision_AGMN.pdf

3- Le directeur de l’organisation brésilienne du cacique Raoni et un représentant du EDF (Environmental Defense Fund) lui ont déjà menti à ce sujet lors de la COP 23 devant trois membres indigènes de l’Alliance. Début novembre 2017, trois semaines après la tenue de la Grande Assemblée, Gert-Peter Bruch se rend à la COP 23 et rejoint le cacique Raoni à la fin d’une réunion publique. Dès qu’il l’aperçoit et devant de nombreux témoins, le cacique Raoni accuse en hurlant Gert-Peter Bruch de lui avoir volé de l’argent. Une réunion de médiation est organisée après cet événement choquant à l’initiative des membres de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature, sans que Gert-Peter Bruch puisse y participer. Le directeur de l’Instituto Raoni et un représentant du EDF y prétendent devant le cacique Raoni qu’ils n’ont pas été tenus au courant des sommes levées par Planète Amazone pour la Grande Assemblée. Or, deux membres indigènes du Comité Directeur ayant organisé la Grande Assemblée sont présents. Ils comprennent qu’il s’agit d’un mensonge, puisqu’ils ont reçu le même mail du 7 août. Ils en déduisent que l’entourage du cacique Raoni lui répète des mensonges depuis la préparation de la Grande Assemblée et qu’il a fini par les croire. Ils comprennent également que les propagateurs de ces mensonges cherche à éloigner le cacique de l’Alliance à cause de leur différence d’opinion sur les projets de compensation carbone, en raison d’importants enjeux financiers. Eux y sont favorables, et l’Alliance a réaffirmé sa position contre lors de la Grande Assemblée.

L’incident et les préoccupations des membres de l’Alliance ont été consignés dans le rapport de la réunion du Comité Exécutif de l’Alliance le 23 décembre 2017. Ce rapport ne peut en l’état actuel pas être rendu public.

4- Le rapport financier de la Grande Assemblée a été validé par le commissaire aux comptes missionné par Planète Amazone.

Depuis l’incident de la COP23, Planète Amazone et les membres de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature ont plusieurs fois tenté sans succès d’organiser une rencontre avec le cacique Raoni. Puisque ses intermédiaires font de la rétention d’information, les comptes de la Grande Assemblée n’ont pas été envoyés à l’Instituto Raoni, avec lequel Planète Amazone et l’Alliance ont pris leurs distances dès la fin 2017. Les comptes de la Grande Assemblée ont pourtant été préparés dès le 23 décembre 2017, et traduit en portugais fin janvier 2018 :
http://planeteamazone.org/documents/AGMN/AGMN_RELATORIO_FINANCERIO_GA2017_v1.pdf

Puis ils ont été révisés par un expert comptable et définitivement établis le 29 décembre 2018 http://allianceofguardians.org/doc/reports/AGMN_RAPPORT-FINANCIER_GA2017.pdf

Le commissaire aux comptes missionné par Planète Amazone a approuvé sans réserve la première version de ces comptes, et a confirmé cette approbation pour la révision finale.

La vidéo que vient de publier l’Association Forêt Vierge nous a obligé à faire des révélations pénibles, susceptibles de décourager le public de soutenir des initiatives pourtant essentielles. Il faut ajouter, pour appréhender la toxicité de cette mise en ligne, que depuis 2016 Jean-Pierre Dutilleux, fondateur de l’Association Forêt Vierge, organisateur de l’actuelle tournée en Europe du cacique Raoni Metuktire, est l’auteur ou l’instigateur d’une série d’actions frauduleuses particulièrement graves usant du nom et de l’image du cacique Raoni Metuktire et visant à l’éloigner de Planète Amazone et de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature et à détruire la réputation de ces deux entités.

