En-tête

URGENT : APPEL À MOBILISATION
POUR BENKI PIYÃNCO DU PEUPLE ASHANINKA

Benki Piyãnco

Signez la pétition sur AVAAZ (en portugais – voir traduction ci-dessous) :

https://secure.avaaz.org/po/petition/Ministerio_Publico_do_Estado_do_Acre_e_1a_Vara_Criminal_de_Cruzeiro_do_Sul_Benki_Piako_pode_ser_condenado_criminalmente

Planète Amazone (France) s’associe à l’Alliance des Gardiens de Mère Nature (mouvement international), Indigenous Environmental Network (IEN - USA), Center for Earth Ethics (USA), Aquaverde (Suisse), Nice Future (Suisse), Nature Rights (France) pour appeler à soutenir une pétition visant à soutenir l’un des plus fervents ambassadeurs internationaux de la forêt amazonienne, sous le coup d’une persécution judiciaire pouvant mener à 8 années d’incarcération.

L’engagement de Benki Piyãnco du peuple Ashaninka en faveur de la protection de la forêt amazonienne et de ses gardiens, les peuples indigènes, ses programmes de reforestation et d’agroforesterie sont acclamés et récompensés dans le monde entier. C’est un homme de paix. Pourtant, le voilà poursuivi en justice au Brésil pour dénonciation calomnieuse, suite à sa demande de protection contre des propriétaires fonciers qui s'accaparaient les terres de son peuple. La justice, en plus de bâcler son enquête, s'est retournée contre le leader amazonien. Il risque à présent, selon la loi locale, jusqu'à 8 ans de prison. Son influence grandissante est apparemment devenue une menace trop importante pour tous ceux qui profitent de la destruction du poumon vert de la planète, indispensable à notre propre survie.

Nous ne pouvons pas laisser un homme qui œuvre pour le bien de l’humanité jeté en prison comme un vulgaire gangster ! Nous, qui ne sommes pas brésiliens, nous devons assumer en âme et conscience notre position de citoyen du monde et ne pas rester indifférents lorsque des représentants de minorités déjà si éprouvés depuis la conquête de leurs territoires sont ainsi menacés par une justice partiale et discriminante.

Dans un pays qui connaît le plus grand nombre de militants environnementaux assassinés au monde, qui s’avère incapable d’apporter une protection décente à des personnes qui risquent leur vie pour le bien commun, cette mascarade est particulièrement intolérable.

Les peuples autochtones du Brésil manifestent régulièrement pour le respect et le renforcement de leurs droits

Contexte :

Au Brésil, la persécution judiciaire n'est pas un phénomène nouveau. La criminalisation des leaders autochtones concerne déjà plusieurs de nos amis et partenaires au Brésil, comme par exemple Kretã Kaingang, leader de l'APIB accusé de terrorisme, ou Megaron Txucarramãe, accusé de malversations. Tous deux sont interdits de sortie du territoire brésilien.

Déjà en 2016, Victoria Tauli-Corpuz, Rapporteure Spéciale de l'ONU sur les droits des peuples autochtones, concluait notamment dans son rapport de mission au Brésil :

« 80. La mise en échec de l'accès à la justice pour les peuples autochtones dans un contexte où la violence historique envers eux n'a pas trouvé de résolution, ainsi que l'augmentation de la criminalisation des peuples autochtones et les attaques violentes et meurtres laissés impunis, délivrent le message à leurs responsables qu'il n'y aura pas de répercussion pour leurs actions. Pour les peuples autochtones, c'est le signe que les institutions étatiques, police et justice comprises, manquent d'une part de volonté pour s'assurer que leurs droits sont protégés, et d'autre part d'une considération sincère en réponse à leur détresse. »

Pour voir et télécharger le rapport complet (en anglais) :
http://unsr.vtaulicorpuz.org/site/index.php/en/documents/country-reports/154-report-brazil-2016

---

Benki Piyãnco (au centre) et son avocat, Antonio Rodrigo Machado

TRADUCTION DE LA PÉTITION EN FRANÇAIS

 

POURQUOI C'EST IMPORTANT

Après avoir subi des menaces dans la ville de Marechal Thaumaturgo (état brésilien de l’Acre) suite à des conflits fonciers, Benki Piyãko, leader Ashaninka de la région d’Alto Juruá, a porté plainte auprès de la police pour signaler les risques de violence à son encontre, en raison de son rôle en tant que militant de l'environnement et promoteur de l’agro-foresterie reconnu et primé au niveau international, et chef de la communauté Ashaninka de la rivière Amônia - Apiwtxa.

Les responsables de l’enquête liée à la plainte se sont rendus au siège de la municipalité en se contentant d’examiner uniquement les allégations des accusés, puis, sans entendre Benki Piyãnco ou les membres de son association ils ont non seulement décidé de classer la plainte mais aussi de l’accuser, en demandant l'ouverture d'une procédure pénale contre le leader indigène lui-même, pour le crime de dénonciation calomnieuse .

Le Procureur de l’Etat de l’Acre a accepté l'acte d'accusation et la poursuite de l’action pénale contre Benki Piyãnco, et maintenant, le leader Ashaninka peut être condamné à une peine maximale de huit ans de prison. Le procès intenté devant la première chambre criminelle de la région de Cruzeiro do Sul / AC, est au stade des plaidoiries finales pour la défense et l’accusation, et sera jugé prochainement. L'avocat responsable de la défense de Benki est Antonio Rodrigo Machado, également actif dans la défense du peuple Ashaninka et dans d'autres affaires contre les bûcherons.

Selon l’avocat, « c’est parce que Benki Piyãnco a demandé l'Etat brésilien à bénéficier d'une protection policière qu’à l’inverse, il se retrouve aujourd’hui assis sur le banc des accusés pour un crime qu'il n'a pas commis. En devenant la victime du favoritisme du système de justice pénale brésilienne, c'est non seulement la liberté de Benki qui est menacée, mais surtout le respect de ce pays envers les Peuples de la Forêt et leurs cultures. "



Signez la pétition sur AVAAZ (en portugais) :
https://secure.avaaz.org/po/petition/Ministerio_Publico_do_Estado_do_Acre_e_1a_Vara_Criminal_de_Cruzeiro_do_Sul_Benki_Piako_pode_ser_condenado_criminalmente/