Quelques exemples pour rappel :

– manipulation d’une leader indigène menacée de mort avec la complicité de Henri de Bontin, conseiller financier et vice-président de l’AFV, en utilisant le nom du Prince Albert II de Monaco : https://cutt.ly/DyDGFZ

– fabrication et diffusion d’un « faux » communiqué du cacique Raoni pour discréditer Planète Amazone alors qu’une campagne de crowdfunding au profit de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature est en cours et remporte un grand succès (opération menée avec la complicité de Henri de Bontin et du représentant kayapo Bemoro Metuktire) : https://cutt.ly/CyDVdK

– manipulations autour de la cérémonie funéraire de l’un des chefs indigènes les plus respectés d’Amazonie, Pirakuman Yawalapiti : https://cutt.ly/uyD3SW

– publication d’accusations sur la page Facebook de l’Association Forêt Vierge remettant en cause l’honnêteté de Planète Amazone relativement à l’organisation de la Grande Assemblée de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature, à Brasília, en octobre 2017

– tentative d’escroquerie au jugement dans le cadre d’une assignation en référé de Jean-Pierre Dutilleux visant à obtenir le retrait, par Planète Amazone, d’une vidéo dans laquelle le cacique Raoni le dénonce : https://cutt.ly/eyD4SC

Tristement, un contexte de conflits d’intérêts au sein même de l’organisation du cacique Raoni, l’Instituto Raoni, a favorisé le succès de cette entreprise malhonnête. D’une part le cacique Raoni dénonçait fermement à travers l’Alliance des Gardiens de Mère Nature les projets de compensation carbone et s’opposait à la marchandisation de la nature, de l’autre, les principaux bailleurs de fonds de son organisation, l’Institut Raoni, sont des promoteurs déterminés de ces mêmes projets, pour lesquels ils reçoivent des financements très importants de la part des Etats.

L’Institut Raoni est une organisation dont nous avons largement contribué au rayonnement par notre travail, pendant de nombreuses années. Quel intérêt son directeur aurait-il à mentir à notre sujet ? Pour le comprendre, il faut rappeler que Planète Amazone a financé en 2012, avec l’argent de donateurs français, un projet important de sécurisation de territoire du peuple du cacique Raoni. Bien que les fonds aient été transmis en un temps record à l’Institut Raoni, celui-ci n’a jamais réalisé le projet et nous avons appris bien plus tard que les fonds avaient été utilisés à une autre intention. Notre insistance à vouloir connaître la vérité, puis à vouloir ouvrir une conciliation pour résoudre cette situation, nous ont valu insultes et animosité de la part du directeur de l’Institut Raoni. Il a bien fallu que nous rendions des comptes à nos donateurs, la presse s’en est fait l’écho. Le cacique Raoni a-t-il seulement su ce qui se passait ? Lui qui ne sait ni lire, ni écrire et ne peut être joint directement par téléphone, est totalement tributaire du directeur de son institut pour la gestion de ses affaires. Les mensonges ou la rétention d’information peuvent donc avoir des effets redoutables. Plusieurs faits concordant nous indiquent que le directeur de l’Institut Raoni en a très probablement fait usage dans le but de nous écarter. Il n’est donc pas surprenant de constater que les reproches du cacique Raoni dans la vidéo de Forêt Vierge fassent écho aux mensonges faits aux membres directeurs de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature pendant la COP23 par le directeur de l’Institut Raoni.

Le cacique Raoni n’a jamais annoncé officiellement son départ de l’Alliance, toujours est-il que les communautés dépendantes de son Institut et celles du Haut Xingu ont commencé à accepter de participer au développement des projets de compensation carbone labellisés REDD+ à travers le programme allemand REM (REDD+ for Early Movers) et ceci quelques semaines à peine après la tenue de la Grande Assemblée de l’Alliance.

Nous espérons que les informations que nous sommes tenus de rendre publiques aujourd’hui finiront pas parvenir rapidement aux oreilles du cacique Raoni, afin que soit rétablie la vérité. Encore pour cela faudrait-il que certains personnages sans vergogne cessent d’instrumentaliser un homme que le monde entier respecte pour avoir dédié sa vie entière à la protection de la forêt amazonienne.

Planète Amazone



Mis a jour le 2019-10-11 12:07:47

Haut de page